TOPS / FLOPS de l’année 2019 – Le Palmarès de Clair & Obscur !

TOPS / FLOPS de l'année 2019 – Le Palmarès de Clair & Obscur !
2019

Tops / Flops de l’année 2019 – Le Palmarès de Clair & Obscur !

Top Ten

Et oui, le temps est (déjà) venu de vous présenter, ami(e)s lecteurs et lectrices de Clair & Obscur, notre top ten annuel. Avec commentaires ou pas, par ordre de préférence ou non, voire par ordre alphabétique, ces tops / flops reflètent les élans affectifs musicaux qui nous ont passionné tout au long de ces douze mois d’écoutes intenses (et encore plus pendant les grèves !). Je vous laisse les découvrir et, comme d’habitude, les commentaires sont les bienvenus, avec vos propres tops s’il vous en vient l’envie. Bien entendu, si l’âme d’un chroniqueur sommeille en vous et commence à se réveiller, notre porte vous est ouverte ! Envoyez-nous une chronique par le biais du formulaire de contact et nous reviendrons vers vous très vite. En attendant, toute l’équipe se joint à moi pour vous souhaiter de passer les meilleurs fêtes possibles dans un contexte où rien n’est facile mais en faisant le plein de musique puisqu’elle adoucit les mœurs, paraît-il !

Fred Natuzzi pour la rédaction

_________________________________

Fred Natuzzi

Tops

Nick Cave Ghosteen

1 Nick Cave And The Bad Seeds – Ghosteen

Un album hallucinant qui vous prend aux tripes et qui vous fait réfléchir sur ce que c’est que d’être un artiste.

2 La Maison Tellier – Primitifs Modernes

Meilleur album des Tellier jusqu’ici, un son plus incisif et des chansons parfaites.

3 Galaad – Frat3r

Retour ultra gagnant de ce groupe de rock progressif suisse qui signe là un album moderne et réjouissant

4 No-Man – Love You To Bits

Surprenant retour de No-Man avec un album / single addictif.

5 Flying Colors – Third Degree

Que c’est bon de se faire plaisir en écoutant de très bons morceaux bien construits et fun

6 The Neal Morse Band – The Grand Adventure

Epique et inimitable.

7 Les projets de Tiste Cool + Pointe Noire

Un artiste multiforme mais avec une patte reconnaissable, un talent à suivre

8 Foals – Everything Not Saved Will Be Lost Vol 1 et 2

Foals a présenté deux albums complémentaires et exceptionnels

9 Holy Bones – Silent Scream

Le grenoblois nous projette instantanément dans un univers américain et c’est fabuleux

10 Bruce Soord – All This Will Be Yours

Beau travail de Bruce Soord sur les atmosphères, un artiste prolixe qu’on ne se lasse pas de suivre.

 

Mentions Spéciales

A. The Tea Party – Black River EP

B. Mono – Nowhere Now Here

C. Thom Yorke – Anima

D. The National – I Am Easy To Find

E. Bruce Springsteen – Western Stars

F. Jean-Louis Murat – Innamorato

G. Chelsea Wolfe – Birth Of Violence

H. Mercury Rev – Bobbie Gentry’s The Delta Sweete Revisited

I. The Lumineers – III

J. Leprous – Pitfalls

 

Flops

Pattern-Seeking Animals – Pattern-Seeking Animals

Spock’s Beard est beaucoup plus fun que ce Pattern-Seeking Animals où le dynamisme est curieusement absent.

The Mute Gods – Atheists & Believers

Les précédents étaient bons, celui-ci … non

The Flower Kings – Waiting For Miracles

Ah on peut toujours attendre un miracle avec les Flower Kings. Encore faut-il pouvoir rester éveillé. Aucun intérêt.

Alan Parsons – The Secret

Ouh la la…mais qu’est-ce que c’est que ça !!!!

Le prix de plus en plus élevés des concerts.

La plupart du temps, une honte.

 

Jérémy Urbain dit Jéré Mignon

Tops

Sunn O))) Life Metal

1 Sunn O)))Life Metal + Pyroclasts

Double retour gagnant pour Sunn O))) dont le heavy drone parvient à s’enrichir de nouvelles textures. Quasiment un sujet de thèse de musicothérapie, ce sur quoi j’ai le plus saigné cette année;

2 Lingua Ignota – Caligula

L’une des expériences les plus fortes et intenses de 2019. Si le syndrome de Stendhal était un album, ce serai sûrement celui-là.

3 Swans – Leaving Meaning

Swans revient avec une grâce absolu pour cet album de folk noir, éthéré et néanmoins vicieux. Plus je l’écoute plus je le trouve immense;

Trilogie Kevin Martin : Parce que si personne n’avait suivi, je kiffe ce mec !

4 Zonal – Wrecked

Meilleur album de hip-hop, abrasif, labyrinthique et sans concession aucune.

5 Kevin Richard Martin – Sirens

Meilleure illustration de l’angoisse à coller des frissons avec juste quelques drones.

6 King Midas Sound – Solitude

Meilleure illustration de l’isolement moderne entre dub, spoken-word et ambient.

7 Cult Of Luna – A Dawn To Fear

Cult Of Luna, loin de la masse sort un autre album majeur, organique, viscéral, rien à ajouter

8 Chelsea Wolfe Birth Of Violence

Parce que cet album folk mélancolique et beau comme un nuage tourmenté est le coup de grâce d’une artiste, tout aussi tourmentée, dont j’admire le travail.

9 Flying LotusFlamagra

Quand David Lynch apparaît quelque part, c’est, forcément génial. Et quand c’est dans un mélange, d’électro, de hip-hop, de jazz et d’abstract c’est encore mieux.

10 Bon IverI, I

Album solaire, un des rares qui m’a donné des larmes aux yeux cette année.

 

Mentions spéciales

Waste Of Space Orchestra – Syntheosis

Album de black metal psychédélique parti d’un projet fou pour un résultat tout aussi fou et hypnotique dont je n’arrive toujours pas à trouver les mots.

Nick Cave And The Bad Seeds – Ghosteen

Voici la très belle et meilleure bande-son d’un film de Terrence Malick.

Moor Mother – Analog Fluids of Sonic Black Holes

Pas assez eu le temps de l’écouter mais un mélange entre afro-futurisme, électronique, noise et hip-hop qui semble à l’heure actuelle quasi unique.

Hildur Guðnadóttir – Chernobyl (OST) + Joker (OST)

Parce que la violoncelliste islandaise nous a pondu deux bande-sons magnétiques emplies d’émotions qui colle littéralement la chair de poule.

Amon Tobin – Fear In A Handful Dust

De plus en plus porté sur l’expérimentation et la musique concrète, Amon Tobin quitte d’avantage la sphère terrestre pour se plonger dans celle des rêves.

Varg (Varg2TMdorénavant) – Evanescence (A Love Letter)

Parce que Varg, quoi ! le troll de la techno ! Expérimental, exigeant (4 sorties cette année) et TRES grinçant. Jéré Mignon approved.

Mention (encore plus) spéciale

Tool – Fear Inoculum

C’est mathématique. Si au nombre d’années d’attente entre deux albums on y enlève à chaque écoute la proportionnelle de mauvaise foi du « fan » on obtient, selon un consensus scientifique approuvé, un album qui m’a mouché un matin sans prévenir et dont je n’arrive plus à décrocher.

 

Flops

1. J’aime pas les flops…

2. Communautaristes de tout poil, allez tous vous faire foutre !!

 

Rudzik

Tops

Leprous Pitfalls

1 Leprous – Pitfall

Un piège émotionnel qui prend totalement au dépourvu les fans du groupe : une prise de risques comme je les kiffe.

2 Isjbjörg – Iridescent

Un de mes groupes « chouchou » depuis mes débuts avec C&O qui a appris de certains péchés de jeunesse pour délivrer un album tutoyant la perfection.

3 Franck Carducci – The Answer

Je (on) attendais (t) au tournant le nouveau bébé de cette bête de scène et la « réponse » qu’il a donnée a dépassé nos espérances. (chronique à paraître en 2020)

4 Moron Police – A Boat On The Sea

Bienvenue dans le monde de l’allégresse musicale inattendue incroyablement tonique et versatile.

5 Opeth – In Cauda Venenum

Un « enfonçage de clou » en règle pour ceux qui n’ont toujours pas accompagné le groupe dans son virage prog.

6 ToolFear Inoculum

Je (on) attendais (t) au tournant le nouveau… Ah, zut, je l’ai déjà écrite celle-là. Pas vraiment de surprises (sinon, il aurait occupé la 1ère place) mais contenant tous les délices qui font la grandeur de ce groupe.

7 Klone – Le Grand Voyage

L’album de l’accession en ligue des champions d’un groupe à la progression impressionnante.

8 Roman Rouzine – Humans

Tiens ! Un guitar hero ! Comme c’est étrange chez moi ! Enfin, plutôt un anti-héro dont les arpèges sont bourrés d’émotion.

9 Ubris Deal – Rain Drop

Subtil alliage de blues, de prog et de… gospel qui a débarqué sans prévenir.

10 A.C.T. – Rebirth

Une valeur sûre du pop/prog qui en devient le porte-drapeau flamboyant à mon sens.

 

Flops (toujours beaucoup de mal avec ça car j’oublie très vite quand je n’aime pas.)

1 Lonely Robot – Under Stars

Rien d’innovant, toujours les mêmes recettes.

2 Port Noir – The New Routine

Pas convaincu par leur rock « paradoxal »

3 The Mute Gods – Atheists And Believers

Inconstant et trop de mollesse malgré un line-up impressionnant

4 Nine Skies – Sweetheart Grips

Des compos et des textes qui se perdent dans un concept cependant intéressant et bien illustré

5 Marillion – With Friends From the Orchestra

Toujours gêné par ce type d’arrangements classiques qui alourdit considérablement une musique que j’aime de par ce qu’elle était originellement.

Hors classement : Tangerine Dream en tant que tête d’affiche imméritée du Night Of The Prog Loreley 2019, en d’un point de vue général, l’affiche fût bien en dessous de celles des éditions précédentes.

 

Mentions spéciales (et surtout exotiques)

Littlebig6ster – Cobra

Avec son rock tribal angevin, découvert par hasard dans un petit festival local pour un show étonnant et épatant de world music rocky.

Tillian – Lotus Graveyard

Alliance exotique israëlienne entre le classique et le metal prog.

Avandra – Descender

Où l’on apprend qu’à Porto-Rico, on sait ce que le mot « mélodique » veut dire.

Aswekeepsearching – Rooh

Un cours indien de sanscrit séduisant, dépaysant et complètement envoûtant.

Mention très spéciale

Altesia – Paragon Circus

Un bijou de metalprog découvert en toute fin d’année grâce à l’émission de radio U.G.U.M. de mon ami bordelais Fabrice de l’Association « Eclipse », en cours d’approfondissement (l’album… pas mon ami ! OK,je sors ! ).

 

Thierry Folcher

Tops

The Cinematic Orchestra To Believe

Une année riche et pleine de trouvailles. La création musicale fait preuve d’une belle force encourageante et un Top 10 est vraiment bien frustrant…

1 The Cinematic Orchestra – To Believe
Tout simplement la musique du 21ème siècle. Un album parfait de bout en bout.

2 Devendra Banhart – Ma
Une musique charnelle aux accents rétro. Devendra nous livre une de ses plus belles créations.

3 Yann Tiersen – All
Retour majestueux et apaisé du compositeur ouessantin. Cet album est tout simplement un sommet de sa carrière.

4 Tindersticks – No Treasure But Hope
Stuart A.Staples et ses acolytes nous enchantent à nouveau avec un album d’une simplicité et d’une force confondantes.

5 Jon Anderson – 1000 Hands : Chapter One
La belle surprise de 2019. Un album étonnant, unique et totalement convaincant.

6 The Delines – The Imperial
L’univers sombre du romancier Willy Vlautin mis en musique par The Delines et superbement chanté par Amy Boone.

7 Limousine – L’Été Suivant…
Une musique sensuelle et jouissive dont on ne se lasse pas.

8 Anthony Phillips – Strings Of Light
La beauté du geste sur des guitares d’exception. Un voyage magique pour cet artiste hors du commun.

9 Tirill – Said The Sun To The Moon
La petite fée norvégienne nous enchante avec ce bel album plein de fraîcheur et de mélancolie.

10 Nick Magnus – Catharsis
Ou les aventures d’un anglais en Ariège. Une belle page progressive raffinée qui sent bon le terroir français.

 

Flops

Alan Parsons – The Secret
Eric Woolfson n’a toujours pas été (et ne sera pas) remplacé. Inodore et sans saveur.

Vangelis – Nocturne
Cette fois, il a touché le fond.

Bruce Springsteen – Western Stars
Western Stars n’est pas un mauvais album, mais le problème c’est que c’est un album de Springsteen et là, ça ne passe pas.

Knight Area – D-Day
Mais où est passé le prog inventif du début ? De pire en pire.

IQ – Resistance
Trop long et légèrement chiant. Seul « Shallow Bay » arrive à s’extraire de la mélasse.

 

Mentions spéciales

Kaori – A Ciel Ouvert
Le meilleur antidote contre la grisaille et la mélancolie. Un album à posséder de toute urgence.

Joulik – Envol
Loupé en 2018 et écouté en 2019. À ne surtout pas rater.

Paul Personne – Funambule
Indispensable et bienfaiteur.

Découvertes 2019

Jessica Pratt – Quiet Signs
Une voix atypique pour un « petit » album envoûtant.

Lucy In Blue – In Flight
Le groupe islandais qui monte et sur lequel je miserais bien un beau pactole. A vérifier dans quelques années.

 

Christophe Gigon

Tops

IQ Resistance

1 IQ – Resistance

IQ, plus intelligent que jamais, nous propose un double album d’une puissance inouïe et d’une maestria de chaque instant. Les Anglais auraient-ils découvert l’élixir d’éternelle jeunesse ?

2 Peter Gabriel – discographie complète remasterisée en 2019

En cette fin d’année, l’archange nous propose l’intégralité de sa production discographique en qualité optimale. L’occasion de se replonger dans l’œuvre impeccable de cet artisan perfectionniste.

3 Galaad – Frat3r

Ce troisième album des Helvètes n’est peut-être pas le chef-d’œuvre que l’on aurait été en droit d’attendre d’une telle formation. Mais retrouver la bande à Pyt (en très grande forme qui plus est !) vingt-trois ans après le cultissime Vae Victis suffit à justifier sa présence à ce palmarès.

4 Rita Mitsouko – L’Intégrale

Toute la folie du duo français dans un sympathique coffret tout beau tout bleu. Histoire de se rappeler l’incroyable originalité de ces compositions qui n’ont pas pris une ride. Trop bons pour être copiés.

5 Alain Souchon – Ames Fifties

Evidemment que le dernier disque du septuagénaire ne fera pas oublier les pépites que furent C’est Déjà Ca, Au Ras Des Pâquerettes ou La Vie Théodore. Mais le contrôle qualité fonctionne toujours.

6 Pendragon – The First 40 Years Ce luxueux coffret de cinq disques rappelle astucieusement que ce fer-de-lance du rock progressif n’en est qu’à la moitié de son parcours. Heureusement. (NDLR : en tournée dans notre beau pays en 2020)

7 Peter Gabriel – Flotsam And Jetsam Non content de nous offrir sur un plateau sa discographie d’une rare qualité, le reclus de Bath remet le couvert avec trois disques de raretés, versions alternatives, singles oubliés et autres miscellanées de bon aloi.

8 The Beatles – The White Album (50th Anniversary) Un des meilleurs disques des Beatles proposé dans une version pantagruélique (cinq disques pleins comme un œuf !) qui fera clore les débats : Non, on n’a encore rien fait de mieux.

9 Chris Rea – The Road to Hell (Deluxe Edition) Il fut une époque où tous croyaient que Chris Rea allait faire oublier Mark Knopfler et son Dire Straits en stand by. A l’écoute de ce double album, on comprend bien pourquoi : c’est un chef-d’œuvre mélodique et thématique. Mais Dire Straits a réapparu l’année suivante, en 1991, avec On Every Street. Et Chris Rea est retourné à une certaine clandestinité qui sied mieux à ce parfait bluesman réservé.

10 Yes – Yes, Treasures : A Vinyl Collection Quatre disques de Yes (en vinyle !) emballés dans un beau coffret. Certes, ces albums-là sont presque passés inaperçus à leur époque. Pourtant le temps a fait son travail : il s’agit d’excellentes poductions : House of Yes, Live from the House of Blues, Magnification, Symphonic Live et The Ladder. De semblables coffrets existent pour Toto, Alice Cooper, Willy Deville, Rainbow et Gary Moore.

 

Flops

1 Marillion – With Friends from the Orchestra Le disque le plus mou de Marillion depuis Less Is More en 2009. Le quintette anglais a voulu revisiter ses plus beaux titres avec un orchestre de chambre. Las, les arrangements ne galvanisent pas les titres. Ils les anesthésient. A écouter dans sa chambre, en dormant.

2 Arno – Santeboutique Le flamand fou se contente de proposer une énième fois le même disque. Certes, dans le genre, il est le meilleur. Et les concerts restent mémorables. Mais l’étincelle semble avoir pris la bière.

3 Yes – 50 Live Une captation en public que nul ne pourra écouter cinquante fois. Ce document prouve le travail du temps, fait mal au cœur… et aux oreilles.

4 Neal Morse – Jesus Christ the Exorcist Neal Morse ne se laisse que deux jours de repos entre chaque album. Et après, forcément, chaque ouvrage ressemble comme une ostie au précédent. Mais c’est de sa faute. Son génie indiscutable devrait être canalisé. Par exemple par un producteur autre que Dieu.

5 Dream Theater – Distance Over Time Et si la dernière fois que Dream Theater avait sorti un vrai bon disque original remontait à 1997 avec Falling Into Infinity ? Après, il s’est contenté d’enregistrer dix fois Metropolis Part. 2 : Scenes From A Memory. Mais ce qui fait la force d’AC/DC ou d’Iron Maiden constitue un véritable aveu d’inappétence chez le groupe américain.

 

Bruno Dassy

Tops

KLONE LE GRAND VOYAGE

1 Klone – Le Grand Voyage

2 Avishai COHEN – Arvoles

3 District 97 – Screens

4 Ludovico Einaudi – Seven Days Walking

5 Etrange – Etrange

6 Kartagen – Echoes From Within Dragon Island

7 Leprous – Pitfalls

8 Opeth – In Cauda Venenum

9 Alan Parsons – The secret

10 Qantice – The Anastoria

 

Lucas Biela

Tops (sans ordre de préférence)

Kayo Dot Blasphemy

ЛЕДЪ (LYOD) – Неведомо,не страшно (Mysterious Not terrible)
Un nouveau venu dans le paysage neofolk / ritual folk russe. Des ambiances mystérieuses couplées à une voix puissante et possédée contribuent à faire de ce premier album une véritable perle de noirceur ethnique.

SavageZ – New Dimensions
Un nouveau venu dans le tech death. Un groupe qui manie habilement vélocité, mélodies, changements de rythme, virtuosité, et chant guttural (féminin).

The Comet Is Coming – Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery
La scène jazz londonienne actuelle est en pleine effervescence, et ce n’est certainement pas The Comet Is Coming qui vous diront le contraire. Dans le 2ème album du trio, on retrouve cette liberté dans les compositions. Il faut à tout prix s’affranchir des étiquettes, alors on entend ici un ethno-jazz, là un dub r’n’b-ié, plus loin encore un rock’n’roll twisté dans l’espace, sans oublier un hip hop sous acide, un drum’n’bass sous pression, et un jazz-rock électrifiant. En dépit des apparences, l’ensemble présente une grande cohérence, le tout interprété avec une rare maestria.

Douaumont – Chironex Fleckeri
Un nouveau venu dans le black progressif. Une musique complexe et intriguante avec des cris presque incantatoires dans une atmosphère poisseuse et inquiétante.

Botis – Grand Abominations
Un nouveau venu dans le black/thrash progressif. Une version blackisée de groupes tech thrash des 80’s type Watchtower ou Hellwitch, avec une voix de banshee à donne la chair de poule dans un écrin dynamique où blast beats et trémolos alternent avec un fouillis tech thrash intriguant.

Mike Patton & Jean-Claude Vannier – Corpse Flower
La rencontre de deux géants de la musique, l’inclassable Mike Patton et l’arrangeur et compositeur Jean-Claude Vannier. La diversité des voix de l’ancien Mr. Bungle se pose sur des ambiances tantôt légères, tantôt plus angoissantes, toujours avec cette patte reconnaissable parmi tant d’autres dans les arrangements de l’ancien collaborateur de Serge Gainsbourg.

Nebulos Aetrerum – Thanathorivm
Un nouveau venu dans le black/death. Un rouleau-compresseur qui arrive à tirer son épingle du jeu grâce à des atmosphères tour à tour mystérieuses et poignantes.

Misanthropic Rage – Towards the Greyscale Aphorysm
Groupe qui bénéficie de la production du coupe Srzednicki, le même qui produit les albums de leurs compatriotes Riverside et Lunatic Sou. Misanthropic Rage est un groupe de metal extrême qui s’est cherché et qui s’est enfin trouvé sur ce troisième album. Avec des guitares alarmées à la Paradise Lost époque gothique, des ambiances de fin du monde, l’alternance de growls et de voix claire avec effet d’écho, le duo polonais nous propose une des meilleures productions de metal extrême de l’année.

PhonoPaths – Sandwich, Ducks and Dishwater : The Chronicles of Supertaste
Avec des groupes comme Igorrr, Vladimir Bozar n’ ze Sheraf Orkestar, Pin-Up Went Down, Carnival In Coal, ou encore Akphaezya, la France fait partie du trio de tête en matière de metal avant-gardiste. Nouveaux venus sur cette scène, PhonoPaths surprennent par la maîtrise de ce langage sans véritable cadre. Leur première galette est essentiellement orientée metal, mais avec des textes traitant de…légumes et de cuisine, une grande variété de voix et évidemment des changements de rythme et d’humeur à tout-va.

Ultra Zook – Ultra Zook
Digne représentant de l’avant-garde française, Ultra Zook nous proposent un nouvel album coloré où se bousculent rythmes improbables, ambiance loufoque et chant décalé, n’hésitant pas à s’aventurer dans les aigus.

Kayo Dot – Blasphemy
Enorme travail de Toby Driver sur les voix dans ce nouvel opus immersif de Kayo Dot, où les post- se rencontrent (post-punk, post-rock et post-metal).

Jakub Zytecki – Nothing Lasts, Nothing’s Lost
L’album de la maturité pour ce musicien polonais. Le guitariste djent se démarque en effet avec cet album de ses autres paires djent par une plus grande diversité du canevas sonore, n’hésitant pas à puiser dans l’ambient, le chillout, la pop, le funk, et le r’n’b actuel.

Phlebotomized – Deformation of Humanity
Après 20 ans d’absence, un des groupes phares du death progressif revient avec un album qui tient autant la route que ses classiques.

Öxxö Xööx – Ÿ
Projet parallèle d’Igorrr, Öxxö Xööx cède à nouveaux à ses démons doom avant-garde pour notre plus grand plaisir.

Un commentaire

  • Jiji22240

    Suis assez d’accord avec la critique du dernier opus de Marillion .C’est trop facile. On distribue des nappes de clavier à un quatuor à cordes, un bout de melodie à un cor ou une flute, sans changer vraiment la quintessence cdu morceau. Il y avait vraiment moyen de faire mieux. le symphonic live de YES est la démonstration que l’on peut faire du travail symphonique ou classique avec de beaux?.arrangements qui apportent un plus! Là ,je suis déçu.Je n’ai pas pu les voir àPleyel à cause de la grève sncf, mais finalement, je n’ai pas trop de regrets; Le s intro de Mike Hunter ressemblent plus à des « musiques de labo  » comme on disait à la Fac de musicologie ! n’est pas PFM qui veut,quand ils revisitent des classiques !rock ou non! Ceci dit, la vois de Steve Hogart est d’une présence incroyable, meme meilleure que sur certains originaux ! je vous souhaite à tous un généreux Noel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.