Alessandro Bertoni – Keystone

Alessandro Bertoni – Keystone

Nouvel arrivant sur la scène rock américaine, le claviériste prodige Alessandro Bertoni propose, sur son premier opus produit par le grand Derek Sherinian, un heavy-jazz progressif extrêmement mélodique qui, plutôt que de se brûler les ailes au soleil de la démonstration technique à tout va, met intelligemment l’accent sur le dynamisme, l’éclectisme et l’émotion. Entouré par une sacrée brochette de requins de studio (Brett Garsed à la guitare « holdsworthienne », Ric Fierabracci à la basse « pastorienne » et un certain Virgil Donati, que l’on ne présente plus, derrière les fûts), ce jeune éphèbe nous offre sur son « Keystone », publié le neuf septembre dernier sur le tout nouveau label Generation Prog Records, huit compositions entièrement instrumentales qui font preuve d’un évident potentiel de séduction. Le combo s’y distingue par une fraîcheur harmonique vivifiante (les thèmes cartons de « Pacifica Rampage » et de « Galactic Halo ») ainsi que par une tonicité instrumentale réjouissante (avec, entre autres, des synthétiseurs supersoniques et une six-cordes chaude comme de la braise). Si le gang du bel Alessandro se montre particulièrement à l’aise dans les morceaux rentre-dedans sur lesquels plane l’ombre du meilleur Planet X (« The Keystone Age » ou « Magnolia Sunrise »), force est de reconnaître que ses escapades du côté de la fusion ne manquent pas non plus, loin s’en faut, de piquant.

L’on retiendra bien évidemment, en priorité, le somptueux triptyque introductif « Megas Alexandros » (qui, après une courte intro à la Metallica, braconne sur les terres de chasse d’un Uzeb piqué aux anabolisants) ainsi que l’ambitieux « Tertium Non Datur » (sur lequel riffs puissants et atmosphères emphatiques se marient avec brio). Ce dernier titre évoque d’ailleurs, par sa succession ininterrompue de déluges et d’accalmie, les orages méditerranéens de fin d’été.

Vous l’aurez aisément compris : cette première galette joliment ficelée nous dévoile une formation extrêmement prometteuse, disposant de réelles qualités ainsi que d’une marge de progression encore importante. Affaire à suivre, donc, et de très près….

Bertrand Pourcheron (7,5/10)

http://www.alessandrobertoni.com/

Keystone
Alessandro Bertoni
2013
Generation Prog Records

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *