Lunatic Soul – Under The Fragmented Sky

Under The Fragmented Sky
Lunatic Soul
Kscope
2018
Christophe Gigon

Lunatic Soul – Under The Fragmented Sky

Lunatic Soul Under the Fragmented Sky pochette de l'album

C’est sous le nom de Lunatic Soul que Mariusz Duda, leader de Riverside, a décidé d’entamer une carrière en solo en 2008, avec le premier album éponyme. Dix ans plus tard, ce modeste compte rendu nous présente Under The Fragmented Sky, sixième disque de ce projet aux croisements du rock progressif, de la musique électronique et de l’ambient. Beaucoup voient tout cela comme une lubie du chanteur/bassiste de Riverside. C’est vrai que le contenu des œuvres de cette aventure solitaire ne possède pas la force ni le dynamisme des meilleurs moments de Riverside. Cependant,  de nombreux atouts sont à relever, parmi lesquels la voix sublime du chef de projet. On pourrait également insister sur la qualité des compositions – il n’est en effet ici (presque) jamais question de plages paresseuses et ennuyeuses s’étirant sur plus de dix minutes et débouchant sur une vacuité attendue –  et sur la production délicate qui sait mener l’auditeur exactement là où Duda l’avait souhaité.

Lunatic Soul Under the Fragmented Sky band 1

Le disque commence par une introduction mystique de bon aloi, qui ne ressortira jamais plus de la tête de celui qui l’aura écouté (vous voilà prévenus !). Un climat, digne du Pink Floyd de More, s’établit, pour le bonheur des oreilles les plus prêtes à se laisser guider par ces voyages en territoire sombre (Les disques de cette âme lunatique traitent de la mort, de la folie, de la maladie et de la dépression, thèmes que connaît malheureusement trop bien Mariusz). Le second titre, sous des faux airs de Peter Gabriel (période Passion), assure la transition avec bonheur. Petit à petit, la musique de Lunatic Soul a laissé une (petite) place à la guitare. Ses arpèges délicats permettent de rendre le projet moins électronique, plus organique. On s’éloigne ainsi doucement (mais sûrement) des longues plages dignes de musiques de films pour arriver à de véritables chansons-pépites à l’instar du magnifique « Under The Fragmented Sky » qui donne son titre à l’album. Voilà qui devrait donc ravir les amateurs de « vraies » compositions qui avaient pu être décontenancées par l’approche plus « cinématographique », et souvent fractale, adoptée sur les premières productions. A ce titre, « Rising the Night » ravira les amateurs d’Opeth, même s’il est dépourvu de la moindre ligne de chant.

Lunatic Soul Under the Fragmented Sky band 2

Le morceau à qui revient l’honneur de clôturer l’affaire, « Untamed », pourrait presque figurer tel quel sur n’importe quelle galette de Riverside. Vous commencez à saisir le concept ? Cette musique, toujours belle et apaisante, plutôt calme et épurée, voit sans cesse son cœur balancer entre une orientation clairement instrumentale (Tangerine Dream, Jean-Michel Jarre) ou foncièrement pop (Blackfield, Kodaline) même si, pour l’essentiel du temps, la voie médiane semble être préférée. S’il fallait vraiment proposer un groupe établi à qui on pourrait comparer cette peinture sonore, on citerait les superbes Dead Can Dance. Le site annonce que le projet Lunatic Soul a été prévu pour se déployer sur un cycle de huit albums. Encore deux, donc.

http://lunaticsoul.com/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.