Devin Townsend Project – Transcendence

devin-townsend-project-transcendence

Devin Townsend Project est à la base un projet solo du génial Devin Townsend. Bon, ok, il a un band méga opérationnel, et il s’entoure d’invités de choix, dont la fameuse Anneke Van Giersbergen, ex The Gathering au chant et aux choeurs, mais faut-il encore la présenter… Très prolifique, les albums de Townsend s’enchaïnent, entre studio remplis à ras bord, double ou triple live, et coffrets géants. Mais le canadien se lasse, et il lui faut de la fraîcheur, de la nouveauté. Il avait d’ailleurs l’intention de ne plus faire de Devin Townsend Project, ce qui aurait été regrettable.  Pour Transcendence, le maestro  qui fait tout lui-même habituellement, du choix du son de ses guitares jusqu’au bouton de la console tourné d’une manière qui va donner tel larsen et pas un autre, a décidé cette fois-ci de laisser le contrôle du résultat final à son groupe et à son staff technique. Un album qui ne sonne donc pas totalement comme Devin l’aurait voulu puisqu’il a fait des compromis jusqu’au mixage de l’opus.

À l’écoute, il n’y a pas de différences fondamentales, mais on peut dire que Devin s’est un poil assagi. Je vous rassure, les murs de décibels sont bien là, la voix de Devin toujours aussi puissante et impressionnante, les subtilités des choeurs d’Anneke et de ses deux acolytes assurent toujours, mais parfois Devin se laisse aller à être moins sauvage. Bien sûr, ça a déjà été le cas sur certains passages de son œuvre, mais c’est, à mon sens, plus notable ici notamment du côté de l’excellent « Stars », du formidable « From The Heart » et sa superbe partie acoustique, l’aérien et puissant « Stormbending ». L’homme est plus positif, assurément. Alors, comme d’habitude, on se laisse glisser dans cet univers tantôt planant et mélodique, tantôt agressif et hypnotique.

devin-townsend-project-band

Dans un metal qui ne peut être que progressif, il laisse loin sur le carreau ses collègues du même courant, avec une dextérité, une maestria qui laisse encore pantois. « Higher », le titre central et ses 10 minutes superlatives,  est la preuve que personne ne peut rivaliser avec Devin sur ce terrain. Du chant voix claire au death par moment, mais également mélodique, des guitares furieuses mais accrocheuses, une rythmique monstrueuse (un batteur qui n’est pas humain?), des choeurs aériens, tout est là pour vous en mettre plein la vue et vous mettre K.O notamment avec la partie finale, envoûtante et lyrique. Un sommet. La portée lyrique du chant sur « Transcendence » impressionne, tandis que « Secret Sciences » peine à convaincre, seul titre plus « faible » de l’opus.  Entre temps, vous aurez eu droit en entrée à une resucée d’un titre tiré de Infinity paru en 2000, « Truth », plus sonique que l’original, et en dessert une reprise de Ween, l’hyper accrocheur « Transdernal Celebration », proche de ce que les Foo Fighters pourraient faire, avec, en sus, une partie ambiante pour terminer.

Les albums de Devin Townsend sont tous marqués du sceau de l’efficacité. Ce mec sait composer et a trouvé une recette qui fait mouche. Transcendence ne fait pas exception, c’est un bonheur du début à la fin. Pas le plus réussi, mais franchement, pourquoi refuser de passer un bon moment, avec tous les ingrédients que l’on aime dans ce type de musique : des mélodies accrocheuses, de la diversité, du charisme, de l’inventivité, de la maestria sans démonstration gratuite, bref, rien d’autre que du divertissement haut de gamme. Et en plus, comme souvent, il y a un disque bonus de … 11 titres. Pas belle la vie ?

Fred Natuzzi

http://www.hevydevy.com

Transcendence
Devin Townsend Project
2016
Inside Out

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *