Laurent Bardainne & Tigre D’Eau Douce – Hymne Au Soleil

Hymne Au Soleil
Laurent Bardainne & Tigre D'Eau Douce
Heavenly Sweetness
2022
Thierry Folcher

Laurent Bardainne & Tigre D’Eau Douce – Hymne Au Soleil

Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce Hymne Au Soleil

Vous aimez les caresses, alangui au soleil en sirotant un cocktail bien frais ? Je pense que oui. Alors, pas de doute, la meilleure bande son qui pourrait accompagner ce moment tellement sexy nous arrive aujourd’hui grâce à Laurent Bardainne et son Tigre d’Eau Douce. Un saxophoniste multi-projets découvert dans ces mêmes colonnes avec L’Été Suivant, un album gorgé de soleil concocté en compagnie de ses amis de Limousine. A l’époque, l’astre du jour brillait déjà de mille feux sur cette galette qu’il fallait savourer comme un bel antidote à nos misères quotidiennes. Ce que je peux vous dire, c’est que Hymne Au Soleil va aller encore plus loin musicalement et charnellement. Le saxophone de Laurent Bardainne, bien connu des amateurs de jazz (mais pas que), va prendre ici des allures funky soul à la sensualité proche de ce que peut nous offrir un Grover Washington Jr des grands jours. Ça vous prend aux tripes dès les premières notes et ça ne vous lâche plus. A titre d’exemple, ce qu’il se passe sur « Adieu My Lord » est tout simplement exquis. Le son légèrement voilé du sax va se poser sur une rythmique bien ronde (Sylvain Daniel à la basse, Philippe Gleizes et Roger Raspail aux percussions) pour nous amener vers des sommets de plaisirs complètement avouables. Un sax qui sait aussi s’effacer au profit d’un plaisant passage d’orgue (Arnaud Roulin) et de synthé en parfaite osmose avec la moiteur qui s’installe dans le décor et dans nos corps. Seul bémol, l’arrêt un peu brutal qui vient nous rappeler qu’il ne faut pas abuser des bonnes choses et qu’il est temps de vivre d’autres expériences. Et c’est vrai que cet album est très varié avec des moments un peu plus décoiffant (« Hymne Au Soleil », « Destination Danger »), des passages chantés (« Oiseau », « Jou En Nou Rivé ») et même avec une savoureuse respiration enfantine (« Verte Grenouille »).

Ce fameux Tigre D’Eau Douce est assurément le parfait combo au service des compositions de maître Laurent, toutes tournées vers la transmission d’ondes positives d’une grande puissance. Les cinq musiciens s’entendent à merveille et ne font visiblement plus qu’un. Déjà, leur précédant effort (Love Is Everywhere) sorti deux ans plus tôt, n’avait pas manqué de séduction avec un dernier titre (« Star 5 ») qui préfigurait l’arrivée du chant et la volonté d’humaniser encore plus l’écriture. Laurent Bardainne est un touche à tout insatiable et ouvert à de multiples expériences aussi différentes que Poni Hoax (avec le regretté Nicolas Ker) et le duo LOST (avec Camélia Jordana). Aujourd’hui, le fruit de tout son travail et de ses multiples rencontres se retrouve dans cet Hymne Au Soleil, comme un parfait résumé de sa palette artistique. L’album commence en douceur par un « Oh Yeah » très accueillant qui va dérouler un thème accrocheur ponctué de quelques oh yeah du plus bel effet. Juste après, changement radical de décor avec « La Vie La Vie La Vie », un morceau ultra rythmé sur lequel le saxophone semble prendre la parole et nous adresser un message à l’intensité qui monte crescendo. On l’a compris ce Tigre D’Eau Douce peut tout aussi bien faire des câlins que montrer les dents. Et il en sera de même sur tout l’album. « Hymne Au Soleil », quant à lui, rayonne de toute sa splendeur et d’une félicité que seul l’astre solaire est capable d’apporter à nos organismes engourdis. Le sax est plein d’entrain et les percussions s’en donnent à cœur joie dans un registre latino en parfaite adéquation.

Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce Hymne Au Soleil Band 1

Après un fougueux « Destination Danger » dominé par un sax hargneux et bavard, c’est au tour de Célia Wa de nous convier à une belle virée en Guadeloupe grâce à son « Jou An Nou Rivé » aux accents créoles parfumés. On est au beau milieu du disque et cette intervention chantée est forcément la bienvenue. Le charme opère d’entrée dans un registre où la tradition et la modernité ne se font pas concurrence. Le hip hop rencontre le zouk et Laurent Bardainne fait de son mieux pour rester discret. L’orchestration est magnifique et les chœurs prolongent la rêverie sur ce morceau qui frise la perfection. Dans la continuité, Lisa Spada et Annaelle Solet vont complètement phagocyter la partition de « Combly Family », un titre digne des dance floors des années 70 où la Motown et la Stax régnaient en maîtresses des lieux. Les claviers, la rythmique, le thème simple et précis du sax et bien sûr, les voix des deux demoiselles, tout est parfaitement réglé pour un voyage nostalgique et sensuel. Bon, là aussi l’atterrissage est un peu loupé mais c’est juste histoire de faire la fine bouche. La grande force de cet album est de ne pas s’enfermer dans la répétition et de surprendre l’auditeur quitte à en laisser certains au bord du chemin. Cette cocasse « Verte Grenouille » qui met en scène la jeune Leonore Bardainne peut paraître dispensable mais ce serait vite oublier le sens du mot plaisir qui peut revêtir toutes sortes d’aspects dont l’humour en fait partie. Et puis, vers la fin, la métamorphose orientale vaut à elle seule qu’on s’y attarde. Il en va de même pour « Kenya Sunrise », le titre qui symbolise le mieux la pochette du disque à savoir, l’Afrique, le soleil levant, l’oasis et le saxophone en abondante source de vie. Par instants, le décor change et nous renvoie, comme par magie, au volant de la belle Limousine de « Colombus ». Étonnant transfert de lieu, d’époque et de personnages. Le langoureux « Sarang » est quant à lui plus conventionnel mais son nid abrite un solo d’orgue de toute beauté. Hymne Au Soleil se termine par la surprise « Oiseau », dont les paroles sont signées Bertrand Belin, désormais coutumier des génériques de fin. Rappelez vous De Pelicula, la sensation Limiñanas/Garnier de l’an dernier. Ici, on est dans la version chantée de « Oh Yeah » sur laquelle se déroule une histoire digne du bestiaire de La Fontaine. Fable tragi-comique qui ouvre de nouvelles perspectives sur le futur du Tigre D’Eau Douce.

Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce Hymne Au Soleil Band 2

Les feulements du tigre résonnent de plus en plus fort et c’est amplement mérité. Les médias sont conquis et le public aussi. Dans une récente interview, Laurent Bardainne avouait ne plus vouloir faire de musique torturée et de vraiment prendre du plaisir. Non seulement il a atteint son objectif mais il a, en plus, transformé ce vœu personnel en onde bénéfique à destination des gens. Je ne saurais trop vous recommander ce disque qui peut aisément faire partie de n’importe quelle discothèque ouverte à la beauté. Et puis, un Hymne Au Soleil, il suffit de lever la tête et d’ouvrir les bras pour le vivre à fond. Mais croyez-moi, avec un saxophone c’est encore mieux.

https://laurentbardainnetigredeaudouce.bandcamp.com/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.