Gens De La Lune – Pentacle De Lune (+ interview)

Pentacle De Lune
Gens De La Lune
Auto Production
2021
Christophe Gigon

Gens De La Lune – Pentacle De Lune

Gens de la lune, Pentacle de lune

Quatre grands disques et puis s’en vont. Les Gens De La Lune vont quitter la planète triste non sans continuer de briller et de distribuer des étoiles dans les oreilles des amateurs qui écouteront religieusement leurs albums passés. Pentacle De Lune s’offre ainsi comme un cadeau d’adieu. En effet, après plus de quinze ans de bons et loyaux services à la cause du rock progressif francophone, Francis jette l’éponge. Heureusement, la carrière de l’équipe franc-comtoise se pose comme une référence du genre. Quitter la scène avec les honneurs, voilà une politesse bien gérée. Même si Gens De La Lune a toujours été perçu comme un Ange bis, le cadet des frères Décamps possède une identité musicale bien affirmée. D’ailleurs, s’il est vrai que certains passages de Pentacle De Lune font penser aux meilleurs titres de Ange, il est bon de rappeler que Francis en était le compositeur. Bon sang ne saurait donc mentir !
Ce nouveau concept album est basé sur une idée de départ provenant de l’imaginaire de Mathieu Desbarat, le bassiste de la troupe. C’est l’histoire d’un personnage un peu naïf, incarné par l’excellent chanteur du groupe, Jean Philippe Suzan, qui croit avoir trouvé le moyen de résoudre les problèmes de la société dans laquelle il évolue, porté par l’admiration de sa progéniture, il part à l’aventure afin de convaincre la population de le rejoindre vers une vie meilleure. Mais, les gens, méfiants, ne répondent pas à ses avances. Alors, tout en continuant son chemin parsemé de doutes, il rencontre la peur matérialisée par un clown loufoque, Francis Décamps lui-même. Ensemble, poursuivant leur épopée, ils croisent la sagesse incarnée par Mathieu Desbarat qui se joint à eux avant de devoir affronter l’agressivité d’un personnage prêt à en découdre, Cédric Mells. Après coup, il s’associe au trio avant de croiser l’amour symbolisé par Damien Chopard. Jean Philippe se rend alors compte de ce que ces quatre personnages si différents les uns des autres ont pu lui apporter, mais aussi qu’ils ont un point commun : ils veulent tous décrocher la lune ! Le Pentacle De Lune  a pris naissance dans leurs idéaux et devient alors une force pour chaque personne qui viendra s’y associer.

Gens de la lune, Pentacle de lune, band 1

« Votre Héros » ouvre les feux avec brio. Du pur rock progressif flamboyant pendant près d’un quart d’heure ! Le connaisseur décèlera ci et là, des séquences qu’on aurait peut-être déjà entendues sur les titres les plus mythiques de Ange comme « Capitaine Cœur De Miel » ou « Réveille-Toi », deux titres composés par Francis justement. Si la virtuosité instrumentale est indiscutable, que dire de la voix de Jean-Philippe Suzan ? Elle est claire, forte et posée. Il pourrait tout chanter cet homme-là. Il pourrait même devenir un grand chanteur de variétés. Heureusement pour nous, il a décidé de proposer de la musique de qualité. Le passage « krimsonien » fera réagir les auditeurs les plus anciens. Mais c’est un clin d’œil « dû au hasard », Francis dixit. « Au-Delà Des Sanglots » poursuit le récit avec la voix malfaisante de Francis. L’esprit du vieil Ange est incarné dans chaque seconde des dix minutes de ce morceau épique. « L’Incipit De L’homme » calme un peu les esprits grâce à une ambiance atmosphérique, là encore très proche des travaux du grand Robert Fripp. Un magnifique solo de basse fretless vient terminer ce titre de toute beauté. Ambiance « This Strange Engine » (Marillion) assurée. Le riff de guitare furieux de « Face Au Gibet » vient nous sortir de notre agréable torpeur. « Le Cœur De La Philia », avant-dernier tour de piste, est un exemple de ritournelle simple mais incroyablement bien arrangée, toujours portée par ces sons de clavier si typés dont Francis est l’inventeur ! Les magnifiques soli du guitariste Damien Chopard (le John Mitchell français !) achèvent de transformer ce titre magnifique en pur joyau mélodique. « Pentacle De Lune », qui referme le livre, se présente comme un parfait morceau de rock progressif planant, très proche de ce que proposent Arena ou Pendragon. Le final de cette composition, par ces reprises de séquences déjà entendues à d’autres moments de la narration, prouve à quel point l’album a toujours été pensé comme un ensemble cohérent et non une simple succession de magnifiques titres. Un véritable concept album « à l’ancienne » comme l’ont proposé jadis les ténors du genre que sont Marillion, IQ ou…Ange !

 Pentacle de lune, band 2
Francis Décamps sait comment terminer une histoire avec classe. Le dernier album de Gens De La Lune est parfait. On ne peut pas dire qu’il s’agisse de leur meilleur disque car tous sont impeccables. Les amoureux du Ange des années 70 ne doivent pas attendre avant de se jeter sur ce magnum opus qui offre un voyage onirique et voluptueux, non dénué de séquences agissant comme des madeleines de Proust progressives. Lunaires et lunatiques, à vos platines !

https://www.gens-de-la-lune.com/

 

 

Entretien avec Francis Décamps par Chrsitophe Gigon (Mai 2021)

 

Alors que vient de sortir le quatrième et dernier disque de l’autre troupe angélique, Francis Décamps, le fondateur de Gens De La Lune, nous a accordé un entretien. Entre passé, présent et avenir, la lune et le soleil devront se rencontrer

Francis Décamps 1

Clair & Obscur : Bonjour Francis. Tout d’abord, toute l’équipe de Clair & Obscur se joint à moi pour te présenter ses vœux à l’occasion de ton mariage récent (Francis et son amie japonaise Izumi ont convolé le 27 mars dernier, ndlr.). Comment va le jeune marié ?

Francis Décamps : Super ! Que du bonheur ! C’était un choix de vie. On est ensemble depuis pratiquement quatre ans. C’était une formalité à régler. Une belle collaboration franco-japonaise !

C&O : Et le climat de la Franche-Comté ? Pas trop dur ?

Francis Décamps : Non, tu vois, ce n’est pas le Haut-Doubs. Ici, c’est la Haute-Saône, il y fait moins frais. J’habite à dix kilomètres de Héricourt, à Saulnot. Il fait moins froid que chez toi, à La Chaux-de-Fonds, en Suisse ! J’y ai une belle petite maison, on y est bien. Pour elle, c’est agréable car le climat du Japon, d’où elle vient, près d’Hiroshima, c’est un climat très humide, pénible tant en hiver qu’en été. Ils ont besoin de climatisation toute l’année. Chez moi, pas besoin d’air conditionné !

C&O : Ce mariage est une très bonne nouvelle. Par contre, l’annonce de votre dernier disque en est une bien moins bonne. Pourquoi cette triste décision ?

Francis Décamps : C’est très simple. Un des membres a décidé de quitter l’aventure. Dans Gens De La Lune, on traverse beaucoup de décennies ! Moi j’aurai soixante-dix ans, le chanteur cinquante, l’autre quarante, et un autre trente ! On n’a pas tous les mêmes besoins ni la même construction de vie. Un de nos plus jeunes membres ne voulait pas nous planter à un moment peu propice. Il a mûrement réfléchi et a décidé de nous quitter. Pour moi, qui suis la locomotive de ce groupe, réintégrer un nouveau membre, ça demande beaucoup d’investissement et de travail. Les gens croient que ça ne change rien, ils ne voient pas le travail que ça cache. Je ne me sentais pas la force de rechercher quelqu’un. On a donc décidé d’arrêter. En plus, c’est arrivé en pleine période de Covid. Dans mon studio, je n’ai pas une place énorme, on ne pouvait donc plus se retrouver pour répéter chez moi. Les distances sanitaires ne pouvaient pas être respectées. On ne pouvait plus travailler régulièrement. On a donc décidé d’un commun accord d’arrêter. Mais on voulait tout de même finir en beauté avec une tournée qui aurait dû avoir lieu maintenant et se terminer en juin. Malheureusement, la troisième vague du Covid a tout chamboulé. Maintenant, je suis vacciné. On a prévu de faire quand même deux dates au mois de mars 2022. Ce sera plus une grosse fête qu’une tournée. On avait prévu de jouer l’intégralité du nouvel album. C’est comme ça.

C&O : Ce dernier disque marque aussi la fin de l’aventure Gens De La Lune. Penses-tu te retirer du circuit musical ? Une retraite bien méritée (Francis aura 69 ans le 17 mai, ndlr.) ?

Francis Décamps : Non, pas du tout ! Moi, je continue. J’ai de nombreux projets dont le prochain est déjà bien en place. Il s’agit d’un trio avec le joueur de stickman (instrument très peu utilisé, ils sont deux cents joueurs dans le monde et Pascal est le spécialiste français de cet instrument.) Pascal Gutman et Fabrice Bonny, un des anciens batteurs du groupe Ange. Pour mes soixante-dix ans, on partira en tournée pour ma dernière revisite d’un album mythique du groupe Ange puisque j’ai fait ça à chaque anniversaire : Caricatures pour mes soixante ans, Le Cimetière Des Arlequins à l’occasion des cinquante ans du groupe Ange, et donc, pour mes soixante-dix balais, ce sera Au-delà Du Délire. J’aurai ainsi réalisé mes versions du triptyque angélique. Mais, cette fois, contrairement aux deux essais précédents, puisque j’étais investi dans Gens De La Lune, il y aura une tournée ! En 2022, on aura une quinzaine de dates. Cela démarrera en mai. Jusqu’en novembre et au-delà pour des dates en 2023. Je continue à produire des albums. Je n’arrête pas comme ça. Tant que mes oreilles et mes doigts fonctionneront, je continuerai ! J’ai la chance d’être un créateur autodidacte, je découvre tous les jours des nouvelles façons d’arranger, de composer, de jouer du piano. Je ne me lasse de rien. La passion est intacte.

Francis Décamps 2

C&O : Profitons de la sortie de Pentacle De Lune pour rembobiner le fil l’histoire de Gens De La Lune. Tu as quitté le groupe Ange en 1995 lors de la tournée d’adieu de cette formation. Ton frère Christian poursuivra l’aventure avec son fils Tristan et d’autres musiciens. Tu as donc été remplacé par ton neveu. Comment as-tu vécu cette passation de pouvoir ?

Francis Décamps : Mais c’est moi qui ai conseillé à mon frère Christian de prendre mon neveu comme claviériste car c’est la personne la mieux placée pour garder l’état d’esprit de Ange. Je suis très proche de Tristan, on a beaucoup de points communs. Et pas seulement musicaux ! J’étais ravi que ce soit lui qui soit là.

C&O : Tu as formé Gens De La Lune en 2005, soit dix ans après ton départ du groupe Ange. Qu’as-tu fait pendant toutes ces années ?

Francis Décamps : J’ai commencé à me poser dans ma région. Il faut dire que pendant vingt-cinq ans, avec Ange, on était toujours en studio ou sur la route. J’ai découvert pas mal d’artistes et de groupes dans les bars et petites salles de concert de ma région. Moi, avec vingt-cinq ans de pratique, j’ai eu l’envie d’apporter mon expérience à de jeunes artistes et j’ai voulu accompagner des chanteurs, je ne voulais plus entendre parler de faire partie d’un groupe. J’organisais des stages. Il faut apprendre un métier. J’ai fait ça pendant une petite dizaine d’années. C’est là que j’ai rencontré Jean-Philippe Suzan (futur chanteur de Gens De La Lune, ndlr.), qui est devenu coach vocal. Mais lui ne voulait pas du tout se lancer dans une carrière en solo. Il préférait être à l’intérieur d’un groupe et bénéficier de cette osmose. Je lui ai donc proposé de former un groupe dont il serait le chanteur. Il a été d’accord.

C&O : Comment as-tu constitué le line up de Gens De La Lune à ses débuts ? Est-ce la rencontre avec l’excellent chanteur Jean-Philippe Suzan qui t’a donné envie de recréer un nouvel Ange sous un autre nom ? En effet, la musique proposée dans les quatre très bons disques de Gens De La Lune sonne presque davantage Ange qu’Ange lui-même ? Voulais-tu monter au monde tout ce que le groupe que tu as quitté te devait ?

Francis Décamps : Non, pas du tout. Mais c’est ma musique ! Que ce soit avec Ange ou avec Gens De La Lune, on parle de mes compositions ! Je m’étais bien ressourcé pendant dix ans et cette fois, l’envie était revenue. J’avais même envie de remonter sur scène avec un groupe. Plus en solo même si je n’ai jamais cessé de sortir des albums sous mon nom depuis les années 70. Je voulais revivre l’osmose d’un groupe. J’ai mûri, j’ai su apporter de nouveaux arrangements et partager cet univers avec d’autres musiciens. Même si j’ai créé la quasi-totalité des textes, des compositions et des arrangements. Avant, je n’aurais pas pu faire cela, je n’en avais ni les capacités ni les moyens techniques. Aujourd’hui, j’ai mon home studio avec tous les outils nécessaires pour créer un album de A à Z.

C&O : A part toi-même et le chanteur, la formation de Gens De La Lune a passablement évolué en une quinzaine d’années. Pourquoi tous ces changements ?

Francis Décamps : Souvent, un groupe, c’est compliqué. Je ne sais pas comment c’est en Suisse mais chez nous, c’est un peu difficile. Et le Français est un peu comme ça : Tout feu tout flamme au début puis, quand il s’agit de véritablement travailler, la volonté s’émousse. Tenir sur la durée demande de gros sacrifices. On a aussi eu des grosses malchances comme notre second guitariste, Patrick, qui est décédé d’un cancer un mois après notre premier concert. Ca a été un gros coup dur, très déstabilisant. Puis, petit à petit, Damien est arrivé à la guitare et une sorte de stabilité s’est créée. Puis on a eu les épisodes des bassistes et des batteurs… C’était difficile de constituer la section rythmique. Il faut vraiment trouver les gens qui prennent goût au travail, à venir aux répétitions de manière régulière. Jusqu’à l’année dernière, tout allait bien. Mais un des membres actuels a décidé de quitter le navire.

Francis Décamps 3

C&O : La formation actuelle est excellente. Pourquoi ne pas avoir enregistré les parties de batterie de Cédric Mells sur votre dernier album, en lieu et place de parties programmées ?

Francis Décamps : Je l’ai expliqué dans le livret du disque compact. D’abord, on avait décidé, avant la période Covid et tout le reste, d’enregistrer dans un grand et « vrai » studio dans lequel on peut trouver du matériel que je n’ai pas. Chez moi, c’est davantage un home studio qu’un véritable studio d’enregistrement comme ceux que j’ai pu connaître avec Ange par le passé. Avec le Covid, on a compris que l’on ne ferait plus de scène. Or. Notre groupe s’autoproduit. Nous n’avons ni label, ni éditeur, volontairement. Nos ventes se faisaient essentiellement aux concerts où les fans achetaient nos albums comme souvenirs et ils les faisaient dédicacer. On vendait un maximum ! Mais avec le Covid, on a vu qu’on allait beaucoup moins vendre. Or, un grand et bon studio, ça coûte très cher ! Donc on a dû trouver un plan B. Je ne pouvais pas me permettre de m’endetter pour la sortie d’un disque. Donc, on s’est rabattus sur mon home studio mais, comme celui-ci est exigu, repiquer le son de la batterie est compliqué. Il y a trop peu d’espace pour que le son respire, soit ample. Je l’ai déjà fait mais le son est un peu « petit ». De plus, les micros batterie doivent être placés à trois mètres de la batterie, et ces trois mètres, je ne les ai pas ! Et si on enregistre autrement, sans respecter tout cela, le son n’est pas beau. On a donc discuté avec Cédric. La solution adoptée : on a programmé ensemble, minutieusement, chaque coup de batterie afin d’obtenir le son le plus « humain » possible. C’était très frustrant, bien-sûr. Cédric aurait préféré jouer « pour de vrai ». Le résultat est cependant assez bluffant, mais je programme des batteries depuis 1988 et j’ai joué avec une trentaine de batteurs dans ma vie. J’adore cet instrument. Mais j’adore tous les instruments. Par exemple, je suis une des rares personnes au monde à écrire pour des sticks ! J’ai voulu comprendre comment cet instrument fonctionnait et comment le faire sonner. Pareil pour les batteries. Il n’y a pas un coup de batterie sur Pentacle de lune qui ne soit pas réellement réalisable par un batteur. Et ça s’entend ! Mais j’y ai passé près de deux ans ! Deux ans de boulot ! C’est du pas à pas, élément par élément. C’est un travail de fourmi. Mais le résultat est le plus proche possible de ce qu’aurait pu faire Céd s’il avait pu jouer.

C&O : Votre dernier album est progressif à souhait et votre guitariste, l’incroyable Damien Chopard, fait des merveilles. Avez-vous voulu que votre baroud d’honneur soit vécu comme un véritable coup de poing ?

Francis Décamps : Je le pense, oui. On a tous donné le maximum. On a réécouté nos trois albums précédents. On en connaît les points forts et les points faibles. J’ai essayé de diriger l’équipe pour parfaire l’affaire. J’ai été beaucoup aidé par notre bassiste Matthieu qui m’a tenu compagnie pendant les interminables périodes de mixage. Il m’a apporté des oreilles fraîches. Quand tu écoutes trois cents fois le même titre dans la même journée, tu n’en peux plus ! Lui, il arrive et reprend tout ça avec énergie et volonté. Et, tu sais, j’ai quand même soixante-neuf balais ! Forcément, il y a certaines fréquences que je n’entends plus très bien, et lui il m’aide. Mais j’ai encore la chance de pouvoir mixer. Après plus de cinquante ans de rock, c’est déjà exceptionnel. Beaucoup de musiciens de mon âge n’ont plus la possibilité de faire du bon boulot en studio.

C&O : Le premier titre, le long « Votre Héros ! » a tout pour plaire au public fan de Ange, Marillion, Yes ou Transatlantic. Il faut vraiment une grande maîtrise technique pour parvenir à ce niveau de dextérité. Vous avez fait des milliers d’heures de répétition ou chacun a bossé ses parties chez soi ?

Francis Décamps : Le procédé est simple : Je créée tout : les lignes de basse, de guitare. Puis, chacun travaille chez lui et peut ramener des idées. Je donne l’esprit, ce n’est pas du note à note. Il y a un espace de liberté, le plus que je ne peux ni ne veux amener.

C&O : En dehors du rock progressif, d’autres influences se font sentir comme celles de Thiéfaine ou Ferré. Ou même des passages de guitare qui semblent se proposer comme des hommages à certaines séquences de Ange (« Capitaine Cœur De Miel »). Les revendiques-tu ?

Francis Décamps : C’est simplement le hasard. J’écoute très peu de musique, je me préserve des influences. Si j’ai des bonnes vibrations, on y va, sinon, je laisse tomber. Je travaille tout seul en studio. J’imagine toujours comment ce que je suis en train de créer va rendre sur scène. Je ne compose pas pour moi mais pour la scène et le public. Je ne me pose pas de questions sur les autres artistes même si je les respecte tous, tous ceux que tu as évoqués. Mais c’est vrai que, parfois, en réécoutant un de mes trucs, je me dis : « Tiens, ça, ça ressemble à quelque chose. ». Tu parles de Thiéfaine et Ferré mais moi, sur le premier titre, « Votre Héros », j’entends du King Crimson, maintenant. Avant, ça ne m’avait pas marqué. Je n’ai pas fait exprès ! Ce qui est primordial pour moi, c’est le concept de l’album. J’imagine toujours le rendu sur scène. Par exemple, pour le titre « L’incipit De L’homme », pendant l’intro, tu as remarqué qu’il n’y avait aucune basse ? C’est parce que, sur scène, il est prévu que Mathieu, qui est par ailleurs également éclairagiste, fasse lui-même des projections à bain d’huile, en rétroprojection. J’ai donc prévu la musique dans ce sens-là. Il ne pourra pas jouer de la basse sur scène à ce moment-là du récit, donc il n’y pas de basse sur le disque à ce moment-là. Mathieu s’exprimera par la lumière, avant un solo de basse fretless totalement improvisé par lui-même. Comme il ne chante pas, la lumière et sa partie lead à la basse lui serviront de moyen d’expression.

C&O : La prise de son est tout simplement parfaite. Tu as tout enregistré chez toi, dans ton home studio, de mars à octobre 2020. En plein Covid, comment vous êtes-vous organisés ?

Francis Décamps : C’était tout à l’arrache ! C’est un petit studio, avec du matériel vieillissant. Mais, par contre, j’ai la chance de très bien connaître mon matériel. Je maîtrise 100% de ce que j’ai entre les mains.

C&O : Explique-nous le titre énigmatique de ce disque.

Francis Décamps : Ce groupe est, était, un pentacle (étoile à cinq branches, ndlr.). Une belle osmose sur scène. Nous cinq, on était à fond dedans. La narration se base sur un individu (joué par Jean-Philippe Suzan) qui pense tout connaître et qui veut donner des leçons. Il va me rencontrer (la peur), accéder à la spiritualité (Mathieu) et rencontrer l’amour. Tous ces sentiments-là forment un tout qui qui constituent une sorte de récit initiatique. Parabole de Gens De La Lune.

C&O : Tu es le seul compositeur des six longues pièces (aucun titre ne passe sous la barre des 5 minutes !) de cet album. Es-tu un dictateur ou, au contraire, tout le monde est bien content que tu tiennes les rennes de cette énorme responsabilité ?

Francis Décamps : Tout le monde sait où est sa place. Cela évite beaucoup de problèmes ! Je ne suis pas un dictateur, bien au contraire. Par exemple, pour l’album précédent, articulé autour de l’histoire de la vie du poète belfortain Léon Deubel (Epitaphe, sorti en 2014, ndlr.), c’est moi qui ai proposé ce concept, suite à une demande que l’on m’avait faite. J’avais vraiment tout amené et le reste de la troupe a accepté. Mais, pour ce dernier album, ce sont Damien et Mathieu qui ont proposé le fil conducteur. La participation de la fille de Jean-Philippe, Marilou, est excellente !

Francis Décamps 4

C&O : Es-tu fier quand tu vois le nombre de formations musicales, de France et d’ailleurs, que tu as inspirées ? Je pense à des groupes comme Nemo, Motis, Galaad, Ex Vagus ou tous ces musiciens japonais, chez qui Ange est vénéré ? D’ailleurs, est-ce grâce au rock progressif que tu as rencontré ton épouse ?

Francis Décamps : Je reste humble par rapport à tout ça. Je connais très bien les membres de Motis. On discute ensemble. Je pense que le boulanger du coin a autant d’importance que moi, qui ai aussi autant d’importance que le président de la République. Chaque être humain sur cette planète est important, apporte des choses et est une pièce capitale du tout. Tout le monde peut influencer tout le monde. Moi, j’ai été influencé par des groupes et des compositeurs classiques. Il semble donc bien naturel que moi-même, à mon tour, ai pu influencer d’autres musiciens. Avec une carrière aussi longue que la mienne, il est normal que certains groupes aient été marqués par notre musique. J’en suis fier mais je reste humble. L’essentiel est que ceux que j’aurais influencés puissent eux-mêmes créer leur propre art. Et, ainsi, influencer de nouveaux créateurs…
En ce qui concerne mon épouse, oui et non. C’est bien une fan de rock progressif mais elle connaissait très mal le rock progressif français. Les réseaux sociaux ont fait que nous nous sommes rencontrés.

C&O : Pourquoi vos disques ne sont-ils pas distribués par des labels progressifs connus comme Musea en France, Inside Out en Allemagne ou Cyclops au Royaume-Uni ? L’autoproduction (et l’auto-distribution) n’est-elle pas un frein ? 

Francis Décamps : Je ne suis pas contre un deal avec un label. Mais au prix où Musea me prend mes disques, j’ai bien meilleur temps de m’en occuper moi-même ! Je fais tout, je fabrique tout et je paie tout. Puis, après, on se contente de me distribuer les produits finis en me payant misérablement. Je pense que l’avenir appartient à l’Internet. Les artistes, avec leur Bandcamp, arrivent à fidéliser leur public. J’ai soixante-dix ans. J’ai fait gagner beaucoup d’argent à des gens qui ont bien vécu grâce à mon travail. Quand je passe deux ans à créer un album, csi ce sont d’autres qui en profitent financièrement, je ne vois pas l’intérêt ! Il faut bien que je vive, je n’ai pas de fortune personnelle qui me permette de n’en avoir rien à foutre de tout ça. Par contre, si une bonne proposition venait à arriver, pourquoi pas. Par exemple, je travaille avec trois magasins de disques au Japon qui m’achètent mes albums mais eux ont des propositions raisonnables ! Mais Musea, ils ne m’apportent rien et me paient presque rien. Même dans les festivals prog en France, on ne les voit pas, ils n’ont même pas de stand. Cela ne me plaît pas. Je veux bien faire gagner de l’argent à des gens mais la contrepartie doit également être valable. C’est bien dommage.

C&O : Ton frère Christian souhaite qu’Ange lui survive. Et toi, tu ne voulais pas l’immortalité pour Gens De La Lune ?

Francis Décamps : Non. Je pense que toute aventure a un début et une fin, une naissance et une mort. Je ne critique pas les propos de Christian. Mon groupe va mourir. Par contre, la fin devra être belle. Je ne veux ni fin en queue de poisson, ni fin dramatique. J’essaie toujours de créer de belles fins, tant dans ma vie privée que professionnelle.

C&O : N’y a-t-il vraiment aucune chance de vous voir en concert à un autre moment que lors de vos deux seules dates prévues (en mars 2022) pour dire adieu ?

Francis Décamps : Non, aucune chance. Tout le monde s’est mis d’accord sur ces deux dates. Un groupe, c’est très compliqué au niveau des plannings. Nous ne sommes pas les Compagnons De La Chanson, on ne va pas faire trente-cinq tournées d’adieu ! Notre tournée d’adieu est annulée à cause du Covid. Il reste deux dates en 2022, c’est tout.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.