Minimum vital – Musicalité maximale ! (part 1 : La naissance)

Minimum vital – Musicalité maximale ! (part 1 : La naissance)
Minimum Vital
Musea
1985
Christophe Gigon

Minimum vital – Musicalité maximale ! (part 1 : La naissance)

Minimum Vital Musicalité maximale

Minimum Vital est un groupe de rock progressif français qui existe depuis le début des années 80. Les jumeaux Jean-Luc (guitares) et Thierry Payssan (claviers) forment l’ossature de ce projet incroyable et unique. Certes, Mike Oldfield, Genesis, Yes ou Magma restent des références absolues pour l’équipe bordelaise, pourtant, bien vite, leur style unique ne devait plus ressembler à rien d’autre qu’à lui-même. Leur discographie intégrale est écoutable sur les plateformes de streaming pendant que Musea, le label français bien connu (les classiques du futur !), vient de rééditer leurs trois premiers albums (Envol Triangles de 1986, Les Saisons marines, 1987 et Sarabandes,1990), en version Remastered Hd Sound ! Il est temps de redonner à cette formation extraordinaire la place qu’elle mérite. Il n’y pas qu’Ange ou Magma en France ! Minimum Vital ou la musicalité maximale ! Cette longue discographie commentée et publiée en trois parties ne s’attache qu’aux enregistrements studio du quartet. Les albums live, les projets annexes, les participations, présences, tributes et autres compilations feront peut-être l’objet d’un second voyage… dans le futur.

Envol Triangles (1986)

Minimum Vital Envol Triangles

Premier album pour Concept, qui change alors son nom en Minimum Vital. Les titres ont déjà été enregistrés en 1983 et 1984 avec différents musiciens additionnels. Envol Triangles sort en 1986 en cassette ! Cinq titres qui posent déjà l’identité de cette formation hors normes. Principalement instrumentale et agrémentée de flûte, la musique proposée fait invariablement penser aux meilleurs moments de Mike Oldfield sur Ommadawn ou Hergest Ridge. Mais ce qui distingue nettement l’équipe du reste de la production progressive mondiale, c’est ce souci porté à la section rythmique, toujours funky et imposante. Comme si Steve Hackett jouait avec Weather Report. Le résultat est totalement jouissif, même pour un premier album. On entend que le groupe a déjà des années de formation derrière lui et qu’il ne s’est pas lancé à l’aveugle dans une carrière musicale d’envergure. Il faut dire que les frères Payssan font de la musique ensemble depuis qu’ils sont enfants ! Et ça s’entend. Tonnerre : la complexité foudroyante des exécutions et des arrangements des cinq pistes formant ce coup d’essai donnerait du fil à retordre aux meilleurs virtuoses du circuit. Certes, l’influence de Magma est bien présente. Très vite pourtant, grâce au dynamisme porté par la création d’un label français qui va faire beaucoup (tout ?) pour la reconnaissance du rock progressif, Musea ainsi que le fanzine Harmonie, Minimum Vital va se faire un nom, et va se constituer fer-de-lance de ce renouveau progressif du mitan des années 80 et début des années 90. « Enfin, Ange et Magma ont un héritier », pouvait-on lire dans la presse d’époque euphorique. Et ce n’est que justice. La recette semble déjà éprouvée : les lignes de guitare virtuoses et toujours mélodiques de Jean-Luc, les claviers versatiles de Thierry et la section rythmique martiale mais sinueuse d’Antoine Fillon et d’Éric Rebeyrol créent un univers original, unique, exigeant et magique. Un essai époustouflant même si le meilleur est à venir.

Les Saisons Marines (1988)

Minimum Vital Les Saisons Marines

Enregistré dans la foulée, ce second essai, avec un nouveau batteur, Christophe Godet, sonne déjà bien différent du déjà excellent Envol Triangles. Le morceau d’ouverture, « Pour Le Temps Présent » apparaît comme un hommage au Steve Hackett du début de sa période hors Genesis. Sortie en disque 33 tours, concerts avec Halloween et Ange, une petite renommée commence à poindre. Il faut bien avouer que le microcosme progressif francophone n’est, pour le moment, pas saturé. Le nouveau mastering de 2020 offre un confort d’écoute inégalé qui sied bien à cette musique si alambiquée. Le chant de Pascale Jakubowski sur le titre « Lequel de nous… » ouvre l’horizon et propose une direction bien agréable que Minimum Vital n’hésitera pas à adopter par la suite. Pour le reste, essentiellement instrumental, ce mélange de rock progressif, de musique folklorique et de virtuosité rythmique propose un mets unique, en France comme ailleurs. Bien que pas commerciale pour un sou, la musique de Minimum Vital est plutôt facile d’accès dans le sens où seule prime la mélodie. La dextérité n’y est jamais gratuite et, en plus, elle ne se remarque pas : l’apanage des grands. L’album, couplé avec Envol Triangles, sera réédité en disque compact par Musea en 1992.

Minimum Vital band1

http://www.minimum-vital.fr/

https://www.facebook.com/minimumvital/

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.