Bardo:Basho – Alinea

Alinea
Bardo:Basho
Budget Cuts Records & Tapes
2021
Lucas Biela

Bardo:Basho – Alinea

Bardo Basho Alinea

La ville de Seattle a toujours eu un lien fort avec la musique. Rappelez-vous, dans les années 80, Queensrÿche, Metal Church, Sanctuary ou encore Fifth Angel étaient les fers de lance de la scène heavy/power metal en pleine éclosion. Puis, dans les années 90, faut-il encore présenter les groupes du Big 4 du grunge, tous issus de la cité émeraude ? Et maintenant, grâce à un entretien que l’artiste qui nous intéresse, Kirsten Thom, alias Bardo:Basho, a accordé il y a six ans à Femmecult, j’apprends que la scène électronique / expérimentale y est très développée. C’est cette scène qui a permis à notre musicienne de s’épanouir dans un style minimaliste : la drone techno. Il s’agissait d’un pari d’autant plus audacieux qu’à l’époque, notre étudiante de l’Université de Puget-Sound venait alors du rock

Avant d’aller plus loin, faisons un point sur l’origine du nom qui permettra de mieux cerner l’esprit du projet de l’américaine. Les bardos sont des états d’existence intermédiaire dans le bouddhisme. On touche donc là au monde du mysticisme. Basho est le surnom qu’avait adopté le musicien mystique américain Daniel R. Robinson, Jr. (Robbie Basho) en référence à un poète japonais du XVIIème siècle, Matsuo Bashō, le père des haïkus, ces petits poèmes où se conjuguent émotions et fugacité du temps. On a là donc les deux vecteurs de la musique de Bardo:Basho : mysticisme et émotion. Voyons comment ils s’articulent dans la musique de notre magicienne du son.

Bardo Basho Alinea band1

La carrière de Bardo:Basho a démarré en 2015. Un premier album posait les bases de sa musique : des rythmes en boucle, des ambiances sombres dignes de Lustmord, et un chant mystique. Sur ce dernier point, Kirsten nous indique dans l’entretien avec Femmecult, qu’elle avait l’habitude de chanter dans une chorale au lycée, et que pour son projet solo, elle improvise des harmonies et les fait résonner tel le chant grégorien, tout en trouvant l’inspiration chez des chanteuses comme Kate Bush. Par leurs subtilités et leurs variations, ces improvisations vocales apportent une véritable couleur émotionnelle au tableau. Par ailleurs, on y retrouve ce mysticisme propre à Hildegard von Bingen, une autre référence évidente ici. Pour nous immerger dans des contrées mystérieuses et nous faire palper la tension qui y règne, les nappes de synthé et les rythmes primitifs discrets, jamais envahissants, jouent à merveille leur rôle.

Même si on parle de musique électronique, on ne peut s’empêcher de penser d’un côté à des chants traditionnels de minorités ethniques, ancrant le projet très profondément dans la terre, et de l’autre à l’ethereal wave popularisée par Dead Can Dance, lui donnant un tournant céleste. L’accompagnement est, comme précisé plus haut, très minimaliste et vient renforcer l’aspect mystérieux et mystique des harmonies vocales. Quelques turbulences viennent perturber la quiétude globale (les percussions s’agitent et la voix revient en arrière sur « WCHJL », les synthés s’alarment sur « IMLUS »), sans toutefois perturber notre plaisir d’écoute. Bardo:Basho, c’est vraiment une expérience auditive qui nous transporte dans un monde à la fois rassurant et inquiétant, un monde dépouillé de tout superflu où l’on retrouve le regard émerveillé que l’on pouvait avoir quand on était tout petit. Ce regard émerveillé, seuls les artistes exceptionnels sont capables de le susciter, et Bardo:Basho en fait partie.

Bardo Basho Alinea band2

À l’image de la pochette, la musique de Bardo:Basho est un pont entre la terre et le ciel. Le bleu omniprésent renforce le côté céleste d’une musique pratiquée sur terre. Cependant, on remarque une courbure entre les deux élements. En effet, le dossier de presse signale que le titre de l’album, Alinea, fait référence à une absence de linéarité, un parcours où la fragilité de son auteur a été mise à épreuve. Fragilité et sensibilité sont sur le fil du rasoir tout au long d’un Alinea qui sépare des vers d’une grande beauté. Les projets drone / électronique sont nombreux, mais rares sont ceux qui me touchent autant. Kirsten a l’art de concilier l’ancien (son chant hérité de la tradition sacrée) et le moderne (une musique drone techno minimaliste) comme peu d’artistes. Elle a su convaincre dès son premier album et ce nouvel effort ne fait que confirmer le talent de cette femme évoluant dans le monde des musiques électroniques.

https://budgetcutsrecordsandtapes.bandcamp.com/album/bcv004-bardo-basho-alinea

https://soundcloud.com/bardobasho/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.