Neil Young – Colorado + Roxy + Tuscaloosa + Transmission Impossible

Colorado + Roxy + Tuscaloosa + Transmission Impossible
Neil Young & Crazy Horse
Warner / Reprise
2019
Fred Natuzzi

Neil Young – Colorado + Roxy + Tuscaloosa + Transmission Impossible

Neil young Colorado + Roxy

Neil Young n’est donc pas encore parti en retraite. Ooooooh non, il a encore plein de choses à dire. Musicalement peut-être un peu moins, en témoignent ses précédents albums Storytone, The Monsanto Years, Peace Trail ou The Visitor. Il faut remonter à Psychedelic Pill (2012) pour trouver un opus digne du nom de Neil. C’était d’ailleurs le dernier enregistré avec Crazy Horse. Et oh surprise, le fameux combo revient prêter main forte à Neil sur Colorado. Franck Sampedro a pris sa retraite mais la section rythmique est toujours là, avec Billy Talbot et Ralph Molina. Qui remplace donc Sampedro ? Le mythique Nils Lofgren, qui avait déjà accompagné Neil sur Tonight’s The Night par exemple, et qui était le guitariste sur le live Roxy en 1973 où les chansons de l’album pré-cité étaient en train de prendre forme. C’est donc le moment de faire le point sur les différentes sorties qui ont émaillées l’année.

Roxy Tonight’s The Night Live

Neil Young Roxy

Et on commence avec ce live enregistré à Los Angeles en septembre 1973, alors que les chansons de Tonight’s The Night ne sortiront qu’en 1975. Les pertes de Danny Whitten, guitariste du Crazy Horse, et de Bruce Berry, un des roadies, suite à une overdose d’héroïne ont bien affecté Neil et les morceaux de ce disque transpirent la noirceur, en tout cas sur la version studio qui sortira en 1975. Ce live at the Roxy témoigne de la période de conception de ces chansons et le live est bien plus chaleureux que ce qui sera enregistré sur disque. On y retrouve les mêmes musiciens : la section rythmique du Crazy Horse Billy Talbot et Ralph Molina, Ben Keith et Nils Lofgren, mais pas les mêmes sensations. Le live est une communion, un laissez-aller, une nonchalance qui frise le génie. Sans calcul aucun, les musiciens se livrent comme jamais, dans leur authenticité la plus totale, qu’elle soit sous l’emprise de l’alcool, de la drogue, de l’émotion, de la joie d’être sur scène ou en pleine conscience qu’une page vient de se tourner, qu’une partie de l’époque hippie est partie, dissoute dans les rêves et les cauchemars de l’héroïne. Un live essentiel.

Neil Young Roxy Band 1

Tuscaloosa

Neil Young Tuscaloosa

Quelques mois seulement auparavant, Neil Young faisait la tournée des universités. Sa voix est claire, précise, et contraste avec celle du live Roxy. Enregistré en février 1973 à Tuscaloosa, Alabama, c’est avec les Stray Gators qu’il s’illustre. On est ici dans une configuration country, le live intervenant après la publication du célèbre Harvest. Et on retrouve avec plaisir des classiques bien exécutés : « Old Man », « Out On The Weekend », les deux fabuleux acoustiques « Here We Are In The Years » et « After The Goldrush » ainsi que « Harvest » ou « Heart Of Gold ». « New Mama » qui sortira sur Tonight’s The Night, contraste un peu avec un son plus tranchant tandis que « Don’t Be Denied », échappé de Time Fades Away s’étale avec brio sur plus de huit minutes. A noter également l’interprétation du titre « Alabama » qui avait tout pour mettre en rogne son public du soir à cause de ses paroles polémiques. Un live intéressant pour mettre en perspective l’année 1973 dans la carrière du canadien.

Neil Young Tuscaloosa Band 1

Transmission Impossible

Neil Young Transmission Impossible 

Derrière ce titre se cachent pas moins de quatre concerts de Neil Young qui n’ont pas été sortis par lui-même. C’est un label qui édite ces lives tirés de radio ou de shows retransmis à la télé pour différents artistes. Et en quoi ce Transmission Impossible se démarque-t-il d’autres sorties annexes du loner ? Eh bien tout simplement parce que le contenu est aussi diversifié qu’exceptionnel, et couvre la période 1975 – 1989. Premier cd et deux concerts : le premier, enregistré le 23 mars 1975 avec Bob Dylan et des membres de The Band à San Francisco, a été retransmis en direct à la radio. Concert de charité où « Knockin’ On Heaven’s Door » devient « Knockin’ On The Dragon’s Door », c’est un plaisir de tous les instants où l’univers de ces trois artistes cohabite en parfaite cohésion. « Helpless » et « Are You Ready For The Country » trouvent une autre dynamique. Le second concert du premier CD est enregistré live à Boston le 22 novembre 1976 et a également été retransmis à la radio. Le son est un peu plus en retrait mais suffisamment bon pour apprécier ce live entièrement acoustique où l’on retrouve neuf classiques comme « Sugar Mountain », « Pocahontas », ou encore « The Needle And The Damage Done ». Le second CD nous offre 82 minutes d’un concert enregistré le 25 septembre 1984 à Austin, Texas. Avec les International Harvesters, le live intervient entre Everybody’s Rocking, probablement l’album le plus décrié du loner, et le country Old Ways. Le live est paru en bootleg et presqu’intégralement (il ne manque que trois morceaux), et le A Treasure issu des archives de Neil est une collection de titres issus des live de cette époque. Il n’empêche, c’est un plaisir d’écouter avec un son de qualité des morceaux comme « Comes A Time », « Southern Pacific », « Hawks And Doves », ou « Powderfinger » dans une surprenante version country. Enfin, le dernier CD présente une retransmission live d’un concert enregistré à Hambourg en Allemagne le 8 décembre 1989 alors que l’album Freedom venait de paraître. On peut également le trouver sous différentes formes. Concert acoustique accompagné par Ben Keith et Franck Sampedro, avec des versions superbes de « Crime In The City », « Eldorado », « Rockin’ In The Free World », « Fuckin’ Up » ou « No More » entre autre. Des lives essentiels pour les fans, regroupés ici en une seule sortie.

Neil Young Live In Rotterdam

Colorado

Neil Young Colorado 

Neil Young retrouve Crazy Horse pour une collection de morceaux enregistrés… dans le Colorado ! Depuis Psychedelic Pill, rien de bien transcendant n’avait effleuré l’oreille et ce malgré le dynamisme et la bonne volonté du groupe Promise Of The Real. Est-ce l’arrêt de la fumette qui a engendré ce manque d’inspiration ? Peut-être. Pour Colorado, Neil Young a choisi de (re)parler de l’environnement dans une bonne partie des morceaux mais exit les espèces de chorales qui mettaient à mal les chansons ! Le résultat est tout de même mitigé. On retrouve le fameux son électrique estampillé Crazy Horse mais on sent quelques ratés dans la machine. Déjà, « Think Of Me » qui ouvre l’album est une ballade country où seuls les chœurs rappellent que c’est bien Crazy Horse qui officie avec Neil Young. Pourtant, « Think Of Me » est une très bonne chanson, comme on aurait aimé en entendre sur Peace Trail par exemple. L’orage électrique s’annonce avec le morceau suivant, « She Showed Me Love » mais malheureusement le titre s’embourbe dans le répétitif. Treize minutes, d’accord, mais on est proche du remplissage gratuit. Et l’orage pressenti n’était en fait qu’un petit éclair fugace. « Olden Days » rappelle un peu le temps de Harvest Moon tandis que « Please Help Me Lose My Mind » est plus incisif et montre un Neil Young en grande forme. Retour du piano avec « Green Is Blue », ballade désabusée concernant notre planète. Guitares en avant sur « Shut It Down », Neil en mode « je dénonce », toujours sur le thème de « sauvons notre planète ». « Milky Way » tient la route grâce au son Crazy Horse, même si les six minutes de la chanson sont un peu longues. « Eternity » et son piano typique de Neil est assez sympathique mais anecdotique. « Rainbow Of Colors », par contre, montre un Neil Young revendicatif et réussit là où un Living With War, par exemple, avait échoué. Enfin, « I Do » clôture Colorado par une ballade acoustique assez touchante. L’ensemble n’est pas un grand album mais est suffisamment réussi pour que l’on ait l’espoir que la future production de Neil Young soit au moins de cet acabit. Reste à voir si sur scène le grand Crazy Horse pourra être au top de ce qu’il a été.

Neil Young Colorado Band 1

https://neilyoungarchives.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.