Lonny à La Cigale – 27 septembre 2022

Lonny à La Cigale
Lonny
27 septembre 2022
Franck Houdy & Delphine Lucas

Lonny à La Cigale – 27 septembre 2022

La question était de savoir comment Lonny allait transposer, pour la scène, les poétiques chansons de son sublime et vaporeux album Ex-Voto. Le moins que l’on puisse dire est qu’elle y est joliment parvenue en affirmant sa veine folk et ses choix d’arrangements planants et psychédéliques. Avant de savourer ce beau moment de complicité entre l’artiste et les deux musiciens qui l’accompagnent, la soirée s’ouvre sur une très belle découverte, la jeune Roma Luca, qui a saisi la salle avec sa seule guitare et quelques boucles envoûtantes. Son amplitude vocale lui permettant de couvrir plusieurs octaves et de passer du souffle à la voix pleine était au service de textes touchants et militants, reflets des préoccupations d’une jeune femme de la génération Z. Elle reviendra également pour quelques chœurs durant le concert de Lonny.
C’est dans un décor épuré de cordes blanches, tombantes et sensibles, que Lonny entre en scène accompagnée de ses deux musicien.ne.s, Marie Lalonde (Debout Sur Le Zinc, Christian Olivier, Zazie) à la basse et Alexandre Bourit (Baptiste W Hamon, Miossec, Fishbach) à la guitare électrique et au pedalsteel. Le trio formant un cercle semble ne faire qu’un quand il laisse s’envoler les premières notes qui résonnent et nous invitent à les rejoindre dans l’écrin de musique qu’ils créent pour nous. Comme on entre lentement dans l’eau, élément incontournable de l’album Ex-Voto, c’est progressivement que la musique de Lonny nous submerge. Portées et emportées dans des vapeurs moites, parfois âpres et denses, au cœur de sonorités crunchy et d’arrangements jusqu’aubruitistes initiés par Alexandre Bourit à la guitare électrique, les chansons de Lonny prennent sur scène une dimension captivante.
Si l’on peut parfois regretter de perdre un peu de la saveur de son song-writing par trop d’étirements ou de ralentissements des morceaux, on salue toutefois le travail de recherche pour animer différemment les chansons et les transposer scéniquement. Il y a là une démarche essentielle de réinvention qu’il convient de souligner, un indicateur précieux disant de Lonny qu’elle est de ces artistes qui questionnent leur art et sont prêts à le malaxer encore et encore pour le ramener dans la justesse de leur ressenti du moment.

Live Report Lonny Band 1

Ce concert parisien est émaillé de moments suspendus, d’une beauté fatale, comme celui où Lonny invite Guillaume Charret (de son duo Tara). Un micro sur pied posé entre eux, une guitare acoustique en bandoulière, deux voix et voilà un régal qui, après plusieurs morceaux plus électriques et ténus, nous offre une respiration folk nous ramenant à l’essentiel. Cette simplicité d’arrangement ne reviendra qu’au moment du rappel où Lonny interprète « Le Sable Normand » tout en grâce et dénuement, autre moment magique de ce concert à la Cigale. On aimerait que Lonny nous offre davantage de ces parenthèses en guitare-voix tant ce format révèle l’ampleur de sa voix et de son interprétation. Entendre ses chansons dans leur version dépouillée ne fait qu’en renforcer la sincérité et la chaleur. Faut-il redire ici combien sa voix est incroyable ? Lonny sait autant la donner sur un fil pour nous souffler une émotion chair de poule que la pousser pleinement pour la mettre au service de moments d’intensité.
Cette Cigale est aussi l’occasion pour Lonny de partager la scène avec Baptiste W. Hamon. Deuxième effet kiss cool très heureux, se voir offrir une version live de son si sublime « Soleil, Soleil Bleu » dont nous avons déjà dit beaucoup de bien chez Clair et Obscur. La scénographie proposée par Lonny et son équipe avec ses longues cordes blanches tombant des cintres au sol et figurant plusieurs rideaux prend ici toute son ampleur en se teintant de bleu pour nous entraîner vers un horizon couleur azur.

Live Report Lonny Band 2
La fin du concert nous ramène à la belle image qui l’inaugurait, à savoir nos trois musiciens formant une bulle d’énergie et de musique, qui va lentement s’éteindre, disparaître, se dissoudre, laissant profiter de ses belles vibrations une salle émue et enthousiaste.

https://www.facebook.com/lonnymusique/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.