Vuur – In This Moment We Are Free – Cities

Vuur – In This Moment We Are Free – Cities

Vuur In This Moment We Are Free Cities

Vuur, ou plus exactement Anneke van Giersbergen’s Vuur, est le nouveau projet de l’immense chanteuse néerlandaise. Anneke, puisque tout le monde l’appelle ainsi à présent, est bien connue dans le monde du metal progressif pour ses albums solos, bien entendu, mais également et surtout pour ses participations (et plusieurs excellents albums) à The Gathering (Mandylion, 1995 ; Accessories: B-sides & Rarities, 2005 ; Home, 2006), The Gentle Storm (The Diary, 2015), Ayreon (Into The Electric Castle, 1998), et Devin Townsend Project (Transcendence, 2016). La chanteuse a la cote, pour sa voix, mais aussi pour son physique sulfureux qui fait se pâmer les mâles (et les femelles) en rut… Cette parenthèse historiographique et libidineuse fermée, intéressons-nous à Vuur (feu, en néerlandais) et son premier effort, In This Moment We Are Free – Cities.

Vuur In This Moment We Are Free Cities Band1

Anneke le déclare : « C’est comme si je cherchais les contradictions. » Mais cet album représente aussi la dualité entre vie à la ville ou à la campagne, solitude ou foultitude ressentie selon le moment (et le degré de liberté)… Pour interpréter ces hiatus, Anneke a réuni le gratin métallo-progressif néerlandais : le batteur Ed Warby (Ayreon, Gorefest), le bassiste Johan van Stratum (Stream Of Passion), et les guitaristes Jord Otto (ReVamp) et Ferry Duijsens (Agua de Annique, Anneke van Giersbergen). Mais aussi le claviériste et producteur Joost van den Broek (After Forever, Sphere Of Souls, Star One…) et les compositeurs Mark Holcomb (Periphery), Esa Holopainen (Amorphis), Daniel Cardoso (Anathema). Du beau monde ! On s’attend donc quelque peu à un truc énorme…

Eh bien, oui et non. L’album s’intéresse à onze villes dépeintes en autant de titres. On voyage de Berlin (« My Champion – Berlin ») à Paris (Reunite! – Paris »). Enfin, on voyage… Pour autant que vous aimiez le shred, les guitares 7-cordes et les rythmiques plombées survolées par une voix de diva ! Oui, c’est technique (« Days Gone By – London »), oui c’est métallique (« Sail Away – Santiago »), oui Anneke chante toujours aussi bien (« The Fire – Sans Francisco », « Reunite! – Paris »), mais…

Vuur In This Moment We Are Free Cities Band2

D’un côté, on a l’impression d’avoir déjà entendu ce genre de morceaux (« The Martyr And The Saint – Beirut »). On va même jusqu’à s’ennuyer (« Valley Of Diamonds – Mexico City »). Bref, c’est quelque peu pompier, grandiloquent, verbeux, bavard (l’étrange « Your Glorious Light Will Shine – Helsinki »)…

D’un autre point de vue, on apprécie quelques fulgurances et titres bien troussés : celui sur Berlin, finalement, peut-être le meilleur, le lourd « Time – Rotterdam », la ballade (sic) « Freedom – Rio », l’orientalisant « Save Me – Istanbul »…

On attend toujours beaucoup des artistes que l’on aime. C’est le même problème, à l’infini. On reste coincé entre l’envie d’être indulgent pour ne pas heurter et le souhait de dire ce que l’on pense au risque de blesser… C’est sans doute cette dialectique qui opère à l’écoute de In This Moment We Are Free – Cities. Vuur est, à n’en pas douter, un projet ambitieux qui mettra le feu sur scène. Vuur déboule et on en attend sans doute trop. Inapte à convaincre les métalleux, incapable de persuader les proggeux, ce premier album plane quelque part entre ces deux mondes, tentant d’en gérer les contradictions et les appétences illusoires. On erre de ville en ville sans jamais vraiment se poser, sans se débarrasser des moiteurs pesantes de l’atmosphère que décrit Vuur. Mais c’est peut-être là qu’il faut chercher l’intention d’Anneke van Giersbergen…

Henri Vaugrand

http://www.vuur.band/

https://www.facebook.com/vuurband/

In This Moment We Are Free – Cities
VUUR
Inside Out Music
2017

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *