Tony Levin – Resonator

Tony Levin – Resonator

Non content d’être le dieu vivant du Chapman Stick et l’un des bassistes de session les plus talentueux et demandés de sa génération (Peter Gabriel, King Crimson, Liquid Tension Experiment, etc.), Tony Levin mène également une carrière solo extrêmement intéressante. Il faut dire que le célèbre chauve est un excellent compositeur, comme le confirment les dix pièces gravées sur « Resonator ». La grande nouveauté sur ce quatrième opus solo est l’apparition de nombreuses parties vocales, tenues avec brio par le maître de cérémonie en personne. Doté d’un timbre plaisant, évoquant parfois celui de son vieux complice Adrian Belew (dont la guitare torturée répond du tac au tac, sur le bijou nommé « Throw The God A Bone », aux jappements du propre chien de Tony !), notre moustachu virtuose n’hésite pas, au petit jeu des sept familles musicales, à piocher son inspiration dans des donnes très diverses.

L’album navigue donc, toutes voiles dehors, entre ballades pop rock, ambiances crimsoniennes et séquences jazzy. On se régalera ainsi tour à tour avec le tubesque titre d’ouverture « Break It Down », au riff de basse tellurique et au refrain entêtant, avec la superbe ballade « Utopia », illuminée par un sublime solo de guitare signé Steve Lukather, puis avec la reprise, au rythme d’un bulldozer fou, de la fameuse « Sabre Dance » écrite par le compositeur classique russe Aram Kachaturyan.

Epaulé par ses fidèles compagnons d’armes, Jerry Marrotta à la batterie et Larry Fast aux claviers, le père Levin signe donc là un opus fort agréable qui renferme son lot de grands moments et s’écoute toujours avec plaisir. Une belle réussite, au final.

Bertrand Pourcheron (7,5/10)

http://www.papabear.com/

Resonator
Tony Levin
2006
Narada/EMI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *