S.O.T.O – Inside The Vertigo

S.O.T.O – Inside The Vertigo

S.O.T.O est un projet de Jeff Scott… Soto ! Les fans de la première heure d’Yngwie Malmsteen se rappelleront son chant à la fois hargneux et haut perché sur le fameux morceau « Now Your Ships Are Burned », alors qu’il n’avait pas encore 20 ans. Que de chemin parcouru depuis. En effet, près de 30 ans plus tard, on a peine à reconnaître cette voix un peu particulière, et maladroite dans ses débuts il faut l’avouer, tellement elle a maturé et gagné en assurance. Sur « Inside The Vertigo », celle-ci est en effet assez proche du Russell Allen d’Adrenaline Mob, un des groupes qui vient à l’esprit ici, et dont le guitariste, Mike Orlando, a justement produit l’album. Il s’agit en fait d’une vraie boule d’énergie qui vous explose en pleine face (c’est le cas de le dire ! Jeff ne répète-t-il pas un « push me down and kick my face » insistant dans le morceau d’ouverture ?). Le rouleau compresseur avance et avec des guitares galopantes, des solos ravageurs, une rythmique alerte, une voix puissante et emportée à la Dug Pinnick (King’s X), nous voilà lancés sur la route de l’enfer.

Mais ne nous y trompons pas, nos cinq lascars montrent certes les gros bras, mais le propos mélodique est fort accentué et un parfum de bonheur juvénile exhale de cette démonstration de force. En effet, là où les voix d’accompagnement sont emplies d’empathie, les refrains regorgent d’entrain, incitant à les reprendre en choeur comme dans les shows spectaculaires de Kiss. On appréciera à ce titre ces choeurs d’enfant sur « End Of Days », certes déboulant tel un cheveu sur la soupe, mais fort attachants.

Soto Band

En revanche, on plaindra le chanteur sur « Narcissisticaly Yours » quand il doit reprendre « You’re not nar-ci-ssis-ti-ca-ly yours » sans s’emmêler les pinceaux. Par ailleurs, quand les nerfs se calment, des cordes apportent même un peu de féerie (le très épique « End Of Days » ou encore l’enjoué « When I’m Older »), voire ajoutent un certain trouble (le prudent « Break »). Enfin, histoire de garder un lien avec le monde moderne, des programmations fort bienvenues sur « Trance » relèvent la rythmique dans le refrain et donnent un côté futuriste à la chanson.

Nul besoin de tergiverser, « In The Vertigo » est un bon album bien pêchu, avec un chanteur au sommet de ses possibilités et des mélodies accrocheuses. Ce type de formation se multiplie ces derniers temps, soyez donc à l’affût, vos oreilles vous en seront gré.

Lucas Biela (8/10)

http://jeffscottsoto.com/

Inside The Vertigo
S.O.T.O
2015
earMUSIC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *