Pig Destroyer – Natasha

Pig Destroyer – Natasha

Quoi !?! Mais on a déjà vu Pig Destroyer dans La Minute Grind ! Le grind s’invite dans la cour des grands ? Tuut tuut tuut… Quand je dis qu’il existe une modernité dans le grind, cette excroissance furibarde et réellement héritière du punk-hardcore, non, ce n’est pas une vanne ! Natasha est à la base sur le dvd bonus de « Terrifyer« . Sortant finalement quatre ans plus tard comme pièce unique, ce titre de 36 minutes, à la base un cadeau, est une sérieuse prise de risque ainsi qu’une curiosité dans le genre. Alors comme ça, on pense que ça va bourriner sévère ? Perdu ! Doigt dans l’œil ! Tuut tuut tuut… Sache que Natasha (Ah ! Natasha !) est une pièce qui mise avant tout sur son ambiance. Samples, field recordings doux, soyeux, champêtres en ouverture, mélodie évoluant avec lenteur. Pédale de distorsion en calme plat, une ambiance, oui, puis arrive le climat mortifère.

Première saturation, rythme éléphantesque, voix hurlée… Folie lente, reviennent les histoires de serial killer au creux de l’oreille, l’ambiance malsaine, le sang goutte sur le sol et forme une fresque expressionniste abstraite sur le mur. Un paysage angoissant qui dure comme la scène choc du film qu’on a vu entre potes, pour se rassurer, mais qui, en fin de compte, donne un gout acre au gosier, poissarde comme du doom, dégueulasse comme du sludge. Un solitaire qui ralentit le tempo pour faire plus de dégâts. Un visage cadavérique qui regarde, lèvres boursoufflées, coagulées dans un rictus éternel.

Natasha fait mal, pas par sa violence, outre une production mastoc, mais par son atmosphère larvée, ses mélodies trompeuses et son climat sanglant.

Jérémy Urbain (7,5/10)

http://pigdestroyer.bandcamp.com/

Natasha
Pig Destroyer
2008
Relapse Records

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *