Boris Lelong – Perdide

Boris Lelong – Perdide

Perdide est une planète sauvage, imaginée par l’écrivain de science-fiction Stefan Wul pour les besoins de son roman L’Orphelin de Perdide, une oeuvre parue en 1958 et devenue rapidement un véritable classique du genre. Il y a quelques années, tout en découvrant le film d’animation Les Maîtres du Temps, adaptation cinématographique du livre fort réussie, et réalisée en 1982 par René Laloux avec le concours du célèbre dessinateur Moebius, Boris Lelong est à la fois frappé et séduit par les sonorités étranges qui illustrent les scènes se déroulant à travers les étendues luxuriantes et sauvages des lointaines planètes que sont Perdide et Devil-Ball. Créés pour les besoins du long métrage par les musiciens Pierre Tardy et Christian Zanési, ces ambiances électro-acoustiques donnent alors vie à un monde végétal coloré et insectoïde, aussi insolite que fascinant. Malheureusement, ces créations musicales n’ont jamais été éditées sous aucune forme que ce soit, et malgré tout son intérêt potentiel, même la bande originale des Maîtres du Temps demeurera pour certains fans (dont je fait partie !) une arlésienne en ne voyant jamais le jour.

Particulièrement sensible à ce genre d’immersion sonore car amateur invétéré de musiques « ambient », Boris Lelong souhaitait donc pouvoir écouter et s’abandonner pleinement en version longue durée dans les atmosphères si particulières des Maîtres du Temps et, surtout, indépendamment du visionnage du film. Mais puisque qu’un tel document n’existait pas, il a donc pensé à le réaliser lui-même ! Le musicien commence alors par sélectionner quelques scènes du film où les sons peuvent être entendus de manière intelligible indépendament des dialogues, puis les redécoupe, les retraite et les remodèle pour finalement étirer et déployer ces échantillons durant plus d’une heure. Il y ajoute ensuite ses propres textures électroniques, flottant doucement tout au long de cet environnement entièrement recréé et fourmillant de vie.

Après deux ans de travail, ce nouveau paysage sonore ainsi achevé fait une nouvelle fois écho avec la beauté étrange de Perdide et Devil-Ball (leur rendant au passage un bien bel hommage !), mais résonne également de façon curieuse avec les paysages nocturnes et phosporescents de la planète Pandora du fameux blockbuster Avatar. Pour l’anecdote, le film à grand spectacle de James Cameron est visionné pour la toute première fois par Boris Lelong quelques heures à peine après que ce dernier ait terminé le mastering de l’album !

Enfin, de par sa thématique « naturelle » et son extrême sensibilité, Perdide, immersion sensorielle dans un écosystème imaginaire et luxuriant, n’est pas sans évoquer aussi à sa façon l’animisme mystérieux et l’onirisme séduisant des oeuvres du génial réalisateur/dessinateur japonais Hayao Miyazaki (Le Voyage de Chihiro, Mon Voisin Totoro, Le Château dans le Ciel, etc). Comme quoi, il appartiendra donc à chacun de se créer son propre monde intérieur en partant à la découverte de Perdide !

Philippe Vallin (9/10)

 http://www.borislelong.fr/

 

 

Ecouter intégralement et/ou télécharger gratuitement l’album sur la page dédiée :

http://www.borislelong.com/works/perdide/

Entre géologie musicale et impressionnisme électronique : des immersions sonores sans carte au sein d’espaces à explorer… Pour en savoir plus sur les compositions de Boris Lelong et écouter quelques morceaux :

http://www.borislelong.fr/musique/ambient/

Perdide
Boris Lelong
2011
Creative Commons BY-NC-SA license

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *