Oceans Collide – The Awakening

The Awakening
Oceans Collide
Autoproduction
2018
Rudzik

Oceans Collide The Awakening

Oceans Collide The Awakening

Qui a dit que La France et le djent n’étaient pas compatibles ? Les Biterrois (mais pourquoi ce mot est-il au masculin?) d’Oceans Collide démontrent le contraire et réveillent les esgourdes tricolores avec le bien nommé The Awakening.

Certes, il s’agit d’un djent hybridé avec du metal progressif et surtout très mélodique et accessible dans lequel la performance technique n’est pas la priorité, bien que ces mecs soient très loin d’être des manchots. Le chant 100 % clair de Quentin Ménard contribue largement à conférer ce côté mélodique souhaité par le groupe dont les influences sont très hétérogènes.

Oceans Collide The Awakening band1

Oceans Collide présente également la particularité de posséder en Mika.L Esquive un batteur qui joue sur un kit électronique. Selon lui, cela présente l’avantage d’avoir un rendu excellent lorsque les conditions d’enregistrement ne sont pas au top (acoustique, micros et préamplis) et facilite les effets pour le mixage même si sa programmation n’est pas forcément des plus simples.

On note de suite que l’influence majeure du groupe est TesseracT avec ses rythmes épileptiques, mais pas seulement. En effet, si les rythmiques syncopées ramènent souvent l’auditeur dans ce paysage (« All Falls Down »), j’ai trouvé qu’il y avait du Leprous dans les parties chantées de « No Man’s Land » ou « Dying Words ». Que dire également du début de « My Aegis » qui rappelle fortement The Pineapple Thief, ce titre étant le plus chargé en émotions de l’E.P. A noter qu’il est chanté par Mika.L, auteur également des textes de ce morceau, c’est pourquoi il avait à cœur de le chanter, lui qui est préposé aux chœurs (pas les mêmes cœurs donc !) sur les autres titres. Ces dernières influences n’en sont peut-être pas, en fait, mais je les cite uniquement pour donner des pistes à l’auditeur et faire ressortir la versatilité des compositions d’Oceans Collide.

Les solis de Charly Boino ne sont pas légions mais lorsqu’ils émergent, ils sont tranchants comme un rasoir, car de courte durée (« All Falls Down »), le groupe préférant s’appuyer sur son chanteur, une très solide section rythmique où les claviers trouvent leur place et une multitude de riffs très diversifiés.

Le morceau mis en avant par le groupe (celui qui m’a donc accroché) est l’excellent « Nowhere To Hide » dont l’intro semble être exécutée par des musiciens souffrant de Parkinson. C’est ce titre, aussi, qui m’a convaincu du talent de son chanteur qui a carrément du coffre un peu à la Dio, quand il force un peu sur ses cordes vocales. Il peut très vite enchaîner avec des tonalités presque grunge puis adoucir le ton à la façon d’Einar Solberg de Leprous sur les passages plus planants. Je prends vraiment mon pied quand il y a une telle richesse de tonalités dans le chant et une telle symbiose avec la musique qui n’est pas en reste.

Oceans Collide The Awakening band2

Nos cinq Biterrois (le line up comprend également Mike Kingsley Traver aux claviers et Axel Sintes à la basse) travaillent ensemble depuis 2016 et n’enregistrent qu’en studio. A mon avis, avec un aussi bon matériel, les planches leur tendent les bras si l’on est capable d’imaginer une planche avec des bras, quoiqu’il y ait bien eu une éponge nommée Bob qui en avait, donc c’est pas si con ce que je raconte, non mais !

Je disais qu’ils ne sont pas malhabiles, ceci est surtout valable pour leur guitariste, Charly Boino qui troqua son instrument contre les manettes de la console pour réaliser un excellent mixage de l’album. Le mastering a été réalisé par Acle Kahney, membre fondateur de TesseracT, excusez du peu !

Mais qu’est-ce qui se passe, je vais me mettre à aimer le djent moi ? Oui mais pas n’importe lequel car, comme je le dis toujours, il faut que la performance technique et les compositions restent au service de la mélodie et pas l’inverse. C’est exactement ce qui se passe avec Oceans Collide. Son Awakening est un disque tout à la fois sacrément bien charpenté et feuillu, sans être trop touffu.

https://www.facebook.com/OceansCollideBand/

https://oceanscollideband.bandcamp.com/releases

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.