Morse Portnoy George – Cov3r To Cov3r

Cov3r To Cov3r
Morse Portnoy George
Inside Out
2020
Fred Natuzzi

Morse Portnoy George – Cov3r To Cov3r

Morse Portnoy George Cov3r To Cov3r

Pfiou, on ne sait plus où donner de la tête ! Neal Morse revient avec ses copains Randy George et Mike Portnoy pour une troisième livraison de reprises d’anthologie. Il revient aussi avec un album solo (entendre sans le mot « band » à côté de son nom) orienté prog (Sola Gratia), mais aussi avec un live des Flying Colors, un live du Neal Morse Band pour le Great Adventour (déjà paru), et bientôt un nouveau Transatlantic (ou Transatlantoc pour certains). Sans compter le Morsefest qui cette année, pour cause de Covid, se passera à distance, vous pouvez acheter vos places à prix d’or devant vos ordinateurs sur internet. Il revient, il revient, mais… était-il parti vraiment ? Je ne crois pas. Neal Morse est omniprésent, pour le bonheur de certains et le malheur d’autres. Personnellement, j’aime beaucoup le bonhomme et c’est un génie de la musique, donc, ça ne me gêne pas. Il a une patte certaine, a écrit de belles heures de la musique progressive et il n’est pas prêt de s’arrêter (de toute façon, il ne peut pas prendre trois mois de congés sans que de la musique lui tombe dessus et qu’il se sente un peu obligé de nous en faire profiter). Mais pendant notre confinement, me direz-vous, on ne l’a pas entendu ! Que nenni, mais que nenni dis-je ! Il nous a sorti une petite compilation de derrière les fagots, intitulée Hope And A Future et disponible gratuitement en téléchargement. Merci Neal.

Onze nouvelles reprises jalonnent ce Cov3r To Cov3r et un coffret remaster comprenant les trois volets est disponible (avec une track list complètement repensée pour chaque opus) si vous voulez compléter votre collection Neal Morsienne qui doit bien faire maintenant 572 cds et 140 dvd ou blu rays. Point d’ambition musicale ici, point de prétention mais juste essayer de rendre justice à ces morceaux qui ont influencés notre trio mais aussi bon nombre de musiciens. Et ça commence avec un vieux titre de Yes paru sur Time And A Word en 70 et qui reprend une énergie fabuleuse, « No Opportunity Necessary, No Experience Needed », avec un invité de marque, Jon Davison qui effectue actuellement un stage chez Yes, à l’instar des intermittents Jon Anderson, Trevor Horn et Benoit David. Un excellent titre de Jethro Tull extrait de Aqualung et chanté par Neal Morse nous arrive ensuite, « Hymn 43 ». Le dynamisme du morceau convient parfaitement à nos trois larrons qui s’en donnent à coeur joie. « Life On Mars » de Bowie, on est d’accord que personne ne pourra l’égaler. À part Steve Hogarth seul au piano. Et encore. Ici, la reprise est honnête et ils ont gardé un arrangement avec des cordes. Attention, les allergiques au jeu de Portnoy pourraient avoir une petite nausée. J’ai même eu un petit renvoi.

Morse Portnoy George Cov3r To Cov3r Band 1

« Baker Street », reprise du tube de Gerry Rafferty, est parfaite tout simplement. Les Beatles ? Portnoy leur voue un culte (et il n’est pas le seul). Il avait d’ailleurs monté le projet Yellow Matter Custard avec Neal et quelques autres et qui ne comprenait que des reprises des Beatles. Ici il chante (avec sa fifille) « It Don’t Come Easy » de Ringo Starr, un de ces morceaux les plus connus, sorti à l’époque en 71, juste après la séparation des Fab Fours. Un titre qui convient très bien à Portnoy, même s’il ne fait pas d’étincelles au chant. Badfinger est mis ensuite à l’honneur avec « Baby Blue », très bonne chanson pop de l’année 71, année que semble particulièrement apprécier notre trio (« Life On Mars » et « Hymn 43 » datent également de 71). King Crimson et son « One More Red Nightmare » mélange le technique jazz prog et la chanson pop, très bien retranscrit ici. On passe à une reprise au feeling groovy soul, quasi Motown, de « Black Coffee In Bed » de Squeeze, superbe chanson pop, suivi de « Tempted », toujours de Squeeze et écrite par Paul Carrack qui a officié un temps avec Mike Rutherford dans Mike + The Mechanics. « Tempted » aurait mérité d’y passer plus de temps et laisse à désirer. Autant aller checker l’original ! « Runnin’ Down A Dream » de Tom Petty passe ensuite à la moulinette du groupe mais à part son riff de guitare, la chanson reste peu intéressante. On termine ensuite avec « Let Love Rule » de Lenny Kravitz, sobrement, mais avec un petit final instrumental qui n’a rien à voir. Sympa mais anecdotique.

Morse Portnoy George Cov3r To Cov3r Band 2

Ce troisième volet des covers de Morse Portnoy George mélange le bon et le moyen, comme les précédents opus. Il faut y voir ici un objet de récréation, un hommage à des morceaux emblématiques et une invitation à aller (re)découvrir ces chansons. En ce sens, le trio y arrive parfaitement bien. Et il faut bien le dire, ils ont du goût ! Ne boudez pas votre plaisir et allez écouter ces reprises avant de revenir aux originaux.

https://nealmorse.com/

2 commentaires

  • Michael

    Salut Fred,
    Si tu cherches une cover de Life on Mars digne d’intérêt, jette une oreille sur ce lien Youtube :
    https://youtu.be/kJ095S0MmnA
    Par une certaine Aurora.
    Époustouflant.

    • Salut Michael

      Merci pour ce partage, je ne connaissais pas. Bon, ben, désolé et j’espère que tu ne le prendras pas mal mais ça ne le fait pas trop pour moi 😉 très jolie voix mais je t’avoue que les 6 minutes sont bien longues et je n ai pas retrouvé l’émotion nécessaire à cette chanson. Mais ce n est que mon humble ressenti 😉 merci à toi de nous suivre en tout cas, ça fait plaisir d’avoir des lecteurs qui réagissent à nos articles.
      Musicalement., Fred.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.