Joanne Hogg – Uncountable Stars

Joanne Hogg – Uncountable Stars

Ami lecteur, si tu es amoureux d’objectivité et de commentaires à la rigueur scientifiques, passe ton chemin sans t’attarder : nous allons en effet chroniquer le nouvel album studio de Joanne Hogg, la divine chanteuse, au magnétisme et au registre bouleversants, du groupe de rock celtique Iona. A l’heure où sa formation célèbre déjà ses vingt cinq ans ans d’existence, Joanne mène en parallèle une carrière solo prolifique. La sortie de « Uncountable Stars », son nouvel opus, aurait pu n’être qu’anecdotique si l’album avait été mineur. Or, ce n’est pas le cas et les « hoggiens » que nous sommes se trouvent perturbés par un phénomène étrange : à chaque nouveau disque, on se dit qu’on va avoir affaire à du déjà entendu. Qu’après autant d’années de bouleversements émotionnels, on ne se refait plus. Bref, que Joanne a déjà tout dit et qu’elle va bien finir par se répéter…. Encore raté : sur « Uncountable Stars », la magie opère toujours autant à moins que, comme pour une passion amoureuse, les fans transis que nous sommes redécouvrent à chaque fois l’être aimé avec un regard neuf. Ce millésime 2014, bien que fidèle à ses racines, part souvent dans des directions nouvelles et inattendues. Joanne explique au demeurant sur son site Internet que son « petit dernier » ne ressemble en rien à tout ce qu’elle a pu faire auparavant. La différence, en fait, ne se situe pas tant dans les atmosphères célébrées (oscillant toujours entre enthousiasme et mélancolie) que dans l’instrumentation proposée (les percussions, le glockenspiel, le violoncelle, le cornet).

Tout au long des treize plages qui composent ce CD, des synthétiseurs de toute beauté et des cordes déchirantes se partagent l’espace sonore avec les autres instruments et le chant toujours aussi poignant de Joanne. Le canevas musical est assez éclectique puisque que l’on retrouve d’une part des pièces très ‘peace and love’ comme « Out Here » (ah, ce violoncelle…) ou le pastoral « Kingfisher » au cornet enchanteur. Il y a, par ailleurs, des morceaux pop pleins d’entrain et au refrain imparable (le magnifique « Some Things » ou l’enjoué « Above The Storm »). D’autres titres sont plus nuancés dans leurs ambiances, tour à tour spleenétiques et enjouées (citons, dans l’ordre et en trois chevaux, l’hypnotisant « River Of Tears », le hanté « Mountain Of Debris » et le lancinant « Rest »). Cette diablesse de Joanne nous propose même un boléro martial (le sublime « Horse And Rider »), dont le piano sépulcral sert de merveilleux écrin aux vocalises enflammées de la maîtresse de cérémonie. Certains y verront un clin d’œil à la pochette du dernier opus en date d’Iona (un cavalier sur son fier destrier qui brandit son épée dans une contrée déserte).

Joanne Hogg Live

Plus généralement, dame Hogg évolue majoritairement dans un style néo-romantique intimiste qui met merveilleusement en valeur non seulement la pureté diaphane de sa voix mais également la subtilité de son toucher claviéristique (le délicat « Come Away », l’aquatique « My True Love » ou le pastoral « Lay Down »). Par ailleurs, les arrangements sont magistraux, avec de nombreux enregistrements d’éléments naturels – en général au début et en toute fin de presque chaque chanson (coassements, pluie et vent, cigales une nuit d’été). Quant à la pochette, présentant un martin-pêcheur lévitant au-dessus de l’eau avec sa proie du jour dans le bec, elle célèbre un panthéisme frémissant.

« Uncountable Stars », aux atmosphères si riches et variées, est la plus belle preuve, nous ne nous lasserons jamais de le répéter, que Joanne Hogg est une grande artiste, c’est à dire une femme épanouie pour qui l’art n’est pas un revenu mais une nécessité venue du plus profond de l’âme. Voilà donc une oeuvre magistrale qui s’adresse à l’intelligence autant qu’à l’âme de son public. Que du bonheur, quoi…..

Lucas Biela & Bertrand Pourcheron (10/10)

http://www.joannehogg.com/

Uncountable Stars
Joanne Hogg
2014
Autoproduction

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *