Hexvessel – All Tree

All Tree
Hexvessel
Century Media
2019
Thierry Folcher

Hexvessel – All Tree

Hexvessel All Tree

Celui-là, dès l’annonce de sa publication (février 2019), je l’avais coché comme un rendez-vous à ne pas manquer. Il faut savoir que les trois premiers albums d’Hexvessel m’avaient laissé une drôle d’impression, navigant entre envoûtement et interrogation. Ce sont des écoutes répétées et insidieuses qui m’ont permis d’adhérer tout doucement au monde passionnant de Mathew McNerney, le leader de ce groupe finlandais. Pour moi, l’attrait principal résidait dans cette approche musicale qui caractérisait des formations comme Can, Gong, Hawkwind, Dead Can Dance ou même le King Crimson du début. Une musique habitée, un chant souvent incantatoire et des sujets tournés vers la nature, les traditions, les croyances ou carrément de gros délires hallucinogènes. La bande d’allumés d’Hexvessel c’est un peu tout ça. Alors pourquoi s’interroger avec de telles références ? Tout simplement parce qu’il me manquait quelque chose pour adhérer totalement à leurs albums, un peu plus d’homogénéité peut-être et moins d’émotions en dents de scie. Il faut dire que certains titres comme « A Letter In Birch Bark » sur No Holier Temple ou « Cosmic Truth » sur When We Are Death sont de petits bijoux qu’on aurait aimé voir installés dans des écrins plus lumineux. Avant de parler du tout dernier All Tree, il est quand-même important, voire indispensable, de faire un peu plus connaissance avec Hexvessel. Ce groupe a été fondé en 2009 à Helsinki par un britannique du nom de Mathew McNerney (Kvohst) déjà bien connu dans la sphère black métal comme chanteur au sein des norvégiens de Dødheimsgard et des anglais de Code. Bien loin des riffs puissants des métalleux, la musique du combo finnois se pare des atours du folk traditionnel avec des incursions vers les mondes psychédéliques et progressifs. On parle même de « wyrd folk », un courant mystique tourné vers les contes de la mythologie nordique.

L’aventure discographique commence en 2011 avec Dawnbearer suivi de No Holier Temple en 2012. Deux albums à l’atmosphère étrange et parfois déroutante mais qui furent assez bien accueillis. Puis en 2016, When We Are Death va brouiller un petit peu les cartes en proposant une partition plus nerveuse et finalement moins convaincante. Le son avait parfois des intonations eighties pas vraiment en phase avec le monde d’Hexvessel. Car nos amis finlandais se délectent des traditions anciennes, du rapport de l’homme avec la nature et de son profond attachement aux croyances scandinaves. Des éléments bien présents dans All Tree, avec l’arbre comme symbole totémique au centre de ce nouvel album. Un élément végétal à la fois nourricier et protecteur et faisant l’objet d’une véritable vénération. Ici la musique retrouve une atmosphère douce et apaisante avec des passages mystiques très poussés. Dans le livret, Hexvessel remercie même les esprits et les entités pour leur compagnie, leur aide et leur inspiration. Ceci ne doit pas vous faire fuir, on n’est pas dans du prosélytisme. C’est juste une manière d’expliquer une démarche somme toute peu commune. Mathew McNerney est à fond dans son trip et donne, grâce à son talent d’auteur compositeur, une vision très agréable et abordable de son univers. Il possède en outre un belle voix chaude et soyeuse qui me rappelle par moment celle de Greg Lake époque King Crimson. La comparaison avec le « roi écarlate » est même assez frappante sur le magnifique « Birthmark » qui  nous envoie des effluves de « Moonchild ».

Hexvessel All Tree Band 1

All Tree va réussir là où ses prédécesseurs peinaient un petit peu, c’est à dire dans la cohésion et la continuité émotive. L’album est bien équilibré et bien construit malgré la complexité des sujets abordés et la grande quantité de musiciens présents. En plus des sept membres du groupe, All Tree va se parer d’une chorale et de plusieurs invités comme Daniel Pioro au violon et Dirk Campbell aux instruments à vent. A noter aussi, pour les amateurs de métal français, la présence furtive sur « Changeling » de Stéphane Paut d’Alcest. Le chant va bien sûr dominer les débats mais sans être assommant ou monocorde. Une des grandes forces de l’album est de proposer des vocaux très variés, sur lesquels McNerney s’associe souvent au joli timbre de Marja Konttinen ou fait appel au Dominante Choir, une formation finlandaise réputée. C’est d’ailleurs elle qui ouvre de façon grandiose All Tree avec « Blessing », un petit texte issu de la tradition finnoise. Cette courte introduction va lancer « Son Of The Sky » lui aussi inspiré des rites Sami. Un morceau bien enlevé qui permet vers la fin de mettre en valeur la guitare progressive de Jesse Heikkinen. On peut difficilement parler d’All Tree sans évoquer « Old Tree » le titre folk par excellence où la guitare acoustique et le violon vont enrichir les vocaux magnifiques de McNerney. L’album se débride même un petit peu sur « Ancient Astronaut » et sa cavalcade échevelée au son de guitares très rock. Hexvessel va également bien profiter des origines celtes de son leader sur « Wilderness Spirit » et mettre ainsi en valeur le métissage culturel de la formation. Tout cela n’est qu’un survol de l’album dont la richesse et la démarche demandent une attention intense et personnelle. Les treize titres valent tous la peine d’être écoutés et aucun d’entre-eux ne ralentit la cadence, les presque cinquante minutes passent en fait très vite.

Hexvessel All Tree Band 2

Il y a beaucoup à dire sur All Tree et son monde fantastique. C’est le genre d’album qui ne peut se satisfaire du seul téléchargement. Le livret, ultra détaillé, est l’outil indispensable à la bonne compréhension de la musique. Chaque titre et chaque texte sont agrémentés de poèmes, de photos et d’explications. Hexvessel nous offre un beau document à la fois riche musicalement et riche intellectuellement. Un document dans l’air du temps où l’homme commence (enfin) à observer le monde qui l’entoure avec des yeux admiratifs et catastrophés. Nous sommes à la croisée des chemins, et nous devons prendre les bonnes décisions le plus rapidement possible, sinon le clip de « Old Tree » (ci-dessous) risque bien de faire partie d’images d’archives poignantes et nostalgiques.

https://www.hexvessel.com/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.