Flying Colors – Third Degree

Third Degree
Flying Colors
Music Theories Recordings
2019
Fred Natuzzi

Flying Colors – Third Degree

Flying Colors Third Degree

Bon, alors. On en est où dans l’agenda de Neal Morse là ? The Great Adventure, c’est fait, la comédie musicale sur Jesus, c’est fait, Transatlantic, c’est en cours, c’est donc au tour de Flying Colors et de son troisième opus, Third Degree, de porter la virtuosité des claviers du père Neal. Mais bien sûr, il n’est pas tout seul. Flying Colors est le fruit d’un travail collaboratif avec son batteur Mike Portnoy, mais aussi le bassiste Dave Larue, le chanteur guitariste Casey McPherson, et le guitariste Steve Morse. Alors, on navigue en terrain connu, mais bizarrement, cet album est meilleur à mon sens que le précédent car il synthétise toutes les possibilités du groupe sans tomber dans un excès de démonstration, contrairement à certains titres de Second Nature. La facilité avec laquelle les morceaux s’enchaînent laisse pantois et chacun d’entre eux réserve leur lot de fun. Alors bien sûr, certaines parties de claviers de Neal Morse font ressortir le côté progressif de la chose, le son Portnoy est bien présent, les soli de Steve Morse peuvent être héroïques par moment, mais l’ensemble est étonnant parce que tout le temps fluide, maîtrisé, avec des compos solides. Attention, rien de révolutionnaire quand même ! Mais pour ma part j’ai pris plus de plaisir avec cet album qu’avec les deux autres. Même le chant de McPherson, plus émotionnel, a progressé et emmène l’opus vers d’autres sommets.

Pourtant, les deux premiers titres prenaient un virage dangereux car très réminiscents, dans les mélodies vocales, de … Muse. En effet, « The Loss Inside » démarre sur les chapeaux de roues et file d’emblée la banane mais le refrain est trop appuyé Muse pour convaincre. Musicalement par contre, c’est rock, ça joue, les mecs ne plaisantent pas tout en restant fun, Neal s’éclatant sur son solo de synthé prog. à rallonge dans un beau duel avec Steve Morse, bien soutenu par la batterie de Portnoy et une basse qui charpente le tout à la perfection. « More » est encore plus coloré Muse car là ce n’est pas le refrain mais les couplets qui sont chantés façon Bellamy. Un peu gênant quand même … Heureusement, plus de Muse après ce « More » qui reste tout de même de bonne facture avec « Cadence » où la fluidité règne en maître. Du Flying Colors plus classique où chacun se met en valeur sans trop en faire, mention spéciale à la basse de Dave Larue, fabuleuse.

Flying Colors Third Degree band 1

« Guardian » est un morceau classique également avec une partie instrumentale faisant la part belle à Larue, paradoxalement moins convaincant sur ce titre. « Last Train Home », ouvertement progressif avec ses dix bonnes minutes, possède un thème dont la patte est identifiable entre mille. Neal Morse prend le micro en milieu de morceau pour la première fois, preuve que McPherson est le véritable chanteur du groupe. Un titre absolument réussi, harmonieux, qui sera sans aucun doute un moment fort en live. Un groove inattendu balance « Geronimo » dans une catégorie à la Toto, un titre surprenant et fort bienvenu. On pense à Jeff Buckley au début de « You Are Not Alone », malheureusement la ballade ne dépasse pas le stade de « jolie ». « Love Letter » illustre le côté le plus pop du combo, un titre ensoleillé qui fait du bien. Les onze minutes de « Crawl » ferment l’album, plus techniques, plus « sérieuses », comme s’il fallait absolument conclure avec du progressif. Ok, pourquoi pas, mais c’est dommage vu les couleurs très différentes des morceaux tout au long de ce Third Degree et de plus, la tonalité plus sombre de ce titre ne correspond pas à l’ensemble.

Flying Colors Third Degree band 2

Ce nouvel opus, réalisé cinq ans après le précédent, montre une cohésion de groupe plus forte. Third Degree s’écoute avec grand plaisir, le sourire aux lèvres, et montre que ses auteurs ne sont pas en panne d’inspiration grâce aux nombreuses surprises qui parsèment l’album. Un très bon moment.

https://flyingcolorsmusic.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.