Fairy World IV

fairyworld4

« Fairy World IV » est un voyage haut en couleurs en terres féériques de Prikosovénie, label indépendant qui, depuis sa création en 1991, n’a cessé d’enrichir son catalogue en musiques alternatives, cinématiques, métissées et contemplatives. Pilotée par un petit groupe de passionnés basés en Loire-Atlantique, l’association n’est pas seulement active dans la promotion et l’édition discographique, mais développe par ailleurs toute une panoplie d’activités culturelles, avec en point d’orgue la fameuse « Nuit Des Fées ». Organisée chaque année depuis 2007 dans la très jolie ville historique de Clisson, cette jeune manifestation déjà renommée et fréquentée par de nombreux amateurs propose concerts, ateliers, marché féérique et animations diverses, à travers lesquels le travail des artistes du label est tout particulièrement mis en valeur. Et puisqu’on parle des fées, rappelons que dans la collection Prikosnovénie, ce sont les voix de la gente féminine qui sont les mieux représentées, et ce n’est pas l’avènement de cette nouvelle et bien fournie compilation qui me contredira.

« Fairy World IV » est aussi l’occasion d’annoncer et de réaffirmer les différentes subdivisions du catalogue, avec une petite nouvelle baptisée Mandalia, dédiée au bien-être et à la relaxation. Et avec l’arrivée de cette nouvelle vague d’artistes, la qualité musicale et le talent sont une nouvelle fois au rendez-vous. Au rayon des nouveautés donc, Poussières D’Etoiles et Crista Galli nous immergent dans des ambiances sereines et aux parfums mystiques. Les deux groupes déploient leur univers à grand renfort d’instruments acoustiques, classiques et ethniques, sans oublier le chant (féminin !) d’une grande profondeur, avec pour les seconds l’utilisation des mystérieuses et envoutantes techniques vocales dites « harmoniques ». Dans un autre registre, le harpiste moldave Alizbar saura susciter de bien belles émotions avec le délicat « Metamorphoses Of Ann », extrait de son magnifique premier opus où il œuvre en soliste, en totale osmose avec son instrument de prédilection. Gros coups de cœur également pour Ivo Sedlacek, violoniste tchèque à l’expressivité rare, qui fait ici dialoguer les vibrations de ses cordes avec celles, frappées, d’une sorte de dulcimer. Enfin, on ne peut conclure le survol de cette première subdivision sans évoquer la pureté de « En Approchant Des Rivages Bleus », la pièce instrumentale proposée par Lys (avec le même Ivo Sedlacek), où mélopées de flûte et de violon se succèdent délicatement au beau milieu du bruit de vagues et d’une mer de carillons aux sonorités cristallines.

Tradition oblige, la compilation nous offre un véritable florilège de titres inédits (pas moins de treize sur un total de dix-sept !), offerts par les plus illustres représentants du label nantais. Parmi ceux-ci, je retiendrai tout particulièrement l’excellent « Echoes » du trio parisien Antrabata, qui poursuit son exploration musicale en générant un style mariant allègrement la word-music, le rock planant et le trip-hop façon Portishead ou Goldfrapp. Les talentueux brestois de Mediavolo s’en tirent également haut la main avec l’aérien « Unaltered Empire », et ses guitares en apesanteur, qui feraient tout à fait illusion au sein des meilleures ballades du Radiohead période OK computer. Et, une nouvelle une fois n’est pas coutume, ce sont encore ici les filles qui chantent ! Côté bonnes surprises, on poursuit dans le rayon bien fourni des voix féminines avec l’apparition d’un duo nantais baptisé Shira°Zed, qui propose avec « Bghina Salam » un audacieux mixage de sonorités maghrébines (chant, luth électrique, percussions) et électro. Espérons que le groupe signera prochainement sur le label, avec à la clef un tout premier album qui pourrait s’avérer fort intéressant.

La compilation conserve de bout en bout un très haut niveau qualitatif, bien que je reste toujours un peu de marbre en écoutant les chansons sympathiques mais un poil hors-sujets de Ny:Na Valès, vraiment trop estampillées « nouvelle variété française » pour susciter chez moi un réel enthousiasme. Hormis L’atmosphère, le (court) titre qui représente ici duo nantais, le voyage au pays des elfes et des émotions reste intact, jalonné de petits bijoux musicaux qu’il fait si bon découvrir. Enfin, cette belle immersion au pays des fées est aussi renforcée par l’aspect graphique de l’objet, particulièrement riche et soigné comme c’est systématiquement le cas chez Prikosnovénie. Ainsi, le classieux label contribue quelque-part à toujours donner l’envie à ses mélomanes d’acquérir les supports physiques des albums au lieu de les télécharger. Et quand on connaît le prix du livre CD qui nous intéresse ici (moins de 7 euros sur le site de l’éditeur !), on aurait vraiment tort de se priver.

Philippe Vallin (7,5/10)

http://www.prikosnovenie.com/

IV
Fairy World
2008
Prikosnovénie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *