Daniel Menche – Kataract

03.-Kataract

Le choix a été assez dur pour choisir un disque de Daniel Menche. L’artiste étant si prolifique que le néophyte peut s’y perdre en moins de deux. Pourquoi Kataract ? À vrai dire, j’en sais trop rien. Peut-être est-ce du au hasard de mes écoutes ou de mon envie du moment… Quoiqu’il en soit pour commencer un long chapitre sur Daniel Menche il me semble nécessaire de parler de cet aspect de son travail. Mais d’abord, petite présentation. Daniel Menche vient de Portland, (Oregon) et est actif depuis maintenant 20 ans. Si certains le cataloguent dans le registre de la « Noise Music », il faut toutefois y mettre une réserve. Non, ce n’est pas de la noise, c’est du son puissant. Ce qui intéresse Menche, c’est le SON. Qu’il soit herculéen et évolutif, tribal et anxiogène, le travail de l’Américain ne fait pas dans la demi-mesure. Utilisant les sons du corps comme médium organique (pour ne pas dire sanguin) par le biais d’une sur-amplification électronique, le résultat dépasse l’entendement.

Cependant l’album chroniqué ici ne repose pas vraiment sur ce principe. Kataract prend pour base des prises de sons directes de chutes d’eau manipulées ensuite à outrance, accouchant ainsi d’une pièce de presque 40 minutes. Daniel Menche, c’est la musique électroacoustique de l’extrême. Car oui, extrême, Menche l’est dans ses triturations. Ses chutes d’eau sont des effusions de matières instables en plein déchaînement. Ses torrents se transforment à son contact en des ouragans soniques aux proportions titanesques. Oui, c’est le terme. Ecouter Daniel Menche, c’est se confronter à un titan sonore imperturbable qui ne se perd pas dans une improvisation forcée. Menche construit, emboîte les éléments mis à sa disposition pour en ressortir la substance la plus organique et la plus corporelle. On se confronte à Kataract. L’album ne se donne pas à nous, il se fracasse sur nous !! Sans stridence, sans violence exacerbée, sans effet tapageur, il passe, puissant, monolithique.

Disque d’électroacoustique décuplée, Kataract est une pièce dense qui s’écoute fort pour qui veut se confronter aux remous sonores dignes d’un tsunami. Une expérience physique qui trouvera dans de prochaines chroniques une ligne directrice. Fort.

Jérémy Urbain (8/10)

Site web : http://danielmenche.blogspot.fr/ 

 

Kataract
Daniel Menche
2009
Mego

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *