Black Saturn – Ned Jackson Is My Little Brother

Black Saturn – Ned Jackson Is My Little Brother

À tous ceux qui maintiennent dur comme fer que le hip-hop n’est qu’une musique pour jeunes délinquants islamistes juste bons à cramer des bagnoles devraient jeter une oreille sur ce « Ned Jackson is My Little Brother ». À défaut de devenir un peu plus intelligent, quand on entre par la porte de Black Saturn, on pénètre dans un univers du djing qui rime avec prise de risque et recherche sonore. Rythmes à la frontière de l’industrial, élongations micro-soniques, flow fantôme, ambiance éthérée mais jamais étouffante, la musique et ses sonorités multiples qui déferlent plus qu’elles ne se montrent, sont harassantes, excitantes, intrigantes, à tel point qu’on ne sait pas vraiment où se positionner dans ce fourre-tout fragmenté et ambiancé SF. Se contorsionnent des titres purement hip-hop avec d’autres, instrumentaux, où l’imagination du compositeur est la seule ligne de mire dans le viseur sonore. Si parfois la répétition est de mise, elle ne sert qu’à se perdre davantage dans ce puzzle musical où les mots « Ned » et « Jackson » apparaissent de temps à autre, attache emphatique, réalité déformante.

Il se trépigne un je ne sais quoi de Philip K. Dick, mécanique motorisée obsédante, respiration inconsciente, à moins qu’il ne s’agisse des souvenirs qu’un spectre met en route comme on écoute un sample enregistré avec son smartphone dans une ruelle sombre. Quelque-part, je rapprocherais l’effort de Black Saturn des titres les plus épurés de El-P, sans accumulation expressionniste, mais avec cet esprit science-fiction collant comme un bubble-gum poisseux dont les paillettes colorées attirent le regard telles les étoiles dans un ciel pollué de mégalopole.

C’est une rencontre, une description allégorique, le portrait d’un Picasso biomécanique, tantôt immersif, tantôt contemplatif, qui ne se perd jamais en digressions lentes, chiantes et inutiles (comptez un peu plus d’une demi-heure, pas plus). C’est juste sorti dans l’ombre du capitalisme 2.0 numérique, la preuve matérielle semble aussi abstraite que le déroulement mi-spectral, mi-tangible de « Ned ». Ah oui, certains croient encore que c’est une musique de délinquants islamistes et pyromanes, c’est vrai, c’est vrai. Dommage pour eux…

Jérémy Urbain (7,5/10)

http://alrealon.co.uk

Ned Jackson Is My Little Brother
Black Saturn
2013
Alrealon Musique

Un commentaire

  • Vous êtes passionnés de musique ?

    Que vous soyez chanteur, musicien ou DJ, quelque soit votre genre musical (R&B, rock, rap, hip hop, raï, jazz ou autres) 

    téléchargez votre vidéo et croisez les doigts pour devenir la future star sur  www.casting.maghreb24tv.com  

    Pour gagner il faut tout simplement avoir le plus de votes possibles, et ce, grâce aux personnes qui voteront pour vous par SMS.

    Chers internautes, c’est vous uniquement qui pourraient juger la performance des candidats et élire la future star. En votant vous entrez automatiquement au tirage au sort  et gagnerez
    pleins de cadeaux  chaque semaine..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *