Arena – The Unquiet Sky

Arena The Unquiet Sky

Arena fête cette année son vingtième anniversaire. Cette dream team de la cause progressive – Clive Nolan (Pendragon, Shadowland, Caamora), John Mitchell (It Bites, Kino, Frost*, The Urbane, Lonely Robot), Mick Pointer (ex-Marillion) et compagnie – offre ainsi deux cadeaux à leurs fans de la première heure : 1) un nouvel album de qualité et 2) une tournée-anniversaire qui parcourt leur remarquable discographie avec goût. Cela fait donc déjà deux décennies que l’équipe anglaise promeut son rock néo-progressif symphonique et mélodique sans se soucier ni des modes ni des défections de personnel (Paul Manzi, qui officie sur « The Unquiet Sky » n’est rien de moins que le quatrième chanteur de la formation). Affirmons sans plus tarder qu’il est, et de loin, le meilleur de tous, on en veut pour preuve sa magistrale prestation en concert lors de la reprise courageuse de « The Show Must Go On » de Queen. Freddie Mercury, de là-haut, doit apprécier cet hommage maîtrisé et pénétrant.

Reprenons les faits : En 1995, la parution de « Songs From The Lion Cage » a fait l’effet d’une bombe. Comme si Marillion refaisait plus de dix ans après « Script For A Jester’s Tear ». Mick Pointer et Clive Nolan, respectivement batteur et claviériste, ont vraiment tout fait pour apprivoiser les auditeurs orphelins et dépités, acquis à la cause progressive et n’ayant plus grand-chose à se mettre dans les oreilles en cette période de disette musicale (Blur, Oasis et Suede raflaient alors tous les suffrages, et Marillion, IQ et autres Pendragon passaient pour d’anecdotiques zozos aux yeux de la presse spécialisée britannique).

Arena Band

Épaulés par l’excellent guitariste Keith Moore (ex-Asia), plus tard remplacé par l’ubique John Mitchell, et le clone de Fish, John Carson (premier employé au poste éjectable de leader), les créateurs venaient de donner naissance à une bête qui rugit encore aujourd’hui, même si l’impact des débuts apparaît comme obligatoirement amoindri. Ce huitième album en studio recadre un peu le propos après un « The Seventh Degree Of Separation » moins symphonique et plus carré qui a quelque peu déstabilisé les fans de la première heure. Il est vrai que ce disque aux titres concis et efficaces avait surtout pour vocation de présenter le nouveau vocaliste et les effets ont été davantage appuyés au niveau des lignes de chant (superbes au demeurant) au détriment des constructions alambiquées usuelles.

« The Unquiet Sky » prend donc le contrepied de son prédécesseur en proposant un album conceptuel, assez proche dans l’esprit de leur chef d’œuvre « Contagion », paru en 2003. Ce qui fait la force d’Arena est présent à haute dose : les envolées ébouriffantes du Maître es claviers Clive Nolan et les soli dantesques de John Mitchell (peut-être un des guitaristes les plus mésestimés du circuit, pourtant, il en cuirait à d’autres, plus célèbres, de se mesurer à ce modeste et tranquille mercenaire de la cause planante) forment le menu copieux de cette dernière livraison, préparée avec soin et livrée avec appétit.

La cerise sur le gâteau reste cette voix impeccable, qui manquait quelque peu sur les prestations précédentes. Un seul ingrédient manque à ce mets raffiné : une pincée d’originalité.

Christophe Gigon (7/10)

http://www.arenaband.co.uk/

The Unquiet Sky
Arena
2015
Verglas Music

16 commentaires

  • Maisiat

    Regain d’inspiration pour Arena après un Pepper’s Ghost décevant et un inégal Seventh Degree of Separation. Le groupe retrouve l’emphase mélodique qui lui a fait (quelque peu) défaut précédemment. S’appuyant sur un indéniable savoir faire instrumental, le groupe offre à Manzi de remarquables parties vocales. A ranger tout près de « the visitor » (ah Wrightson ! le meilleur à son poste selon moi…) et de « contagion » bien évidemment.
    8,5 ni plus ni moins !

  • jean michel

    Paul Manzi, qui officie sur « The Unquiet Sky » n’est rien de moins que le quatrième chanteur de la formation). Affirmons sans plus tarder qu’il est, et de loin, le meilleur de tous .

    Il faut vous faire enlever les bouchons de cérumen de vos écoutilles … Perso , je trouve que c’est le plus mauvais !!!!! et arrêtez de mettre des notes , c’est franchement idiot !

  • BERTRAND

    Une excellente cuvée d’Arena avec un Paul Manzi déconcertant de talent et de charisme au chant.
    Bonne journée, Bertrand xx

  • Philippe Vallin

    Bonjour Jean-Michel,
    Pourquoi tant de haine ? Allez, calme toi.
    Primo, une chronique n’engage que son auteur, donc pas la peine déjà de refiler des cotons tiges à toute l’équipe de C&O (en plus, ce n’est pas la meilleure solution pour se nettoyer les oreilles). Perso, je suis assez d’accord avec Christophe : ce nouveau chanteur est excellent, et il me rappelle le style et le timbre de Paul Wrightson, ce qui n’est pas pour me déplaire.
    Secundo : les notes. Oui, tu as raison, ce n’est pas franchement utile, mais de là à dire que c’est « idiot »… Disons que c’est un indicateur supplémentaire pour le lecteur, et souvent une satisfaction pour les jeunes groupes/artistes qui y voient une certaine marque d’encouragement. Disons que nous faisons ça un peu « machinalement », et il n’est pas exclu en effet que les notes disparaissent un de ces quatre. Mais ce ne sera sûrement pas une conséquence de ta missive. C’est vrai quoi, on peut discuter tranquillement non ?
    Allez, mets toi un bon p’tit néo et détends toi Jean-Michel, tu m’as l’air un peu nerveux, c’est mauvais pour la santé, et nous, on ne veut que le bonheur de nos lecteurs tu sais ! 😉
    Musicalement,
    Philippe.V

    • Jean-Michel

      Bonjour Philippe !

      C’est vrai que sur ce coup là , je me suis un peu énervé …. Désolé ! Mais voilà quoi , je n’aime pas Paul Manzi , j’adorais la voix de Rob Sowden et en plus niveau look sur scène , il plagie le gaillard !
      Sinon pour les notes , c’est peut être une réaction par rapport aux années scolaires , un traumatisme enfoui …. non je blague ! franchement , je le trouve pas terrible ce nouvel album d’Arena mais voilà , les gouts et les couleurs … Allez je retourne dans ma cage ! et sans rancune

  • Jean-Luc

    Arena, le retour.
    Après s’être égaré dans le métal sans intérêt sur The Seventh Degree …, le groupe revient en pleine forme avec un album dans la lignée de Contagion : magnifiques solo de guitares, et un Paul Manzi dont je n’étais pas fan, mais dont la performance ne fait que croitre tout au long de l’album pour culminer (dans les aigus, quelle puissance) sur les dernières plages !
    Entièrement d’accord avec cette belle chronique.
    8/10 pour ma part (et tant pis pour ceux qui n’aiment pas les notes 😉 )

    • Sylvie

      je me réveille tout juste de leur excellent concert d’hier soir. Un pur bonheur pour moi!J’ai trouvé le chanteur excellent, donnant un ptit côté punchy au groupe et en plus il occupe bien la scène. Il a repris formidablement les morceaux des anciens albums. J’ai enfin pu apprécier sur scène le formidable guitariste que j’avais déjà adoré dans kino. Le bassiste, très fun, est très complice avec Manzi. Et le tandem Nolan -Pointer nous régalent toujours autant de leur univers bien à eux. Mon seul regret : quelques morceaux que j’adorais et qui n’ont pas fait partie de la set list. comme toujours quand on a affaire à un groupe qui a 20 ans de carrière. Mes amitiés à tous.

  • thierry

    J étais au concert hier soir et suis ressorti un peu déçu: une sono pas toujours équilibrée, P Manzi ne m’a pas convaincu j ai regretté P Wrightson, quant à J Mitchell quel guitariste mais qui hélas donne trop l’impression de s’ennuyer. Enfin, je reste persuadé que 10 décibels en moins et la qualité du son n’en serait que meilleur.

  • raoul

    Paul Manzi est une très bon chanteur, mais affirmer qu’il est le meilleur de tous… P Wrightson était bien plus charismatique et chantait tout aussi bien.
    J’ai une grosse affection pour Arena, et si je respecte leur travail sur cet album, il ne s’agit plus vraiment d’Arena, cela sonne vraiment comme du Threshold. Beaucoup plus métal qu’avant et surtout moins de relief dans leur musique, moins de changement d’ambiance au sein d’un même morceau. Et je regrette que JM soit aussi peu habité sur scène.

  • animal

    Je suis d’accord avec toi raoul et n’oublions pas aussi Rod Swowden sur le magnifique immortal..

  • Maisiat

    En dépit de ses 20 ans, Arena porte toujours beau, il demeure un groupe très agréable à écouter, et ce, en dépit de multiples changements de personnels.
    Si certains déplorent des évolutions radicales du groupe,(à nuancer toutefois selon moi), le groupe reste très identifiable et surtout mélodique.
    Au reste, n’y aurait-il pas plus de « différences » entre Marillion 1983 et Marillion 2012 qu’entre Arena 1995 et Arena 2015 ?

  • Joseph

    Bonjour à tous.
    J’ai téléchargé l’album « The Unquiet Sky » sur iTunes et malheureusement (pour moi) il n’est pas indiqué le nom des compositeurs des titres. C’est souvent le cas et c’est un manque de respect pour les auteurs. Est ce que quelqu’un peut répondre à ma demande ? En ce qui concerne l’album, rien que le titre est progressif !

    • Jean-Michel

      Bonsoir §

      alors , Music by nolan 1-12, mick pointer 1-12 except 2,6,11 paul manzi 2,11 kylan amos6 and john mitchell additional material

      lyrics by clive nolan .

      voilà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *