Andy Partridge – Fuzzy Warbles Vol 7 & 8

Andy Partridge

Andy Partridge – Fuzzy Warbles Vol 7 & 8 (APE 2006)

Depuis décembre 2002, le génial Andy Patridge, dont la soif de composition n’a d’égale que son inventivité, nous abreuve de ses fameux Fuzzy Warbles. En voici la dernière paire, c’est-à-dire les septième et huitième volumes. Histoire de recadrer les choses pour les ignorants (si, si, il en reste), ce guitariste songwriter british appartient à cette race de musiciens qui, en son temps (les années 80 et 90), a su avec son groupe (XTC) donner une nouvelle impulsion jubilatoire à un rock sclérosé par trop de préjugés. A l’instar d’un Paul Weller qui, avec les Jam, bouleversait la donne, XTC marquait de son empreinte une époque lors de laquelle la new wave se targuait d’être la nouvelle vague musicale après le raz de marée punk de la fin des 70’s. On ne peut en effet que s’incliner devant des albums tels que « White Music » (1978), « Drums and Wires » (1979), détenant le fameux single « Making Plans for Nigel », et « Black Sea » (1980). Mais contrairement à Weller dont les paroles ouvertement politiques s’engageaient ouvertement en faveur d’un parti travailliste laminé par une Miss Thatcher au plus fort de son incompétence, Andy Patridge, lui, optait pour un mode d’expression totalement différent (quoique ayant la même cible en ligne de mire) : la dérision et l’humour. Et si les Jam évoluaient dans un rock brut teinté de soul qui marquait le retour des mods, XTC possédait pour sa part l’art d’accommoder les Beatles à une sauce résolument savoureuse et piquante… limite déjantée mais dans le bons sens du terme.

Partridge Fuzzy Warbles 7 8

Auteur de douze albums avec XTC, Partridge, miné par une spasmophilie qui le laisse dans l’incapacité d’asseoir sa personnalité sur les planches, abandonne à tout jamais l’idée de tourner, au grand désespoir de nombreux fans, au beau milieu des années 90. XTC devient ainsi du jour au lendemain le premier groupe de pop rock british en activité à être totalement absent des affiches en terre d’Albion (et du monde entier) sans que cela nuise à la vente de ses disques (!). De sorte que n’ayant plus grand-chose d’autre à faire que d’enregistrer ses idées sur bandes, Andy Patridge amasse suffisamment de matériel pour pouvoir en exhumer les plus beaux restes sous la forme de ces Fuzzy Warbles, véritable offrande à ses fans et, bien entendu, à ceux de XTC car ces recueils de « rejets », qui sont loin d’être des déchets, se révèlent être autant de malles aux trésors.

Ces « restes », en effet, sont la preuve que ce musicien novateur, débordant de créativité, de génie et d’humour, n’a jamais connu la médiocrité car que ce soit lors d’improvisations, d’expérimentations, d’intermèdes délirants (thèmes pour la télévision) ou en nous livrant moult versions alternatives de titres de XTC qui renferment autant d’idées abordées sous des angles différents. Bref, on n’a pas affaire ici à de simples démos brutes sans intérêt, tant la patte immédiatement reconnaissable de Partridge fait des merveilles. L’homme est capable de tout : écrire des chansons gaies sur la pluie et le beau temps (enfin, façon de parler), laisser transparaître ses sentiments et ses angoisses sur des pièces plus légères ou bien de rester caustique quand il le faut sur des rythmes pour le moins délurés. Et ceci, avec son indéniable sens de la mélodie (véritable héritage des Beatles), son authenticité et LE talent qui lui sied à merveille.

En huit chapitres publiés en l’espace de quatre ans, celui qui, au côté de ses compères Colin Moulding et Dave Gregory, aura donné ses lettres de noblesse au rock anglais, vient récompenser les attentes les plus folles. Et comme tous les volumes des Fuzzy Warbles, ceux-ci sont enrichis de commentaires de l’auteur lui-même qui livre ses impressions et réflexions du moment. Cela dit, l’aventure XTC n’a jamais cessé d’exister (cela fait plus de trente ans qu’elle dure), elle se fait juste désirer, alors Andy, c’est quand tu veux !

Denis Perrot (8/10)

http://en.wikipedia.org/wiki/Andy_Partridge


4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *