The Tea Party – Black River EP

Black River EP
The Tea Party
Auto Production
2019
Fred Natuzzi

The Tea Party – Black River EP

The Tea Party Black River

Alors que la mort de Neil Peart, le batteur de Rush, secoue le monde du rock, voici le retour d’un autre groupe canadien qui doit beaucoup à Neil Peart et aussi à Led Zeppelin, j’ai nommé The Tea Party. The Ocean At The End, album de la reformation, date déjà de 2014, et depuis, seuls les titres « Black River » puis « Way Way Down » avaient émergé sur internet, à partir de la fin 2018. Il aura fallu attendre encore un an pour voir la sortie de cet EP intitulé Black River et qui se compose de six nouveaux titres dont une reprise, et pas des moindres. The Ocean At The End avait marqué un renouveau pour le combo qui repartait de ses bases pour emmener sa musique ailleurs. Les influences moyen-orientales qui avaient fait les beaux jours de The Edges Of Twilight ou Splendor Solis avaient quasiment toutes disparues au profit de morceaux plus directs, plus rock, mais moins « in-your-face » qu’à l’époque de Seven Circles en 2004. Sur cet EP, il est clair que la bande à Jeff Martin a voulu privilégier un rock pêchu et direct, tout en soignant, comme à leur habitude leurs compositions et la production étincelante du disque. L’EP est court et possède ce petit goût de revenez-y. En effet, après 5 ans d’absence, Black River rappelle que The Tea Party est un groupe au son reconnaissable, imposant le respect, avec des musiciens hors-pairs et un chanteur à la voix grave à tomber.

The Tea Party Black River Band 1

« Black River », qui s’ouvre avec un riff imparable et un feeling rock and roll 70’s, nous embarque immédiatement pour le meilleur de ce style de musique. Jimmy Page n’est pas loin, un morceau admirablement bien construit. Second single, « Way Way Down », blues rock à l’harmonica inspiré, nous fait taper du pied avant un court passage instrumental avec un son qui n’appartient qu’au groupe. « So Careless » aurait pu figurer sur « Triptych », excellent morceau bien travaillé. « Shelter » calme le jeu et montre que The Tea Party est bon même dans les ballades qui s’énervent un peu sur leur fin. A noter des solos de guitares étincelants tout au long de ces titres, notamment celui-ci. « Out On The Tiles » est une reprise de Led Zeppelin. Un hommage à leur groupe fétiche qui se marie très bien avec l’atmosphère générale de l’EP. La voix grave de Jeff Martin apporte un contraste étonnant quand on connaît celle haute de Robert Plant sur ce titre. Un plaisir immédiat et fun. Enfin, « Blood Moon Rising » adoucit le tout avec une ballade acoustique de haute volée au ton plus rare chez le groupe.

The Tea Party Black River Band 2

Cet EP, disponible en vinyle et en téléchargement, réussi à tout point de vue, est totalement frustrant. En effet, en 20 minutes, The Tea Party rappelle qu’ils sont tout bonnement indispensables sur la scène rock. Et on a vite envie d’en avoir plus. On est accroc à la voix de plus en plus charismatique de Jeff Martin, à son jeu de guitare et aux atmosphères créées par le batteur Jeff Burrows ainsi que par le bassiste Stuart Chatwood. Les gars, on en veut plus ! Et pensez aussi à passer par la France si vous le pouvez car on vous attend depuis trèèèèèèès, trooooop longtemps. Vivement la suite.

https://teaparty.com/home

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.