Simon Denizart & Elli Miller Maboungou – Nomad

Nomad
Simon Denizart & Elli Miller Maboungou
Laborie Jazz
2021
Lucas Biela

Simon Denizart & Elli Miller Maboungou – Nomad

Simon Denizart & Elli Miller Maboungou

Simon Denizart s’est fait un nom au Canada, le pays qu’il a rejoint il y a 10 ans. Notre pianiste, originaire de Créteil, y a en effet enregistré trois albums encensés par la critique. La rencontre avec le percussionniste Elli Miller Maboungou, le fils de Zab Maboungou, qui n’est autre que la fondatrice de la compagnie de danse Nyata Nyata, lui a permis de concrétiser un projet qu’il couvait autour des voyages et des échanges humains. Dans ce quatrième opus, le piano est en effet accompagné de la calebasse du compère de notre expatrié, instrument qu’il agrémente d’autres percussions, d’une batterie et de pads électroniques, pour donner corps à des paysages colorés et changeants.

Entre émerveillement et doutes, le morceau d’ouverture, qui reprend le titre de l’album, « Nomad », donne le ton. C’est un piano au dynamisme épatant qui va nous accompagner tout au long des 36 minutes de notre voyage. Émerveillement d’un côté, car toute nouvelle rencontre, qu’elle soit humaine ou territoriale, s’accompagne d’une certaine excitation. Doutes, car nos habitudes s’en voient bousculées. Ce dualisme est parfaitement illustré dans une pièce comme « Lost In Chegaga » où l’assurance marquée par un piano et des percussions insistants alterne avec des phases plus mélancoliques.

Simon Denizart & Elli Miller Maboungou band1

Chegaga, l’un des deux grands déserts du Sahara marocain, est l’une des trois étapes du voyage auquel nous convient nos deux compères. Dans la deuxième, Houston, ce sont les lumières de la ville qui nous éblouissent à travers les vibrations étincelantes du piano et les hésitations des percussions, avant que nous nous voyions marcher d’un pas alerte sous les gratte-ciels, quand le piano devient plus ombrageux et l’assurance gagne le rythme. La troisième destination est plus proche des studios d’enregistrement, puisqu’il s’agit du square Viger à Montréal, un parc dominé par des structures en béton. D’un côté, c’est la sérénité qui coule sous les doigts de Simon et Elli, car un parc permet de se ressourcer dans l’agitation d’une métropole. De l’autre, l’agression suggérée par les énormes blocs de béton se retrouvera dans le piano alarmé et les percussions qui se cherchent.

Nous avons passé en revue les villes, voyons maintenant les personnes rencontrées. D’un côté, nous avons « Zoha », dont les arabesques du piano ne laissent aucun doute sur les origines, et où l’optimisme dominant laisse penser que cette rencontre fut une expérience riche en enseignements. De l’autre, nous avons « Manon  », où les sentiments sont plus mêlés, à une mélancolie ruminante répondant en effet une explosion de joie. Dans le lot des rencontres, une pièce me laisse perplexe : « Oldfield 2.0 ». S’agirait-il du hameau du West Yorkshire, ou s’agirait-il d’un hommage à l’auteur de Tubular Bells ? Je pencherais pour la seconde option, car le rythme tout alerte est typique de la pièce utilisée pour le fameux film d’horreur, L’Exorciste, même si, comme évoqué plus haut, c’est encore une fois la versatilité qui imprègne le morceau. En effet, entre tempête et calme, de nombreuses cadences et idées y sont mises à profit, avec un clair-obscur musical de haute volée.

Simon Denizart & Elli Miller Maboungou band2

Avec Nomad, la première collaboration entre Simon Denizart et Elli Miller Maboungou, on est pris dans une spirale de rythmes hypnotisants et de contrastes saisissants. Une lumière de grande intensité, quelques passages nuageux, des vagues qui varient au gré des vents, en réalité une musique à l’image de la météo qui se dévoile depuis le début de juin 2021 : lumineuse et propice à l’épanouissement.

https://www.simondenizart.com/

https://www.laboriejazz.fr/artistes/simon-denizart

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.