Other Lives – For Their Love

For Their Love
Other Lives
ATO Records
2020
Fred Natuzzi

Other Lives – For Their Love

Other Lives For Their Love

Bizarrement, pendant le confinement, le nouvel effort des Other Lives, For Their Love, ne m’a pas paru aussi intéressant que leurs trois précédents magnifiques albums. Je l’ai écouté d’une traite, certaines chansons m’ont paru creuses, sans la magie qui opérait avant, et chaque titre de ce court album me semblait beau mais avec quelques tics qui me dérangeaient, voire m’agaçaient. Alors qu’Other Lives, Tamer Animals et Rituals m’avaient séduit par leur beauté terrassante, envouté par le charisme de chaque membre du groupe, capté par l’harmonieux ensemble que formaient la voix et la musique du groupe, For Their Love m’avait laissé à sa porte. Ou plutôt, j’étais entré et je n’avais pas regardé la décoration, ni fait attention à l’agencement des pièces. J’avais traversé For Their Love comme un fantôme. Effet du confinement certes, mais pas que. En réécoutant quelques mois plus tard l’album, j’ai su pourquoi. Chaque morceau est enveloppé d’une grâce éthérée. Cachés sous une production énorme, les joyaux qui composent le disque sont presque ternis par trop de couches spectrales, les faisant ressembler à de courts courants d’air vous caressant légèrement la joue. Pourtant, lorsqu’on s’y arrête, c’est bien à un album digne des précédents que nous avons affaire.

Other Lives For Their Love Band 1

Jesse Tabish a composé les morceaux chez lui, dans une grande maison en forêt. A l’image d’un Bon Iver, Fleet Foxes et compagnie, Other Lives fabrique la folk de demain en utilisant les éléments d’hier. En les poussant vers l’avant. Là où un Bon Iver a complètement outrepassé ses intentions en devenant autre chose, Other Lives est revenu à ses racines, abandonnant les éléments électroniques utilisés dans Rituals. Retour à l’organique donc. Mais là où For Their Love pèche, à mon sens, c’est dans l’utilisation à foison des cordes, les références trop présentes à Ennio Morricone, l’aspect « cow-boy » trop poussé par moments, et ce feeling trop 60’s sur les choeurs féminins ou certaines interventions de cordes. Comme une impression de déjà vu que l’on n’arrive pas à surmonter. D’où cette traversée de ces dix morceaux en coup de vent, alors qu’ils valent tellement mieux. Ces tics pourront donc rebuter ou détourner l’attention. Tout comme les paroles que je ne trouve pas vraiment intéressantes. Certes, la voix de Jesse Tabish est plus un instrument vecteur d’émotions, mais soigner un peu plus son propos serait appréciable. Ou alors, je passe complètement à côté, ce qui n’est pas impossible. Les morceaux sont donc beaucoup plus « simples » que ceux de Rituals, il n’y a pas photo.

Other Lives For Their Love Band 2

For Their Lives est donc un album avec des morceaux superbes mais plus dépouillés de leurs arrangements classieux, ils auraient sans doute mieux resplendi. Il n’empêche, dans la nouvelle folk, Other Lives est un groupe qui compte. En offrant un album tous les quatre ans, ils se font rare, mais le résultat est toujours travaillé (peut-être même trop !), harmonieux et intelligent. L’angle d’attaque de ce disque est pour moi trop 60’s pour que j’y adhère complètement mais il reste d’énormes qualités de compositions et de travail qui ne peuvent que laisser admiratif.

https://otherlives.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.