Lioness Shape – Impermanence

Impermanence
Lioness Shape
Laborie Jazz
2021
Thierry Folcher

Lioness Shape – Impermanence

Lioness Shape Impermanence

La première fois que j’ai écouté Lioness Shape, cela m’a semblé tellement évident, tellement précis que la sempiternelle question de savoir si c’était bon ou pas ne s’est même pas posée. La musique devrait tout le temps ressembler à ce genre de miracle et ne jamais s’éterniser en éternels débats stériles. Tout ça pour vous dire qu’ici, de débats, il n’y en aura pas. Seul mot d’ordre, écoutez Impermanence, point final. Voilà le genre d’introduction qui devrait mettre à l’affût les plus blasés d’entre nous et les inciter à ouvrir cette porte un peu particulière. Lioness Shape est un trio féminin composé de Manon Chevalier au chant, d’Ophélie Luminati à la batterie et de Maya Cros aux claviers. Trois jeunes Toulousaines dont les fondations musicales reposent en grande partie sur un jazz progressif aux sonorités et aux constructions vraiment innovantes. Cela dit, Manon nous explique ne pas être enfermée dans un genre bien défini et aimer nourrir sa musique de sons pop/rock, world ou trip-hop. C’est elle qui a écrit et composé les dix titres d’Impermanence en faisant preuve d’une maturité et d’une originalité assez bluffantes pour un galop d’essai. Je peux vous dire que cela fait du bien de sortir de certains stéréotypes usés jusqu’à la corde et de dénicher une réelle nouveauté dans le jazz vocal féminin. La force de Lioness Shape, c’est sa fraîcheur et son absence de compromis. On sent les filles à fond dans leur délire et toutes heureuses de voir leur musique en bonne voie de sortir de l’anonymat. Le plus dur sera de garder cet état d’esprit et de continuer avec les mêmes arguments. Mais nous n’en sommes pas là, car Impermanence risque de nous accompagner encore un bon bout de temps avant de songer à la suite.

Manon chante en anglais, en espagnol et en français. Trois moyens d’expression naturels chez elle qui voyage entre affection (petit ami Catalan), langue natale et tradition vocale du jazz. On la sent à l’aise et crédible dans les trois registres élargissant ainsi la palette émotionnelle de sa jolie voix. La réussite d’Impermanence repose aussi sur la prise de son pleine de dynamisme, élaborée par Johann et Dominique Boos au Studio Ouï-Dire en Haute-Vienne. Tout est clair et homogène avec un bel équilibre entre la voix, les percussions, les sons de claviers et les quelques fantaisies qui viennent de temps à autre nous faire lever les sourcils. Car l’attrait principal de cet album, c’est de n’être jamais à court d’idées. Déjà, la façon de chanter n’est pas linéaire, Manon se permettant de sortir du cadre confortable où elle pourrait se la couler douce pour deviser, fredonner ou se lâcher complètement (sur la fin de « Water » notamment). Et puis, il y a l’extraordinaire puissance musicale de Maya Cros qui va servir de parfait écrin aux chansons. Je dois avouer qu’en découvrant le clip de « Self-Reliance », j’ai beaucoup aimé les séquences de clavier, libres et espiègles, qui contrebalançaient à merveille la partie chantée. Dans un style à la fois classique et innovant, Maya tisse une toile dans laquelle on aime se faire piéger et qui transforme Impermanence en chausse-trape infaillible. Je ne voudrais pas paraître trop élogieux, car cela semblerait suspect. Mais comment faire autrement ! Je ne veux pas non plus me forcer de trouver à y redire alors que l’essence même du plaisir est de le vivre sans calcul. Pendant l’écoute de l’album, je me suis laissé porter par la musique en oubliant qui la faisait et comment elle était fabriquée. Un peu comme au cinéma quand on se désintéresse du décor environnant et qu’on se rend compte à la fin que le film était bon.

Lioness Shape Impermanence Band 1

Lioness Shape, c’est la complicité de trois talents dont le travail en commun pendant deux ans a permis de forger de belles qualités morales pour faire aboutir ce projet. Elles nous expliquent qu’Impermanence porte un message de courage afin d’aider les femmes à trouver cette force incroyable qu’elles ont en elles. Et de la force, il y en a sur ce disque. Un morceau comme « Blue Wooden Chair » est un pur concentré d’émotions qui nous projette loin dans l’espace et loin dans le temps, le sitar de Mohan Zarape nous rappelant aux bons souvenirs des métissages musicaux réussis. Le morceau avance doucement, guidé par un ronflement obsédant sur lequel chacun vient s’exprimer à tour de rôle. Ici, rien n’est prévisible, la fin est étonnante et le clip (ci-dessous) particulièrement réussi. Les surprises sont nombreuses, à commencer par « L’origine » qui s’ouvre et se ferme gentiment comme pour contenir l’éruption centrale d’une violence inhabituelle orchestrée de main de maître par une Maya explosive. J’aimerais vous parler aussi du jeu précis d’Ophélie Luminati qui donne du rythme aux chansons avec souplesse et conviction. Son travail sur « The Last Lullaby » est remarquable et se prête à toutes les cadences et à toutes les fantaisies. Il y a de quoi dire sur Impermanence et les écoutes répétées n’altèrent en rien les premières impressions. On aime plonger dans les délires « ambient » du bucolique « My Tame Bird », on se laisse envahir par les prouesses vocales de « Tóg É Go Bog É » et on abdique complètement avec le démentiel « Water » qui termine l’album en forme de conclusion apocalyptique.

Lioness Shape Impermanence Band 2

Manon Chevalier à la barre du navire Lioness Shape peut rugir de plaisir et nous gratifier de sa belle crinière blonde sur la pochette du disque. Son aventure Impermanence en compagnie de ses deux amies est une réussite qui ne demande qu’à voyager (si on nous le permet) et à conquérir les foules. Leur musique est pleine de promesses pour un futur à construire avec cette force qui les distingue et qui met à l’honneur le courage de toutes les femmes.

https://www.facebook.com/Lionessshape/

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.