China Crisis – Autumn In The Neighbourhood

Autumn In The Neighbourhood
China Crisis
Stardumb Records
2015
Thierry Folcher

China Crisis – Autumn In The Neighbourhood

China Crisis Autumn In The Neighbourhood

J’aimerais vous parler de China Crisis, ce groupe formidable qui obtint son heure de gloire au milieu des années 80 et qui vient de faire son come-back après 21 ans d’absence. Un retour en 2015 tellement peu médiatisé que je me réveille six ans plus tard avec une impression où l’étonnement se mêle à la frustration et à la nostalgie. J’ai aussi l’intime conviction qu’ Autumn In The Neighbourhood n’est qu’une offrande passagère destinée à celles et ceux qui fredonnent encore la douce mélodie de « Wishful Thinking ». Le marketing est même proche du néant car en dehors des sorties de concerts, l’album physique est quasiment introuvable. Honnêtement, je pensais que Gary Daly et Eddie Lundon avaient définitivement raccroché les crampons et que nous devions nous contenter de leurs six albums qui vont de l’imprononçable Difficult Shapes &Passive Rhythms Some People Think It’s Fun To Entertain de 1982 jusqu’à l’ultime Warped By Success de 1994. Une boîte à souvenirs refermée depuis longtemps et qu’il va falloir dépoussiérer avec l’arrivée de ce nouvel ouvrage. Il faut voir cette chronique comme l’annonce d’une résurrection, mais aussi comme un hommage rendu à la carrière de China Crisis. Malgré ses belles qualités, Autumn In The Neighbourhood n’est peut-être pas le meilleur moyen d’entrer dans le monde chaleureux de la formation Liverpuldienne. Il est préférable de commencer par des références plus anciennes, celles qui ont pour nom « Christian », « Black Man Ray », « King In A Catholic Style » et bien sûr « Wishful Thinking », ce titre emblématique qui atteint le top 10 des singles en 1983. Et si vous devenez friands de ces musiques, alors direction les « eighties » et leurs sonorités pétillantes qui ont révélé Frankie Goes To Hollywood, Propaganda, Art Of Noise, XTC et bien d’autres.

Au tout début des années 80, China Crisis s’inscrit dans le mouvement post-punk qui délaisse le côté sauvage des bandes à épingles à nourrice pour une musique plus sophistiquée d’inspiration jazz (Joe Jackson), électro (OMD), disco (FGTH) ou carrément expérimentale (Talking Heads). On a faussement assimilé le groupe aux « Nouveaux Romantiques », ces formations qui se réclamaient du glam-rock et qui faisaient de leur apparence physique un critère prédominant. Même s’ils suivaient la mode capillaire et vestimentaire de l’époque, le chanteur Gary Daly et le guitariste Eddie Lundon étaient surtout connus pour leurs mélodies imparables, leurs ambiances funky et leur passion pour les rythmes d’outre-Atlantique. Le nom de Steely Dan revenait souvent comme source d’inspiration, et c’est tout naturellement que Walter Becker « himself » leur proposa un jour de participer à la production. C’est ainsi que, Flaunt The Imperfection (1985) et Diary Of A Hollow Horse (1989) furent fabriqués sous la houlette du regretté mentor new-yorkais. Deux albums magnifiques, certainement ceux qui ont le mieux assimilé la fraîcheur originelle avec un savoir faire de vieux briscard. Le son China Crisis devenait plus rond et plus enveloppant tout en gardant sa spécificité grâce à d’indispensables gimmicks. Je vous invite à écouter « Stranger By Nature » sur Diary Of A Hollow Horse, on y retrouve la même rythmique syncopée qui a forgé la marque Steely Dan et qui va comme un gant à cette pop anglaise. Ce disque de 1989 est à mon sens le plus accompli, même s’il se démarque de l’artisanat et des premières sensations du début. Le groupe a radicalement changé et le chant du cygne n’est plus très loin. Walter Becker venait de les envoyer dans une autre dimension et paradoxalement, il avait peut-être brisé l’essentiel.

China Crisis Autumn In The Neighbourhood Band 1

Warped By Success, sorti en catimini en 1994, manque cruellement de consistance et c’est sans surprise que le rideau fut baissé peu après sur les productions studio. Depuis, bon nombre de compilations et de passages sur scène ont réussi à maintenir la flamme jusqu’à la sortie de cet Autumn In The Neighbourhood inespéré et vraiment pas mal du tout. Un album attachant qui porte la marque China Crisis grâce à la voix de Gary Daly toujours aussi séduisante. Le chanteur emblématique a pratiquement tout écrit et semble porter le projet à bout de bras. Eddie Lundon et dans un degré moindre, le bassiste d’origine, Gary « Gazza » Johnson, ont quant à eux apporté leur contribution sur quelques titres. D’entrée on retrouve une douce ambiance familière qui nous enveloppe comme un vieux vêtement auquel on tient par-dessus tout. C’est à la fois rassurant et malgré tout différent des anciennes productions. Plus de 30 années sont passées par là et beaucoup de choses ont changé. Comme je le disais, les meilleurs repères restent la voix et la façon de chanter de Gary. Là-dessus aucun doute, c’est bien du China Crisis. Cela dit, c’est truffé de petits clins d’œil que les fans du groupe ne manqueront pas de signaler, un léger sourire aux lèvres. Les quelques notes de clavier sur « Bernard » par exemple sont typiques de cette imitation de trompette que l’on retrouve souvent dans des compositions antérieures. C’est toute la magie de cet album qui est totalement original en s’inscrivant quand même dans la continuité. Lors des récents concerts, les nouvelles chansons se fondent au milieu des inévitables hits sans aucun problème, preuve de leur filiation et de leur authenticité.

La chanson titre « Autumn In The Neighbourhood » est la première sensation du disque avec cette diction hachée si fréquente chez Gary Daly. Le déhanchement à la Brian Ferry est inévitable et le groove devient pénétrant jusqu’à l’extase. Il y a aussi cette pedal steel (« Because My Heart », « Tell Tale Signs », « Wonderful New World ») qui abolit les frontières et renforce la vision américaine du groupe. Le mid-tempo l’emporte et transforme l’album en compagnon privilégié des fins de soirées confinées où les vapeurs de margaritas finissent par vous embrumer la cervelle. Comment ne pas être sensible à la beauté de « Being In Love » avec son rythme félin et son solo de guitare classique mais bien amené. Les cuivres sont à l’honneur sur « Fool », un titre alerte écrit et chanté par Eddie Lundon. Les grincheux vont dire que c’est déjà entendu mille fois et on ne pourra pas les contredire. Par contre, quel pied ! On en redemande tellement c’est prenant et tout ça, avec une honte à peine dissimulée. C’est certainement plus facile d’accès pour nous les fans de la première heure qui retrouvons ici un merveilleux rappel des années de jeunesse, de soleil et d’insouciance bien difficiles à imaginer aujourd’hui. Pour finir, mention spéciale au sensible « Wonderful New World » qui met en avant les qualités vocales de Gary Daly pour un atterrissage tout en douceur. Sur la version disponible en téléchargement vous aurez droit à « Everyone You Know », un morceau bonus qui déboule à la manière de Fleetwood Mac et qui permet à la partition de s’achever de façon plus alerte.

China Crisis Autumn In The Neighbourhood Band 2

Au début des années 80, China Crisis faisait partie de ces nouveaux venus qui proposaient une belle alternative à des genres musicaux plus extrêmes et moins excitants. Le groupe de Liverpool reprenait des codes classiques et ses albums remportèrent une belle adhésion auprès du public et des médias. Au fil des ans, le son a bien évolué mais l’esprit est resté toujours le même y compris vingt ans plus tard avec cet Autumn In The Neighbourhood bourré de charme et de bonnes intentions. Un pari sur l’avenir ? Pourquoi pas. En reprenant l’histoire du groupe, je me suis rendu compte que beaucoup de gens de ma génération ne l’avaient pas oublié et souhaitaient que Gary Daly et Eddie Lundon continuent l’aventure. Ce coup-ci, je serai à l’affût même si je me contente grandement de ce cadeau inattendu.

 

https://www.facebook.com/chinacrisisofficial/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.