Zodiac – Sonic Child

Zodiac sonic child

Tiens, voilà un CD affublé d’une pochette plutôt originale, avec un petit côté psychédélique et bien flashy, qui attire mon œil et la curiosité de mon oreille ! Zodiac, le nom de ce groupe, ne me dit absolument rien, et cela ne fait qu’augmenter mon enthousiasme à poser la galette sur la platine. Je me dis alors que je vais tomber sur une formation qui, comme leurs compatriotes de Kadavar et quelques autres, est influencée par le son groovy/psyché/hard rock/blues des années 70. Une intro tout en douceur (je m’attendais à entendre Barry White, ce qui n’aurait pas dénoté, loin de la !), avec un petit coté Doors lorsque intervient le synthé (époque « L.A. Woman »), et une guitare des plus agréables qui ne laisse présager que le meilleur. Et c’est le cas avec le deuxième morceau « Swinging On The Run » et son ouverture qui nous saisit tout de suite. C’est bizarre comme certains albums, au bout de quelques minutes d’écoute, vous donnent l’impression que vous tenez quelque-chose de grand, le truc qui va nous procurer un plaisir délicieux et durable. « Sonic Child » est de ceux-là, et le solo de « Swinging On The Run » est vraiment une pure merveille dotée d’une profondeur bluesy incroyable.

Bon alors au final, c’est quoi ce groupe ? Il s’agit d’une formation venue d’Allemagne lancée en 2010, et qui nous sort ici son troisième album. Zodiac, ce sont 4 musiciens (Nick van Delft au chant et à la guitare, Stephan Gall à la guitare « lead », Ruben Claro à la basse et Janosch Rathmer derrière les fûts) qui se définissent comme pratiquant un hard rock des plus simples. Et la « simplicité » dans le domaine du hard rock est souvent synonyme de qualité. Le titre éponyme qui déboule en troisième position en est la démonstration la plus flagrante, tant il se montre efficace et direct. En trente secondes, tout est dans la tête, et cela le restera pour une bonne partie de la journée. Ce morceau est le genre de bombe que vous pouvez faire écouter à vos amis lors d’une soirée, tout le monde y adhérera, effet garanti ! Sur « Holding On », on sent bien la grosse influence qui a du bercer les membres de Zodiac, celle d’Iron Maiden. Il n’y a là en effet aucun doute, la ressemblance avec le « Phantom Of The Opera » de la Vierge de Fer, est indéniable.

Zodiac Band

« Good Times », « Just Music », « Out Of The City », sont quelques peu « passe-partout”, mais attention cela reste bon (écoutez donc le final de « Out Of The City » !). Seulement, on sent encore ici et là des influences trop appuyées qui altèrent un peu l’identité du groupe. La rythmique de « Just Music », si mon canal auditif ne se trompe pas, me fait fortement penser à certains morceaux de J.J. Cale. Pourtant, le potentiel est bien là, et ce n’est pas le blues du bien nommé « Rock Bottom Blues » qui va me faire dire le contraire. On peut voir ici que chaque musicien domine son instrument et, surtout, que les gars se complètent tous à merveille en délivrant un blues qui ne rompt pas avec l’esprit de cette galette. En clair, « Sonic Child » distille d’un bout à l’autre une musique aussi puissante que sincère.

Comme pour tout bon groupe de hard rock qui se respecte, à un moment, il faut parler de l’inévitable ballade (si si, au moins une !) présente sur l’objet. Non, surtout ne zappez pas et lancez-vous jusqu’au bout du morceau, car saperlipopette, c’est la claque qui vous attend avec ce titre « A bad Penny With A Dead Horse ». J’ai eu en gros la même impression que lorsque j’ai écouté pour la première fois « The Fortune » du groupe glam-rock américain Angel. Je m’étais un peu forcé à l’époque, et je dois reconnaître que parfois l’exercice est plus que payant ! Cette jolie perle est introduite par une guitare « bottleneck » assez classique, relayée par une belle harmonie vocale qui vient nous filer les premiers frissons. Et plus le titre se déroule, plus on se fait avoir, jusqu’au point de ne plus pouvoir en décrocher. Cette montée en puissance est diabolique et, encore une fois, le refrain imprègne durablement tous les circuits de notre cerveau en plein « shoot ». L’effet est radical : à peine terminé, on se refait une écoute aussi sec. Bref, ce morceau est une véritable potion magique !

En conclusion, voila un groupe qui devrait faire parler un peu plus de lui sur la scène blues-rock. Et je ne sais pas quel est le signe du zodiaque de chacun des membres, mais il semblerait que cette formation soit née sous une bonne étoile ! En attendant la suite des événements pour le gang germanique, leur nouvelle offrande musicale n’a pas fini de nous éclairer les oreilles.

Rodolphe Lambert (8/10)

http://www.zodiac-rock.com/band/

Sonic Child
Zodiac
2014
Napalm Records/Spinning Goblin

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *