Zanov – Chaos Islands

Chaos Islands
Zanov
Autoproduction
2020
Lucas Biela

Zanov – Chaos Islands

zanov Chaos Islands

Pierre Salkazanov, alias Zanov, est un artiste que l’on suit de près à Clair & Obscur depuis son retour à l’ouvrage en 2014, après un hiatus… d’une trentaine d’années. Il est certes moins célébré dans les médias que son compatriote Jean-Michel Jarre, mais sa musique a su rester fidèle à l’esprit pionnier de la musique cosmique, et donc éviter les effets de mode. Décidé à continuer à faire partager son amour d’une musique qui se veut être un pont entre notre réalité et nos rêves, il sort donc en 2020 son 3ème album en 6 ans, Chaos Islands.

Le pont entre la Terre et l’Espace, entre le connu et l’inconnu, entre la réalité et nos rêves, c’est déjà dans le titre, le chaos se rattachant à l’immensité de l’espace à explorer et Islands pouvant faire référence aux limites connues de notre Terre. Dans cette nouvelle œuvre, c’est en effet un entrelacs de sons qui arrivent à l’improviste, et sur lesquels se superposent des nappes atmosphériques et planantes qui structurent l’ensemble, en lui offrant des ouvertures aussi bien radieuses que sombres, mais toujours dans un écrin mélodique et harmonieux. L’avantage de cette cohabitation (les sons qui arrivent à l’improviste et les nappes ambiantes, si vous m’avez bien suivi) est que l’auditeur peut se projeter, tel un astronaute en train d’explorer des univers lointains grandioses, mais qui peuvent être aussi bien fascinants qu’inquiétants du fait de leur nature inconnue.

zanov Chaos Islands band1
Il y a certes les séquences tourbillonnantes, comme on en retrouve à foison dans la Berlin school historique et chez sa soeur cadette néerlandaise, mais elles sont ici beaucoup plus protéiformes, plus travaillées, moins longues à se mettre en place, et s’intègrent mieux dans le paysage, captant ainsi l’attention de l’auditeur dans sa quête d’exploration intersidérale.
Je parlais d’ambiances contrastées. Prenons l’exemple de « Three Body Island » où la 1ère moitié qui s’annonce illuminée avec des synthés d’un optimisme vangelien et des sons étincelants, se jette dans une 2ème partie plus morose où des séquences plus lentes, accompagnées de nappes sombres augurent des atmosphères plus menaçantes. Ces contrastes se retrouvent tout au long de l’album, et de la même manière que la diversité des sons de synthé qui se suivent ou se superposent, rendent le voyage encore plus attractif. Par ailleurs, même si dans l’ensemble on est sur de la musique planante, on notera l’usage de sons percussifs sur les morceaux d’introduction et de conclusion. Associés à des claviers pompiers, ils pourraient ici marquer le départ puis le retour triomphants de la navette à bord de laquelle l’auditeur va voyager tout au long du périple. Grâce à l’usage de programmations discrètes et non d’une batterie électronique, le propos majestueux de l’oeuvre est conservé intact.

zanov Chaos Islands band2

Tout en gardant une approche cosmique et planante, le 6ème album de Zanov, Chaos Islands, recèle d’une grande diversité de sons et d’ambiances, mais également d’une patte bien personnelle. On pourrait presque parler de symphonie électronique à son sujet, tellement les pièces sont chargées en séquences et en idées (attention, c’est certes chargé, mais jamais surchargé). Cela permet à Chaos Islands de sortir du lot de nombreuses publications Berlin School qui, même si elles sont bien ficelées, peuvent sonner comme de simples hommages aux figures historiques de ce mouvement. Avec Zanov, ça foisonne d’idées, les sons sont multiples tout en gardant une harmonie, et les morceaux ont chacun leur propre identité tout en formant une entité cohérente.

https://zanov.net/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.