Throat – Manhole

Throat – Manhole

Je me suis fait taper dessus. Pas mal de fois. En fait, je me fais taper dessus. Assez souvent, pas tout le temps non plus, c’est pas quotidien. Dès fois c’est le matin, ou alors le soir quand je rentre. Ça surprend, ou alors non. On s’y fait, c’est comme ça. Certains jours, ils sont plusieurs, en groupe, c’est variable, sinon ils sont deux, rarement tout seul, mais ça aussi, ça arrive. Aux poings,à l’américain, à la batte, la barre de fer, le pied de biche, la corde, la bouteille, ils sont assez imaginatifs dans l’ensemble, je ne peux pas leur enlever ça. Je ne sais pas qui c’est, qui ils sont derrière leurs capuches, leurs masques, leurs rires, leurs injures. Quelque part, je m’en fous, je subis, c’est tout. Dès fois, ils sont pas trop méchants, quelques pains et puis au-revoir. C’est rien, je le sens à peine. Par contre, quand ils s’y mettent à plusieurs, je mets bien plusieurs jours à m’en remettre, si je me fais pas re-taper entre-temps. Ils me raclent la gueule contre le bitume, me la plonge dans le caniveau. Ils arrachent mon pantalon, jettent mes pompes, tapent sur mes mollets avec des semelles compensées, me brûlent les mains avec des mégots. Je crois qu’une fois, y’en a un qui m’a pissé dessus, carrément. Je m’en souviens plus trop, j’étais inconscient, mais j’étais tout mouillé au réveil. Au coin d’une ruelle, dans le hall d’un immeuble, dans une rame de métro, au fond d’un bus, dans une gare, sous un abri, au cinéma, y’a pas un endroit dont je n’ai pas fait l’expérience au moins une fois. Ils me bandent les yeux, ça fait mal, me forcent à chanter « Je suis ton soleil… » ou bien encore « Je… Je… Suis liberti-ne… Je suis une catin » et comme je ne chante pas bien, ils me tapent. Résultat, ils trouvent que je suis plus comique que chanteur, vu qu’ils rigolent quand je tombe par terre et que j’essaye péniblement à me relever. Ils s’esclaffent, ils, ou elles, me barbouillent avec du mascara, ils, ou elles, me mettent une moumoute, ils essayent de me faire danser mais je ne vois rien donc je me cogne pour aussitôt retomber. Un vrai bal de débutantes. Et puis, faut pas oublier les séances photos avec les téléphones… Ça parait si long. Et puis, il y eu la fois où c’était plus drôle, plus comme avant, pas assez, moins de rire, le public s’était lassé. Alors, ils ont ouvert une bouche à égout. Ils, ou elles, m’ont trainé et, pour finir m’ont jeté dedans avant de refermer avec la plaque. Il faut bien arrêter la parade en expulsant le freak comme une déjection. Dans l’égout. Vous savez quoi, j’en suis pas encore remonté…

Jérémy Urbain (8,5/10)

http://www.ihatethroat.com/

Manhole
Throat
2013
Rejuvenation, Kaos Kontrol, Made in Kansas, At War With False Noise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *