Thom Yorke – Anima

Anima
Thom Yorke
XL Recordings
2019
Fred Natuzzi

Thom Yorke – Anima

Thom Yorke Anima

Thom Yorke en solo intrigue et passionne par sa volonté de défricher des territoires électroniques et de façonner des albums modernes, foisonnant d’idées et hypnotiques. Anima passe la vitesse supérieure par rapport à Tomorrow’s Modern Boxes. Ici, les compositions sont toutes abouties et forment un tout à la fois glaçant et fascinant. En juillet dernier, c’est sur la scène de la Philharmonie de Paris que Thom Yorke a présenté et défendu son petit dernier et il faut dire que ce fut un spectacle des plus magnétiques grâce au charisme de l’artiste mais aussi du fait de l’interprétation de ces titres dans lesquels on s’immerge avec délice. Je ne connaissais pas ces morceaux, je ne suis pas un féru d’électro, mais pendant deux heures durant, j’ai été happé, fasciné, hypnotisé par ces sons, cette façon de bouger si particulière que possède Thom Yorke, et cette voix… Cette voix aérienne, plaintive mais assurée, maître de son univers. Quelle voix ! Impressionnante, mesurée, sure de ses effets, la voix de du chanteur de Radiohead a définitivement marqué la scène de la Philharmonie.

Thom Yorke Anima Band 1

Sur scène, Anima c’est une chose. Qu’est-ce que ça devient sur disque ? Eh bien, c’est aussi hypnotique, aussi moderne et on découvre le travail hautement ciselé de la superposition des sons, des voix, des couches électro qui composent la texture de ces morceaux. C’est exigeant, demande un effort d’écoute de la part de l’auditeur, cela peut rebuter parfois, mais c’est une véritable œuvre d’art moderne. Non pas de l’électro pour de l’électro avec des blips et des bloops, comme je pouvais le reprocher parfois à Tomorrow’s Modern Boxes, mais une électro pour former un ensemble de neuf titres indissociables qui servent un sujet. Les sons sont parfois technoïdes sur « Traffic », connaissent des changements d’ambiance magnifiques sur « Twist », peuvent oser l’ambient post rock sur « Dawn Chorus », expérimenter sur « The Axe » et même groover sur « Impossible Knots », à chaque fois le travail impressionne par sa méticulosité, rien n’est laissé au hasard et les morceaux se développent dans la durée, sans restriction. Le plus d’Anima c’est de laisser passer des émotions (qui peuvent être parfois inconfortables) dans ce labyrinthe de sons.

Thom Yorke Anima Band 2

Pour entrer dans Anima, il faut accepter de laisser au placard sa vision de la réalité, se laisser envelopper par les sons, glisser dans une autre version de l’univers, se laisser guider par la musique et la voix de Thom Yorke, unique et fascinante. Le voyage vaut vraiment le détour et Anima représente assurément le meilleur de Thom Yorke en solo.

http://www.radiohead.com

https://anima.technology/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.