Swans – To Be Kind

Swans-To-Be-Kind

Cri primal… On commence doucement par un hoquet, une respiration en apnée, des muscles qui se tendent par impulsions. Puis, les premiers sons se font entendre, sanglots en amorce, rictus de la bouche en prolongation. Les lèvres se tirent, les yeux se plissent, les poings se referment et remontent mécaniquement aux hauteurs du menton, alors que le corps boudiné se renferme, se durcit en une position freudienne. La bouche s’ouvre, lentement, jusqu’à devenir un gouffre dont perle juste la note rosâtre de la langue. Ainsi figé, un râle s’extirpe de la gorge. Il n’est pas trop fort, ni aiguë, ni grave. Il arrive, doucement, tendrement presque, l’onde se matérialise, le cri sort de la bouche. Et vient le déchirement… La vie. L’espace. Car, ne t’y trompes pas, Swans, quand il compose des titres, il donne la vie, là ou d’autres la stockent. Des formes organiques qui grandissent, souvent dans la douleur, gagnent en force et en maturité. Ils grossissent jusqu’à devenir des organisations aberrantes qui cherchent l’acmé, le paroxysme des fluides, la bouche qui tète avidement le sein nourricier. Swans en veut plus, et pour cause, il combat le temps, celui qui lui reste, et il est gourmand. Ses morceaux sont toujours en cours, à peine commencés, jamais finis, des embryons qui deviennent des lions, remplis de rage, de mystère évolutif qui tendent vers ce qu’on ne peut atteindre ou à peine toucher. Un marathon contre l’existence…

De la graine la plus rachitique au maximalisme le plus outrancier, le plus répétitif, le plus fort (« Bring Me The Sun/Toussaint, L’Ouverture » de ses 40 minutes de tension aussi assommantes qu’excitantes). Une ambiance qui s’installe, qui n’en a rien à battre du style, des influences, rien à foutre des convenances, des comparaisons, l’unique titanesque dans la multitude. Que ce soit une bête sauvage (« The Seer« ) ou un nourrisson trop gras (l’objet présent), Les multiples visages de Swans tendent leurs plumes et leurs griffes vers un seul et véritable but. « To Be Kind » est ce cri primal, ce son déformé à la face du monde, cet objet qui va loin, tellement loin (plus de deux heures) mais qui semble enregistré directement dans le salon. Swans, ou la proximité dans l’horizon.

Swans Band

Ce qui effraie le plus, c’est son économie dans le maximum, ses notes uniques qui deviennent des titans qui perforent la chair et tendent la peau. Oui, les joues graisseuses, les membres pâteux, les faces boudinées, « To Be Kind », c’est l’excroissance, la matière qui mélange les émotions, les mélodies, l’emphase, la violence et la sublimation d’un seul bloc avec son socle en titane. Swans EST autre. Il EST un monolithe, sauf que celui-là, il te hurle à la gueule, de toutes ses forces en plus, en te fixant de ses yeux pénétrants au plus profond de tes viscères malaxées.

C’est primal, c’est l’enfant qui cherche à s’extraire de sa cage, l’adulte qui cherche à sortir de sa merde. C’est le devenir, une petite mort, une vie. Note de circonstance…

Jérémy Urbain (10/10)

http://swans.pair.com/

To Be Kind
Swans
2014
Mute/Naïve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *