Schnauser – Irritant

Schnauser Irritant

Bon sang ! On ne remerciera jamais assez l’excellente plateforme Progstreaming (http://www.progstreaming.nl/) ainsi que ses nombreuses déclinaisons et son infatigable animateur, Markwin François Meeuws, pour ce qu’ils proposent régulièrement en écoute. C’est ainsi que j’ai pu découvrir (mais comment ai-je pu passer à côté de ce groupe ?) Schnauser, gang de Bristol qui œuvre depuis 2005 et publie là son sixième véritable album dans un style parfaitement bigarré mêlant pop, canterbury, krautrock, psyché, rock in opposition… Encore mieux, nos Brittons déboulent sur l’excellent label Bad Elephant, ce qui n’est que justice, tellement leur musique est gouleyante, originale, drolatique, voire orgasmique !

C’est vrai que dénicher un groupe du sud-ouest de l’Angleterre affublé d’un nom détourné de celui d’un chien allemand, ça vous défrise la moustache au premier courant d’air (l’allusion pileuse n’est bien entendu pas innocente). Surtout que nos joyeux lurons poussent le goût animalier et l’esprit du contre-pied espiègle jusqu’à ouvrir l’album par un « Spiele Mit Katzen » qui conclut également Irritant sous forme instrumentale (« Speile-Jangle »). Affublé d’une jolie pochette, le disque de ces originaires du berceau du trip-hop est bien irritant, comme du poil-à-gratter infestant tes vêtements, cher lecteur, histoire de jeter un froid sur ton éventuel confort petit-bourgeois et bousculer tes quasi-certitudes sur un monde que Schnauser décrit de façon cynique, sarcastique et caustique.

Musicalement, l’ajout des saxophones de Dino Christodoulou apporte une touche qui vous emmènera vers Van Der Graf Generator, les constructions alambiquées et l’humour corrosif vous entraînant eux sur les rivages de Soft Machine, Franck Zappa & The Mothers Of Invention, The Cardiacs, Amon Düül, Knifeworld, auxquels vous ajouterez une touche pop qui vous fera passer le poison distillé pour une douceur acidulée ! Et comme le mixage et la production sont finement ciselés, le plaisir est présent à chaque écoute, aussi certain que tous les instrumentistes tirent leur épingle du jeu dans une belle harmonie de fanfare bastringue où les voix des quatre chanteurs font fureur. Si je ne devais extraire que quelques passages, je citerais le parlé-chanté à la Stranglers sur « Sorry, You Were Out », l’enchaînement avec l’ensemble du titre qui suit (« Have You Got PPI? », avec les claviers vintage de Duncan Gammon et son final déjanté), le lennonnien « Fail Better » (et le solo de guitare d’un Alan Strawbridge ici digne héritier de Zappa), le travail extraordinaire de la paire rythmique (Holly McIntosh : basse ; Jasper Williams : batterie) sur un « A New Atmosphere » hérité de la théière volante, ou encore la basse de « The Monday Club »…

Mais en fait, il ne faut rien extraire de cet album. C’est un bel ensemble rempli de surprises, de finesse, de technique, de spontanéité et d’inventivité. Précipitez-vous : total régal, je vous dis !

Henri Vaugrand

https://www.facebook.com/SchnauserMusic/

http://www.schnauser.co.uk/

 

Irritant
Schnauser
Bad Elephant
2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *