Robert Schroeder – Dream Access

CD-Release 2015 / Robert Schroeder / Dream Access

« Dream Access » arrive à point nommé pour célébrer les 10 années de fructueuse collaboration entre le prolifique compositeur allemand Robert Schroeder et le label Spheric Music, entièrement dédié à la musique électronique s’inscrivant dans le direct héritage de la « Berlin School ». Ce nouvel opus n’est rien de moins que le 34ème effort solo de Schroeder, et déjà le 20ème à paraître pour le compte de la petite structure indépendante germanique fondée par Lambert Ringlage, par ailleurs lui aussi musicien accompli dans le style qui nous intéresse ici. Et autant annoncer le verdict de suite, Dream Access est un excellent cru, une oeuvre sincère, finement ciselée, variée dans ses structures et ses ambiances, plus moderne qu’elle ne veut bien le paraître, intemporelle malgré sa filiation 70’s/80’s pleinement assumée, parfois surprenante dans ses choix, et, disons le clairement, haute en couleurs sonores (au moins autant que la pochette, plus kitsch et moche tu meurs !).

Tout au long des 8 pièces qui jalonnent ce nouvel essai 100% électronique aussi serein que lumineux, Robert Schroeder, seul aux commandes derrière ses claviers et autres machines synthétiques, créé la musique qu’il aime et évite de se vautrer dans les clichés les plus éculés du genre, faisant certainement de Dream Access son meilleur album depuis le très fréquentable Ferro Oxid paru en 2012. On retiendra en premier lieu l’imposant « Spaceport », morceau digne d’un soundtrack science-fictionnel finement arrangé et foisonnant de sonorités vintage et high-tech, ou encore « Brain Drain » et son atmosphère chill-out/downtempo renvoyant davantage aux anglais de Global Communication qu’aux habituelles recettes cosmiques des Tangerine Dream et Klaus Schulze.

Robert Schroeder Studio

Mention spéciale (spatiale ?) également à l’aérien « Time Axis », dont les lignes mélodiques (jouées à la guitare virtuelle, dommage…) et les séquenceurs se développent sur une rythmique syncopée aussi délicate qu’entêtante, sans oublier « Floating In Dreams » (hou le vilain titre caricatural que voilà !), jolie « ballade ambient » fort bienvenue qui vient conclure un voyage d’une heure sans baisse d’inspiration ni fautes de goût majeures.

Non, décidément, Robert Schroeder n’a rien d’un simple « erzatz » suiveur de ses maîtres des glorieuses seventies, et on ne peut que féliciter le musicien et la touche personnelle que celui-ci sait insuffler à chacune de ses œuvres. Dream Access est un disque qui mérite bien son nom malgré tout, et que je recommande à tout amateur d’escapades synthétiques stimulantes pour l’imaginaire.

Philippe Vallin

Coup de Coeur C&Osmall

http://www.news-music.de/

http://www.sphericmusic.de/

Dream Access
Robert Schroeder
2015
Spheric Music

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *