Rétrospective October Project, période Mary Fahl

Mary October Project

October Project : deux perles d’art-pop des années 90 à (re)découvrir…

October Project – October Project (1993, Epic Records)

October ProjectOctober Project est une formation qui a vu le jour au début des années 90 et qui a eu la chance de rencontrer le succès grâce notamment à un contrat avec une major. Sur une musique certes enjouée, portée par des nappes de claviers légères, des guitares acoustiques spectrales, une batterie chamarrée, et des percussions pétillantes, ce sont pourtant des sujets graves qui sont traités. Mais ce dernier point peut justement trouver écho dans le timbre grave et les accents éplorés de la belle Mary Fahl. Son chant est véritablement unique, il sait nous transporter par sa théâtralité et par la puissance bienveillante qui s’en dégage. Ces scansions rauques si émouvantes sont accompagnées par moments de la voix douce et frêle de Marina Belica, qui vient offrir un beau contre-chant, en particulier sur le coloré « Bury My Lovely » et sur l’aquatique « Eyes Of Mercy ». Dans les interventions discrètes de la choriste, on pense allègrement aux voix gorgées d’émotion du trio Bulgarka (dont on se rappellera le chant tétanisant sur le « Deeper Understanding » de Kate Bush). Les cordes occasionnelles tirent également sur la corde sensible, sans pour autant faire basculer les morceaux dans une mièvrerie nauséeuse. Au final, cette première offrande est une petite perle de mélodies prenantes qui mériterait néanmoins un remastering à la hauteur de son contenu.

October Project – Falling Farther In (1995, Epic Records)

October Project Falling Farther InSecond opus d’October Project, combo galvanisé par les bonnes ventes de leur galop d’essai, « Falling Farther In » présente une plus grande richesse musicale que son prédécesseur par une utilisation plus importante des cymbales et des balais, ainsi que par l’usage de percussions plus diversifiées. C’est également l’introduction d’un banjo (« Deep As You Go »), d’un harmonica (« Sunday Morning Yellow Sky ») ou encore de programmations (« Something More Than This ») qui contribuent à rendre l’univers de nos américains plus luxuriant. A l’inverse, la présence de Marina Belica se fait moindre dans l’accompagnement vocal, la maison de disque ayant en effet pris la décision de mettre encore plus en avant la voix toujours aussi vibrante de Mary Fahl. Entre moments dynamiques (le hâtif « Funeral In His Heart » aux accents de « Satisfaction », contrastant à nouveau, comme « Bury My Lovely » auparavant, avec le sujet traité), solaires (le tribal « Deep As You Go ») et plus introspectifs (le touchant « Adam And Eve », aussi dépouillé que son titre), les compositions sont toujours d’une grande qualité. Par ailleurs, on ne le répétera jamais assez, le timbre si chaleureux de Mary ne cesse de nous envoûter. La production, assurée par Peter Collins (Rush, Queensrÿche), fait décoller le son et donne enfin l’envergure que le groupe mérite. Mais si ce nouvel opus « automnal » s’avère être aussi brillant qu’un soleil « estival », il signe en revanche la fin de l’aventure pour Mary Fahl, décidée à poursuivre une carrière solo, tout aussi recommandable. Le groupe s’est ensuite reformé avec les membres restants mais n’a jamais retrouvé l’inspiration des premiers jours.

http://www.octoberproject.net/

Lucas Biela

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *