Rancid – Honor Is All We know

Rancid-Honor-Is-All-We-Know

Tous au garde à vous, les patrons du punk reprennent du service ! En effet, cinq ans après le très discutable « Let The Dominoes Fall », le gang de Berkeley revient avec un nouvel opus intitulé « Honor Is All We know ». A travers la chanson d’ouverture « Back Where I Belong », nos joyeux drilles nous font comprendre qu’ils effectuent avec cet album un retour sur le devant de la scène, mais également un retour aux sources. Les quatorze titres s’enchaînent menés par la voix grave et atonale de Tim Armstrong et celle, plus mélodique, de son comparse de toujours Lars Fredericksen, le tout soutenu par des riffs accrocheurs et la basse inimitable de Matt Freeman (qu’on a le plaisir d’entendre chanter à nouveau sur l’éponyme « Honor Is All We know »).

On retrouve notamment ici des morceaux très ska à la « And Out Come The Wolves », comme « Evil’s My Friend, Eveybody’s Sufferin' » et « Breakdown » dans la version « Deluxe » de l’album, et d’autres plus orientés street-punk, tels que « Back Where I Belong », « Raise Your Fist » ou encore « Grave Digger », qui ne sont pas sans rappeler notre bon vieux « Let’s Go », voire « Rancid V ». Certains titres comme « Collision Course », « Diabolical » ou « Face Up » renvoient même à la période « Life Won’t Wait », autant chérie par de nombreux fans que haïe par d’autres.

Rancid Band

N’oublions pas également le tube pop-punk « Honor Is All We know » évoqué plus haut, au riff coup de poing et au refrain sing-along comme Rancid en a le secret. Il faut préciser qu’en 2013, le groupe a fêté ses vingt ans de carrière, et c’est un peu ce que semble représenter l’album « Honor Is All We know » : une sorte de rétrospective un peu nostalgique et bienveillante des différentes périodes du groupe de Berkeley. Comme si le quatuor voulait nous montrer que s’ils sont encore là aujourd’hui, c’est avant tout grâce à leur cohésion et au travail accompli ensemble jusqu’ici. D’ailleurs, parmi les thèmes abordés, c’est la notion d’amitié, de bande, de fraternité qui revient le plus souvent.

On l’aura compris, ces musiciens sont inséparables, plus que jamais soudés, et ils veulent nous le faire entendre et comprendre. Dans l’ensemble, les morceaux sont bons, travaillés et accrocheurs, même si certains marquent plus que d’autres. Il est clair qu’on ne peut plus demander à Rancid d’avoir la fouge de ses vingt ans, même si celle-ci est largement compensée par une certaine maturité et une sobriété dans les mélodies et les textes. Cet album reste prometteur quant à l’avenir du groupe, et Rancid s’en sort avec honneur mais peut être sans panache. A suivre donc…

Pascal Sain (7/10)

http://rancidrancid.com/

Honor Is All We know
Rancid
2014
Hellcat Records

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *