Outer Limits – Outermania

Outer Limits – Outermania

Outer Limits est le groupe phare de l’école progressive japonaise des eighties. Réputé pour son symphonisme délicat et raffiné, le combo se caractérisait également par un romantisme à fleur de peau, ce qui le situait dans la mouvance du mouvement progressif italien des seventies (QVL, PFM, Locanda Delle Fate, etc.). La formation distillait ainsi un art-rock inventif, aux sonorités précieuses, enluminé par des parties de violon lyriques à souhait, des nappes capiteuses de mellotron et une guitare frippienne en diable. Son premier opus, « Mysty Moon » (1985), est vite devenu un classique du genre : on y retrouve en effet une collection de pièces épiques, toutes plus superbes les unes que les autres (avec une palme spéciale pour le magnifique morceau éponyme et pour le grandiose « Subetewa – Kazenoyouni »). L’album suivant, « A Boy Playing The Magical Buggle Horn » (1986), n’est rien d’autre qu’un majestueux opera rock. En 1987, le groupe publie son chef d’œuvre avec « The Scene Of Pale Blue » dont la suite phare, longue de 20 minutes, tutoie les étoiles. En 1989, « The Silver Apples On The Moon » voit le jour : il s’agit d’un live sans public destiné à la radio et reprenant les pièces majeures du gang tokyoïte. En 2007, Outer Limits effectue un retour tonitruant avec le grandiose « Stromatolite », sur lequel le claviériste-compositeur Shusei Tsukamoto et le violoniste Takashi Kawaguchi effectuent des merveilles. « Outermania » est la réédition d’un disque paru à l’origine en 1993 et s’adresse avant tout aux fans du combo, puisqu’il compile des versions juvéniles de « Marionette’s Lament », « Misty Moon », « Platonic Syndrome », « The Scene Of Pale Blue » avec, en guise de cerise sur le gâteau, le court inédit « I Love You » (1981). Tout n’y est pas parfait (notamment le chant de Tomoki Ueno, le frère du fameux producteur Shingo Ueno), mais l’on découvre déjà un génie instrumental en pleine gestation. Habillé par un livret magnifique, avec une longue biographie et une description détaillée de chacune des chansons, cette œuvre est indispensable à l’ensemble des aficionados d’Outer Limits. Tout un programme !

Bertrand Pourcheron (7/10)

http://www.musearecords.com/

Outermania
Outer Limits
1993 / Rééd 2013
Musea

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *