No-Man – All The Blue Changes : An Anthology 1988-2003

NoManAll

Beaucoup d’amateurs de musiques métalliques et progressives ont sans doute découvert Steven Wilson en 1999, grâce à sa collaboration avec Opeth sur le grandiose « Blackwater Park ». Aussi à l’aise dans le rôle de producteur que dans celui de chanteur-multi-instrumentiste, le ténébreux Steven n’avait pas hésité à introduire un mellotron fantomatique dans la palette sonore du combo suédois. Un sacrilège pour quelques-uns, mais un pari résolument gagnant pour la plupart des fans du gang scandinave. Emballés, dans la foulée, par son travail d’orfèvre sur « Damnation », de très nombreux aficionados de la bande à Mike Akerfeldt et, plus globalement, beaucoup d’amateurs de métal, ont alors décidé de suivre de près les pérégrinations de Porcupine Tree, combo principal du prolifique sieur Wilson. Ils sont d’emblée tombés sous le charme de « In Absentia » (2003) et « Deadwing » (2005), œuvres sur lesquelles nos porcs-épics favoris avaient délaissé leurs envolées gongo-floydiennes du début des nineties au profit d’un métal progressif enthousiasmant. Le projet qui nous intéresse aujourd’hui se situe à l’exact opposé de ces univers, puisque No-Man célèbre un art-rock feutré et intimiste. Mais présentons sans plus tarder ce duo remarquable.

Côté pile, le dandy Tim Bowness (dont le timbre exceptionnel évoque tour à tour David Bowie, Nick Drake et Steve Hogarth) signe des paroles gorgées d’émotion et survole l’ensemble des compositions du groupe de sa voix langoureuse. Côté face maintenant, son alter-ego Steven Wilson se charge de la quasi-intégralité des parties instrumentales. Il n’hésite cependant pas à faire appel, de manière ponctuelle, à des invités prestigieux. On notera ainsi la présence de Steve Jansen (ex-Japan) à la batterie sur le raffiné « Returning Jesus » (2001) ou celle de Ben Castle (excellent session man ayant joué, entre autres, avec Marillion) au saxophone sur le vaporeux « Together We’re Stranger » (2003). On décernera une palme spéciale à la prestation magistrale de Robert Fripp, aux guitares et soundscapes, sur le sublime Flowermouth (publié, à l’origine, en 1994 sur le label indépendant One Utile Indian puis réédité ultérieurement par Snapper en version remasterisée, avec un digipack luxueux et deux titres bonus à l’appui).

Après avoir déambulé, lors de ses vertes années, sur les plaines du trip-hop ambient (notamment sur « Heaven Taste », mis au monde en 1995), la formation a, au fil du temps et des albums, nourri son style d’influences prog, jazz ou néo-classiques (l’expérimental « Wild Opera », paru en 1996). Depuis le début de notre « 21st schizoid century », le combo, désormais parvenu au sommet de sa forme et de son art, nous offre un art-rock romantique parfumé de subtiles fragrances progressives. Reflet de cette évolution, la compilation « All The Blue Changes : An Anthology 1988-2003 » retrace, en l’espace de deux CDs et de 24 morceaux agencés de manière chronologique, quinze ans d’une carrière aussi bien remplie que désespérément underground. Si vous ne connaissez pas encore l’univers hors-normes du tandem Bowness/Wilson, cette superbe rétrospective vous dispensera, du moins dans un premier temps, de faire exploser vos économies en achetant en bloc son imposant back catalogue. Quant aux fans du groupe, ils se régaleront à l’écoute des multiples remix (« Pink Moon », « Things Change », « Dry Cleaning Ray ») et titres inédits ou rarissimes (« Walker « , « Back To The Burning Shed », « Road ») figurant au programme des festivités.

Un dernier conseil pour la route : précipitez-vous sur le bouleversant « Only Rain » (extrait de Returnig Jesus) et ses sept minutes et demie de pur bonheur, durant lesquelles le chant, les cordes et la trompette filent le grand frisson. Souhaitons donc qu’une major prenne conscience du formidable potentiel de No-Man afin que ce duo de choc bénéficie enfin de la reconnaissance qu’il mérite.

Bertrand Pourcheron (8,5/10)

http://www.no-man.co.uk/

All The Blue Changes : An Anthology 1988-2003
No-Man
2006
Hidden Art Recordings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *