Neil Young – Peace Trail

Neil Young - Peace Trail

Déjà un nouvel album de Neil Young ? Le papy carbure à quoi ???? Juste avant, il y a eu un double live baptisé Earth dans lequel les nouveaux titres issus de Monsanto Years étaient accouplés à de vieilles rengaines qu’on croyait oubliées par le Loner, donnant ainsi une réjouissante compil où trônent les fabuleuses 28 minutes de « Love And Only Love », dignes d’un Crazy Horse alors qu’ils étaient joués par Promise Of The Real, le groupe des fils de Willie Nelson. Dommage que les morceaux choisis ne rendent pas justice à l’immense concert donné à Bercy, où aucun titre de Monsanto Years ne figurait sur la set list ! Le pied, je vous le dis ! Neil Young nous offre donc maintenant, en solo, Peace Trail. On pourrait se dire qu’il a enfin fumé le calumet de la paix ? Que nenni ! Il est en train de se dire qu’il faudrait qu’il emprunte le chemin de la paix, nuance ! Mais là, bah… non. Il a des comptes à régler le Neil. Ouuuuh là là, Neil pas content, non non, pas content du tout ! Et donc, il enregistre un album… en 4 jours. Alors vous me direz, il essaye de nous enfumer, comme les pesticides de Monsanto qu’il fustige. Je vous répondrais… oui et non. Non car les paroles sont directes et engagées. Oui parce qu’un album aussi plan plan que celui-là, par un mec qui s’appelle Neil Young et qui a un héritage aussi glorieux que le sien, oui, là il y a tromperie sur la marchandise. On le sait, dès que Neil prépare un album politique, ça sent la déception. Car le message semble plus important que l’enrobage. Et là, bah ça va plus du tout.

Neil Young

Le premier titre, « Peace Trail » semblait pourtant annoncer le retour en forme du Canadien avec un morceau réussi, comme au temps des albums 70’s ou 90’s avec ce son si familier. Et puis ensuite, patatra. Alors parfois, il veut « Drive My Car » dans Storytone, là il « Can’t Stop Workin’ ». Placer un titre aussi peu convaincant en deuxième position n’annonce rien de bon. Et effectivement, plus rien de très bon ne vient effleurer l’oreille de l’auditeur (quelle horreur « Texas Rangers », qu’est-ce que c’est chiant « Indian Givers »). Juste quelques chansonnettes ronronnantes avec un batteur qui semble en roue libre. Minimalistes diront certains, mais pour moi, c’est soit de la fainéantise, soit une méchante panne d’inspiration. Un soupçon d’harmonica distordu, des traits fulgurants de guitares électriques par-ci par-là, et puis… c’est tout. Allez, accordons un peu de crédit à « Glass Accident », paresseuse chanson country folk 70’s plutôt pas mal, « My New Robot » assez surprenant, ou « Terrorist Suicide Hang Gliders » qui aurait pu être un grand morceau. Et puis, quand même, bonne nouvelle, on retrouve une voix beaucoup plus en place que sur les précédents opus ! Alors Neil, c’est admirable d’être aussi présent sur la scène musicale après 50 ans de carrière, c’est réjouissant de mener des combats politiques en mettant en lumière des causes justes, mais faudrait quand même penser à le faire ce chef-d’œuvre crépusculaire qu’on attend tous. Parce que là, Peace Trail, c’est juste décevant. Bien sûr, Neil n’en a plus rien à foutre. Mais s’il pouvait juste combiner cause politique et bonne musique, ça me ferait bien plaisir.

Fred Natuzzi

http://www.neilyoung.com

Peace Trail
Neil Young
Warner
2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *