Neal Morse – To God Be The Glory

Neal Morse - To God Be The Glory

Il est vrai que j’ai attendu un certain temps avant de vous parler du dernier Neal Morse. Encore une nouvelle sortie, cette fois-ci un « Worship Sessions », tellement nombreux maintenant qu’on ne les compte plus, encore un disque plein de « Jesus » par ci et de « God » par là, toujours la même recette… Effectivement, c’est le cas ici, mais à la décharge du compositeur, les morceaux sont diversifiés, et cela pourrait même plaire à l’amateur pur et dur du côté prog de la force. Enfin, ne soyons pas si optimiste ! Cependant, dans la rubrique rock chrétien américain, il existe pléthore d’artistes inconnus chez nous et qui font les choses mieux que le père Neal. Ce qu’il produit est déjà efficace, mais pour en avoir entendu sur des radios aux Etats-Unis, il est juste moyen. En tout cas dans ce domaine, car sur le terrain du rock prog, il reste une valeur sûre. Au dire de Mike Portnoy, le prochain Neal Morse Band devrait tout exploser. Mais bon, Mike, c’est le pote de Neal, et il dit ça quasiment à chaque disque… L’avenir nous le dira.

Mais revenons à ce To God Be The Glory. Car oui, en vérité je vous le dis, l’album est assez fun. On y trouve un peu de chœurs façon Beatles sur « This Is Our God » avec une mélodie passe-partout mais ultra efficace, un peu de soul gospel funky sur les 7 minutes de « Welcome To The Kingdom » dans lequel Prince aurait pu jouer, ou encore une magnifique balade prog atmosphérique, « The Lion Of Judah » excellemment chantée par Lara Landon, que l’on retrouve aussi sur le classique « Victorious ». Le reste ne dépareille pas des autres productions Morsiennes, du gospel au rock, en passant par la balade soft. Elles sont toutes de bonnes factures, avec des cordes, du sax, des trompettes, de bons solos de guitares, une basse ronde, etc… Le capital sympathie du bonhomme marche beaucoup, la qualité de ses arrangements aussi (ce qui était moins le cas sur les premiers « Worship Sessions ») et l’authenticité de sa démarche également.

Neal Morse

Alors, à vous de voir si vous voulez jeter une oreille sur cette facette créative du dieu du prog, ou si vous ne marchez pas du tout dans cette démarche, qui à priori, se destine plutôt pour les personnes tournées vers la religion. Je vous rassure, tout le monde peut prendre part à sa messe. Et si elle était délivrée dans l’église du coin, croyez-bien que j’irai souvent y faire un tour ! Un conseil : ne regardez pas le clip ci-dessous… ou alors levez les bras en l’air tout du long…

Fred Natuzzi

http://www.nealmorse.com/

 

To God Be The Glory
Neal Morse
2016
Radiant Records

2 commentaires

  • Rudy

    Il est vrai que les bondieuseries de NM ont le don de m’énerver au plus haut point même si je ne suis pas sataniste non plus.

  • Philippe Vallin

    Là, c’est un peu normal Rudy, puisqu’il s’agit d’un album assumé de pop/rock/folk chrétien (c’est son truc après tout). Il n’y avait quasiment pas de bondieuseries dans « The Grand Experiment » par exemple, en tout cas rien de très « explicite ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *