Morild – Aves

Morild – Aves

« Tiens donc, et une nouvelle formation scandinave, une !!! » se surprend à grommeler malgré lui un critique littéralement enseveli sous une avalanche de nouveautés progressives. Le hic de taille, dans le cas présent, est que ce groupe originaire de Trondheim, en Norvège, est bien loin d’être du meilleur cru, ne possédant de toute évidence ni la personnalité affirmée ni l’envergure charismatique de ses glorieux frères de sang nordiques. On est loin d’un Anglagard ou d’un Anekdoten, pour ne citer que deux exemples phares d’une manne quasiment inépuisable. Avec son rock ouvertement pompé sur Jethro Tull (John Anders au chant copie sans vergogne Ian Anderson) et Camel (la flute pastorale, les climats évanescents), Morild aurait sans doute fait un tabac il y a une dizaine d’années de cela. Le hic est que beaucoup d’eau a coulé sous les ponts dans le courant de la dernière décennie et que la musique, certes pleine de bonne volonté, de la formation ne possède aujourd’hui guère de chance de faire réellement recette auprès des fans un tant soit peu exigeants. Malgré la présence d’un epic plutôt réussi (« Wildflower » et ses 21 minutes destinées à séduire le prog-addict inconditionnel), les six compositions gravées sur cet opus ne présentent pas la moindre once d’originalité et s’avèrent aussi aseptisées que faussement clinquantes. Au final, on tient là une œuvre de jeunesse (la seconde du combo après le double CD « Time To Rest », publié dans l’indifférence générale en mars 2010) bien trop convenue pour pouvoir être décemment considérée comme convenable.

Bertrand Pourcheron (5/10)

http://tihlde.org/~alexandr/morild/index.html

Aves
Morild
2013
Autoproduction

2 commentaires

  • géjihèl

    à l’écoute de la vidéo, je te trouve sévère avec eux car, abstraction de l’influence tullienne évidente, leur musique s’écoute agréablement et les solis de guitare et flûtes assurent… à suivre
    !

  • Bertrand

    Salut,

    Merci pour ta réaction à mon papier. Pour un album place en tête de gondole sur Progstreaming, je trouve que c’est du sous Jethro-Tull et du sous-Camel et que ce n’est pas avec des albums de ce
    type que le progressif avancera. Là, c’est du rock régressif !Cordialement, Bertrand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *