Monsieur Copain – Ad Libertaire

Monsieur Copain – Ad Libertaire

Monsieur Copain Ad Libertaire

Monsieur Copain s’était distingué précédemment avec des chansons à tendance humoristique, une instrumentation très réussie, et des live tout bonnement jouissifs avec l’album 1,2,3 Soleil !. Alors quand il décide de revenir avec un EP, l’on peut se poser la question du pourquoi. Eh bien parce que l’inspiration de Franck Houdoire, de son vrai nom, l’a amené vers des territoires variés, avec des atmosphères assez différentes les unes des autres. Considérant que ces chansons ne pouvaient se mélanger sans incohérence, il a donc décidé de sortir un premier EP (plus de trente minutes tout de même), composé avec son complice guitariste Bruno Barrier, et constitué des morceaux les plus sombres, tout du moins ceux qui parlent de son ras-le-bol de la société telle qu’elle se présente actuellement. Sans concession, mais sans être incitateur à la révolution, Franck choisit ses mots avec finesse et donne à son album une vraie matière à penser. Car l’homme n’aime pas seulement les jeux de mots. Il aime aussi jouer avec eux et leur donner une poésie accessible. Il n’est pas révolutionnaire le Copain, il est libertaire. Ad Libertaire, puisque c’est le titre, invite donc celui qui veut bien l’écouter, à trouver sa propre liberté. Une individualité au service de soi, pour continuer à être sain d’esprit, mais aussi des autres, pour trouver en soi ce que l’on ne peut taire, en faire sa liberté, et rendre ensuite cette dernière au monde, histoire d’en changer un peu la face. Et c’est un peu ce qu’il fait, avec une grande générosité, en concert, celui du dimanche 8 octobre dernier sur la Péniche Antipode à Paris en témoignant.

Monsieur Copain Ad Libertaire Band1

Monsieur Copain n’a pas délaissé l’humour pour autant, ce serait bien mal le connaître. Il change de registre, certes, mais n’a pu s’empêcher de glisser des choses plus légères. En témoigne le single « Ca F’rait Chier » qui, malgré son titre, parle du vivre ensemble d’une manière subtile, sans être pesant. Pas le donneur de leçons, mais le mec qui prend du recul et qui suggère. Faire en sorte de faire chier ceux qui font chier. Cela donne un titre écrit à la manière de son album précédent, avec une instrumentation blues et pop de haute volée. Il faut dire que Monsieur Copain sait s’accompagner. Pour cet EP, il n’a gardé que deux guitaristes, Vincent Morla pour quelques soli, et l’impressionnant Martial Bort pour tout le reste. Eux deux ont fait un travail extraordinaire pour donner vie aux atmosphères voulues par Franck, rehaussé par le mixage du brillant Loïc Pillon. Et ils s’en donnent à cœur joie les bougres ! Enregistré en quelques jours seulement, l’EP transpire le talent. Martial Bort, d’ailleurs, est en train d’exploser au côté de Gauvain Sers, après avoir assuré les premières parties de Renaud. « Seule Étoile », chanson d’amour au magnifique texte, est transportée par les ajouts atmosphériques de Martial Bort, tendant à rappeler les sonorités d’un Arman Méliès par exemple. Tout simplement grandiose ! Autre tour de force : les sept minutes de « Sylphides », titre ambitieux et poétique, qui envoûte et emporte, avec un fascinant jeu de guitare. Pour ceux qui ne connaissaient Monsieur Copain que sous des dehors drolatiques, ce sera un choc. Déjà, avec le titre d’ouverture bluesy « Coin De Paradis », il annonçait une couleur misanthropique qui détonnait avec le personnage, alors avec « Sylphides », il enfonce le clou !

Monsieur Copain Ad Libertaire Band2

« Les Façons D’Aimer », c’est un peu la respiration (grivoise) de l’EP. Là, Monsieur Copain convie Rosie Marie et Marco Moustache (eh oui, c’est une femme) pour les chœurs et plus encore. Je vous laisse découvrir la prestation vocale de ces demoiselles… Rosie Marie a d’ailleurs, soit dit en passant,  un très bel album à vous faire écouter, Minuit, frais et pop, très recommandable, et Marco Moustache un EP groovy, Les Désaxés, entre slam, rap et musique recherchée, jazzy ou electro.

L’EP se clôt avec le mantra de Monsieur Copain, « Libère ce que tu ne peux taire ». « Ad Libertaire », le dernier morceau donc, aurait pu contenir une tartine de paroles. Mais non. Franck résume sa pensée en quelques phrases et jette au feu ses envolées d’écriture. Après tout, nul besoin de s’étendre. Une sagesse pleine de sens, surtout si on va chercher ce genre de pensée dans les albums d’autres artistes (soi-disant) engagés, mais que je ne citerai pas. On y trouve  une litanie de mots insignifiants, juste pour se gargariser d’une bien-pensance, d’une virtuosité des mots, sans toucher au but. Monsieur Copain, lui, vient avec son honnêteté, son authenticité, sa sagesse du mec lambda, qui réfléchit, prend du recul, et écrit simplement ce qu’il ressent, sans donner de leçons de morale à quiconque. Non seulement c’est salutaire, mais ça fait sacrément du bien. Allez donc chercher cette bonne parole, et vous passerez un très bon moment en compagnie d’artistes du quotidien, qui n’ont pas d’autre but que de divertir intelligemment, et en plus, avec de la sacré bonne musique. Chapeau bas, Monsieur Copain !

Fred Natuzzi

Coup de Coeur C&Osmall

http://www.monsieurcopain.com/

Ad Libertaire
Monsieur Copain
Autoproduction
2017

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *