Marillion – Montréal : A Sunday Night Above The Rain

Marillion Sunday

Les fans de Marillion ont vraiment de quoi être aux anges en ce moment. Le meilleur groupe de rock évolutif anglais de ces trente dernières années nous inonde en effet actuellement de nouveautés live au format CD, DVD et Bluray (l’ensemble étant parfois regroupé en de somptueux coffrets collector), avec des concerts capturés sur le vif lors de leurs désormais traditionnelles conventions annuelles au Canada, en Hollande et au Royaume Uni. Fort, avec « Sounds That Can’t Be Made« , d’une de ses œuvres les plus abouties, le gang d’Aylesbury a offert en 2013 à ses aficionados neuf soirées de folie, essentiellement basées sur les albums « Brave » (quelle fascinante captation filmique !), « Radiation » (désormais plus que fréquentable grâce à son heureux lifting sonore signé Michael Hunter) sans oublier bien sûr son dernier opus studio en date, également passé en revue de A jusqu’à Z. Carrément digne par son incroyable intensité des gigs d’anthologie « Brave 2013 » recréés à l’occasion des fameux « Marillion Week-end(s) » évoqués ci-dessus, le set québécois du combo qui nous intéresse ici (celui du dimanche soir donc) alterne l’intégralité des titres de « STCBM » avec d’autres plus anciens que le groupe ne se lasse pas de reprendre sur scène. La bande de Steve Rothery pioche ainsi allègrement dans la cargaison de classiques pondus durant l’ère Hogarth (« Waiting To Happen », « This Strange Engine », « The King Of Sunset Town », etc.), sans oublier le petit clin d’œil désormais traditionnel aux origines de sa longue carrière.

Ouvrant les hostilités par le somptueux « Gaza » (fresque bouleversante qui s’inspire de la situation tragique du peuple palestinien pour se muer en un hymne universel à la paix), la formation envoie la purée durant près de deux heures d’un show placé – une fois n’est pas coutume – sous le signe de l’émotion à fleur de peau. Force est donc de s’incliner devant la qualité exceptionnelle du gig délivré par le combo britannique en très grande forme et immensément heureux de communier avec son parterre de fans en furie. Tous les titres de « STCBM », déjà bien rodés durant la tournée promotionnelle de circonstance, passent à merveille l’exercice du live, avec une mention spéciale pour l’énorme et alambiqué « Gaza », aussi « guerrier » dans son propos musical que pacifique dans son message !

Boosté par un h en véritable état de grâce (plus en voix que durant l’identique soirée hollandaise, également disponible en double CD) et par un Steve Rothery prodigieux de lyrisme et d’enthousiasme (quel guitariste !), Marillion déverse ainsi sur un public tout entier acquis à sa cause une lave mélodique incandescente, riche en épics d’exception. C’est donc avec bonheur qu’on se replonge dans les méandres du poème symphonique « This Strange Engine », dans les envolées planantes de « Neverland » (qui devra quand même un jour quitter les set-lists du gang, au risque de lasser le public !) ou encore dans les douces mélopées en suspension du frissonnant « The Sky Above The Rain ».

Enfin, le romantique et explosif « Montréal » (composition fleuve inspirée du journal de bord de Steve Hogarth) prend ici tout son sens, et ce n’est pas un hasard si celui-ci se place en conclusion du concert ! Les morceaux plus « carton » sont aussi de la fête, avec une version percutante du groovy « Power » (cependant néanmoins inférieure à son pendant studio) et à un antédiluvien (mais toujours aussi jouissif) « Garden Party » servi en ultime rappel.

Du grand spectacle musical donc, habillé de pied en cap par une production monumentale de clarté et de puissance. En 2014, Marillion demeure le groupe le plus généreux de la planète, dans tous les sens du terme.

Bertrand Pourcheron & Philippe Vallin (8,5/10)

 

http://www.marillion.com

Montréal : A Sunday Night Above The Rain
Marillion
2014
Racket Records

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *