Marillion – Live From Loreley

Marillionlive

Publié à l’origine en juin 1988 au format VHS, « Live From Loreley » bénéficie durant l’été 2004 d’une réédition DVD fort bienvenue. Ce concert allemand du 18 juillet 1987 constitue en effet le testament scénique (tout au moins d’un point de vue visuel) du Marillion période Fish, avec un spectacle filmé dans un cadre magnifique, celui des grands jardins d’un château médiéval culminant au dessus du Rhin, face à un public de 20 000 fans complètement acquis à la cause. Alors au sommet de sa popularité, la formation d’Aylsbury y délivre un gig remarquable dont la set-list fait la part belle aux pièces majeures du sublime « Clutching At Straws », de « Slainte Mhath », ouvrant les hostilités de manière tonitruante, à « The Last Straw » (magnifié par le puissant renfort et contrepoint vocal de l’excellente Cori Josias), en passant immanquablement par la fabuleuse trilogie « Hotel Hobbies/Warm Wet Circles/That Time Of The Night ». Conduit par un Fish toujours charismatique à souhait (notamment sur « Incubus » et « Bitter Suite »), le groupe fait preuve d’une force de frappe impressionnante, avec une palme spéciale pour Steve Rothery dont les soli ciselés font mouche à chaque reprise.

Mais si l’osmose des membre de Marillion semble parfaite sur la scène (entendons d’un point de vue strictement musical), il en est cependant tout autrement en coulisses. En effet, rien ne va plus alors entre Fish et ses acolytes (le géant écossais ne daigne même pas adresser la parole à Mark Kelly !), et la bonne tenue de la tournée de promotion gigantesque de « Clutching At Straws », à laquelle chacun est liée par contrat, ne tient qu’à un fil. Nonobstant cet immense succès qu’il ne retrouvera plus jamais en terme de ventes et d’affluence à l’occasion de ses nombreux concerts à venir (avec un génial « uninvited guest » à la barre !), l’esprit de groupe au sein du combo est ici à l’agonie, et Marillion arrive au bord de la rupture.

Pourtant, il réussit encore à donner le meilleur de lui-même en live, par respect du public présent en masse (en grand et digne professionnel qu’il demeure), même si l’on peut aisément deviner qu’il y a de l’eau dans le gaz si on y regarde de plus près. Cela se remarque tout particulièrement à travers l’attitude de Fish, qui limite l’interactivité avec ses 4 comparses au plus strict minimum syndical. Exit la complicité qui animait le groupe durant les sets d’antan, ainsi que les légendaires et souvent hilarantes « Fish Tales », bavardages récurrents qu’on retrouvera avec bonheur durant la carrière solo en dents de scie du poisson, qui fera suite au split définitif prononcé à l’issue du tour.

Côté technique, l’image du DVD est tout à fait honorable si on la compare aux standards de l’époque. Le son en revanche, est assez décevant, très inférieur à celui du double live « The Thieving Magpie » (version remastérisée ou non), beaucoup plus dynamique, et avec une piste 5.1 qui relève presque de l’escroquerie, tant la spatialisation sonore est proche du néant. L’éditeur ne s’est pas non plus foulé au niveau des suppléments dont les fans de ce genre d’objet « collector » sont généralement friands. Ne cherchez pas, il n’y en a tout simplement aucun : ni sous-titres, ni documentaire ou interview d’époque, rien !

Ne reste là que l’enregistrement historique d’un grand concert malgré les quelques réserves énoncées plus haut, donné par un groupe rodé, solide, mais éssouflé et en fin de cycle. Avec cette édition DVD du « Live From Loreley », on tient donc là, au final, un objet indispensable aux inconditionnels du Marillion de l’ère Fish, voir aux fans de Marillion tout court.

Bertrand Pourcheron & Philippe Vallin

(8/10 pour le concert, 4/10 pour la technique)

http://www.marillion.com

 

Live From Loreley (DVD)
Marillion
2004
EMI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *