Marillion – Holidays In Eden Live 2011

Marillion – Holidays In Eden Live 2011

Marillion est très certainement l’un des groupes rock en activité le plus généreux avec ses fans (et réciproquement !), en témoignent les nombreuses et régulières parution d’albums et  DVD live édités sur leur très actif label Racket Records. Grâce à un sens du marketing et de la communication particulièrement intelligents et bien huilés (site web vivant, dynamique, bourré d’informations, campagnes de souscription pour produire, réaliser et diffuser leurs nouveaux albums studio…) mais se gardant bien de prendre ses fidèles pour des vaches à lait, la bande à Steve Rothery à su s’affranchir avec le temps de la domination des maisons de disques et garder un total contrôle artistique de son déroulement de carrière. L’indépendance pour le groupe, il n’y a que ça de vrai ! Et la démarche a payé, car après presque 35 ans d’existence et un succès commercial en chute libre dans les années qui suivirent le départ de Fish, Marillion a su garder une notoriété intacte et fidéliser à nouveau des hordes de fans passionnés à travers le monde, tout en renouvelant une part de son public. Il suffit de se rendre à l’un de ses concerts pour être surpris par l’aspect intergénérationnel de celui-ci ! Le signe d’un groupe en bonne santé qui a su faire évoluer sa musique avec son temps tout en gardant son identité et sa patte légendaire ? Peut-être ! Car s’il y a bien une formation de dinosaures du rock dit « progressif » qui sait se remettre constamment en question et provoquer la surprise à chaque parution d’un nouvel album, c’est bien Marillion. Le combo a été tout autant admiré que haït pour cela, mais au moins, on ne pourra jamais lui reprocher son manque d’intégrité artistique ou son absence de prise de risque.

Autre facteur déterminant de la longévité du groupe, son activité scénique intense sous différentes formes, et son amour vraiment inaltérable du contact et de la proximité avec son public (un concert de Marillion est toujours une expérience à la fois intense, intime et chaleureuse). Et pour ce qui est du live, hormis le rythme habituel des albums/tournées, ils ont eu la bonne idée d’inventer et de faire perdurer leur fameux « Marillion Week-end », sorte de convention annuelle qui se déroule sur 3 jours dans une ville d’un pays différent (quoi que), avec bien sûr un concert et un set entièrement revisité chaque soir. Celui qui nous intéresse ici est l’édition 2011, qui s’est tenue sur la côte néerlandaise à Port Zélande, prestation immortalisée comme le veut désormais la tradition sur le support de votre choix, CD, DVD (avec la totale en vidéo des 3 concerts, filmés avec des moyens on ne peut plus professionnels) ou téléchargement MP3 sur le site officiel. La première soirée de la convention est toujours dédiée à l’interprétation d’un album intégral du groupe, et c’est ici « Holidays In Eden » (le 2ème opus du Marillion nouvelle formule paru en 1990, avec le génial Steve Hogarth au chant) qui s’est retrouvé à l’honneur le 25 mars 2011, l’un de leurs disques le plus « pop », « commercial » ajouteront certaines mauvaises langues. S’il est vrai que ce dernier est loin d’être leur meilleure création à ce jour, il n’en reste pas moins un album plaisant, emblématique d’une époque et surtout blindé de classiques, et cette nouvelle restitution scénique on ne peut plus pêchue et « habitée » lui redonne une nouvelle jeunesse qui ravira à coups sûr les nostalgiques dont je fais partie.

« Holidays In Eden Live 2011 » se présente sous la forme d’un double CD, avec sur le volume 1 la totalité de l’album, et sur le second les rappels, avec en premier lieu « How Can It Hurt » (bof !) et « A Collection », jolie ballade délicate et sereine toujours plaisante à écouter. Ces 2 titres composés il y a une vingtaine d’années pendant les sessions d’enregistrement, mais absents de la galette finale dont il est ici question, sont suivis d’un « Man Of A Thousand Faces » à la foi enjoué et décontracté (l’une des plus belles compos de Marillion, qui commence en quasi-acoustique pour se terminer par un déluge de sons et de voix extatiques en guise d’apothéose !) et d’une version en demi-teinte de « The Invisible Man », étonnant morceau à tiroirs permettant à Steve Hogarth de pouvoir exprimer tout son sens de la théâtralité. Globalement, l’interprétation d' »Holidays In Eden » est sans faille, avec en ouverture un « Splintering Heart » absolument dantesque (11 minutes au compteur !), affublé d’une longue intro inédite faite de nappes planantes ou l’on entend ici et là des samples de la célèbre et envoûtante rythmique électronique qui démarre ce titre puissant et émotionnel, pour moi le tout meilleur du disque et le plus typiquement « Marillion ». Autre claque, celle assenée par cet  éblouissant « Waiting To Happen » où Hogarth assure une performance vocale à tomber par terre, avec un solo de guitare final à refiler le frisson, signé par le sieur Steve Rothery, impeccable de bout en bout de ce live. Puissance et lyrisme sont aussi de la partie (je laisse le soin aux puristes de trouver l’allusion !) sur le long triptyque « This Town/The Rakes Progress/100 Nights » concluant le set avec le même brio que par lequel il avait débuté.

Rien à jeter ou presque donc sur cet « Holidays In Eden Live 2011 » tout à fait enthousiasmant, à défaut d’être indispensable. Et, cerise sur le gâteau, la production est tout simplement énorme, avec un son presque parfait, clair,  dynamique, et un mixage (signé de main de maître Michael Hunter) soigné où on entend vraiment tout, avec une basse de Pete Trawavas bien ronde et parfaitement audible, pour ne pas dire plus ! En bref, que du bonheur, et un bon moyen de patienter avant la parution du tout nouveau et énigmatique album studio de Marillion intitulé « Sounds That Can’t Be Made » (tout un programme !), prévu si tout va bien pour le mois de septembre prochain.

Philippe Vallin (7/10)

Site web : http://www.marillion.com/

 

Holidays In Eden Live 2011
Marillion
2012
Racket Records

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *