Makoto Kitayama With Shingetsu Project – Hikaru Sazanami

Makoto Kitayama With Shingetsu Project – Hikaru Sazanami

Makoto Kitayama, pour qui s’en souvient encore, n’est autre que le talentueux vocaliste du groupe culte Shingetsu, baptisé le Genesis japonais par les connaisseurs, et dont la discographie ne compte qu’un unique mais magnifique album édité en 1979. L’attente aura été longue pour que Kitayama ne refasse parler de lui, puisque pas moins de vingt ans séparent la sortie de ce vrai-faux nouvel opus de son illustre prédécesseur. « Hikaru Sazanami » est une oeuvre aujourd’hui injustement tombée en désuétude, que le profilique et passionné label français Musea avait eu l’excellente initiative d’ajouter à son catalogue lors de sa publication en 1999. En effet, même s’il ne s’agit pas de la mouture complète et originale de la célèbre formation nipponne, on retrouve au sein de ce Shingetsu Project le guitariste Haruhiko Tsuda, entendu depuis chez Asturias, autre combo incontournable de ce territoire extrême-oriental peu avare en matière de musiques progressives. Concernant un authentique nouvel album de Shingetsu au grand complet, il faudra encore s’armer de patience en cette année 2012, même si Makoto Kitayama évoquait alors très sérieusement l’idée de ressusciter son célèbre groupe dans les mois qui suivaient la genèse d' »Hikaru Sazanami ». Les années ont passé, et on attend toujours cette arlésienne, promesse qui restera peut-être à jamais dans les cartons du groupe. La faute aux faibles ventes de ce second disque piloté par le chanteur, découragé en conséquence, et pour cause ? Scénario fort probable, bien malheureusement.

Pour réaliser ce « Hikaru Sazanami » qui nous intéresse ici, les deux vétérans se sont entourés d’une dizaine de musiciens de formation rock et classique, bénéficiant ainsi d’un équipage solide à l’instrumentation variée, pour nous concocter ces sept compositions écrites par Kitayama entre 1972 et 1996, mais enregistrées seulement à partir de 1997. La musique, même si elle est comparable en certains points au Shingetsu originel pour ses quelques rares versants purement symphoniques et le chant si distinctif de son leader, s’ouvre davantage à d’autres horizons, préférant l’approche acoustique et intimiste (avec guitare et autres instruments à cordes) à l’emphase habituelle. Exit donc les influences très appuyées au Genesis de l’ère Gabriel, celles-ci pointant ici davantage vers le versant le plus placide et posé du king Crimson de la première époque. Le mellotron majestueux du titre d’ouverture « Budokan » en est la meilleure illustration, parmis tant d’autres ici. « Blue » nous rapprochera quant à lui de la période « Discipline » et « Three Of A Perfect Pair », avec ses parties de guitare rythmique en début et fin de morceau, signature caractéristique qui n’est autre qu’un clin d’oeil avoué au jeu de l’immense Robert Fripp.

Des compositions de Kitayama se dégagent une forte orientation vers la pop la plus acoustique et aérée, ainsi qu’un penchant certain pour la musique de chambre, comme nous le démontre si bien « Akane Sasu », avec son quatuor à corde et ses douces mélopées de piano. Avec « Hikaru Sazanami », nous avons donc affaire à un disque plutôt éclectique, sans faute de goût, et assez éloigné dans son esthétique musicale et son ambiance générale de la verve grandiloquente propre au rock symphonique japonais.

Un très bon CD à l’arrivée, avec du charme, de la poésie et du caractère, et une invitation à la rêverie bucolique, à savourer en attendant la très hypothétique renaissance du grand Shingetsu. Si vous voulez compléter votre collection de progressif nippon, « Hikaru Sazanami » reste une pièce de choix, et l’album est aujourd’hui encore disponible à la vente chez Musea Records, alors n’hésitez pas !

Philippe Vallin (7,5/10)

http://shingetsu.tv/

Hikaru Sazanami
Makoto Kitayama With Shingetsu Project
1999
Musea

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *