« Les Suites Pour Violoncelle » de Bach à l’église St-Ephrem

Timothee Marcel

« Les Suites Pour Violoncelle » de Jean-Sébastien Bach à l’église St-Ephrem de Paris, le 14 mai 2015

Pour me préparer au concert qui m’attend à 17h30 le 14 mai 2015, je me repasse le matin l’interprétation par le norvégien Truls Mørk des ‘Suites Pour Violoncelle’ de Bach. Bien que récente, elle date déjà de 10 ans ! Que le temps passe vite ! On pourra s’étonner que ces désormais fameuses pièces aient été écrites pour violoncelle à une époque où la chatoyante viole de gambe régnait en maître. Mais notre compositeur allemand était curieux des innovations de son époque et intéressé au plus haut point par les nouvelles possibilités harmoniques qu’offrait un instrument qui faisait alors ses débuts balbutiants. Comme nous le rappelle le talentueux Timothée Marcel en introduction de sa performance, les « Suites Pour Violoncelle » s’articulent invariablement autour d’un prélude improvisé auquel font suite (c’est le cas de le dire !) cinq mouvements reflétant chacun une danse d’origine différente. L’ensemble des six Suites durant un peu plus de deux heures, l’interprète a du opérer un choix pour n’en retenir que trois (ce qui est déjà beaucoup si on a en tête qu’elles sont jouées de mémoire et qu’elles nécessitent une grande adresse).

Tout au long de la performance, l’archet ondule sur les cordes tel un bateau sur une mer tempétueuse. Par moment, Timothée le fait même galoper tel un oiseau qui sautillerait sur le gazon à la recherche d’un ver tapi dans la terre ramollie par des pluies incessantes. Les doigts de l’autre main se déplacent frénétiquement le long du manche, à la manière d’une araignée tissant inlassablement sa toile. Ainsi, entre emportement et déchirement, entre légèreté et gravité, les airs qui s’enchaînent nous transportent dans un monde de raffinement et de poésie, loin du tumulte qui nous saisit à la gorge à l’extérieur de l’édifice. Et encore, la situation privilégiée de l’église (en hauteur et dans une rue calme) en fait un havre de paix dans la précipitation de la ville, à l’instar de la cathédrale Notre-Dame de Paris sur son île, mais sans l’afflux massif de touristes !

Par ailleurs, l’acoustique exceptionnelle dont bénéficie la petite église St-Ephrem en a fait un lieu de passage privilégié pour des jeunes interprètes en devenir, qui, à l’image de Timothée, ont immortalisé leur performance (le jeune violoncelliste y avait déjà interprété les Suites en 2007). En outre, tel un message de soutien aux populations chrétiennes opprimées dans le Moyen-Orient, l’interprétation des Suites de Bach dans une église dédiée à leur culte fait étrangement écho à celle de Mstislav Rostropovitch devant le mur de Berlin il y a 25 ans, pour sceller la fin de la guerre froide.

Une fois le concert terminé, je m’empresse d’aller échanger avec Timothée. Je m’enquis de son cursus, de ses projets à venir et s’engage une discussion autour de Bach. Puis je repars, le cœur léger mais un CD sous le bras.

Lucas Biela

http://www.timotheemarcel.com/

Prochaines dates d’interprétations par Timothée Marcel des 1ère, 3ème et 4ème Suites Pour Violoncelle de Bach :

– mercredi 8 juillet à 19h30
– vendredi 17 juillet à 21h
– dimanche 26 juillet à 19h30

Eglise Saint-Ephrem : 17 rue des Carmes, 75005 Paris
Tarifs : 23€, 15€
Renseignements et réservations : 01 42 50 96 18

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *